En 2018, nous avons l’opportunité de créer dans l’océan Antarctique la plus grande réserve marine du monde

En 2018, nous avons l’opportunité de créer dans l’océan Antarctique la plus grande réserve marine du monde

L’océan Antarctique est l’un des derniers espaces encore préservés de la planète. Baleines bleues, manchots empereurs, phoques… Il abrite une faune marine unique, riche et vulnérable.

 

Aujourd’hui, ce refuge de biodiversité est menacé par les activités humaines : pollution, réchauffement climatique, pêche industrielle…

 

Nous devons le protéger ! Les océans sont essentiels à la vie sur Terre : ils procurent 50 % de l’oxygène que nous respirons et absorbent 30 % de nos émissions de CO2. Sans vie dans les océans, pas de vie sur terre !

 

A la fin de l’année 2018, une occasion unique s’offre à nous : les États membres de la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR), dont la France, se réunissent à l’occasion d’un sommet international. Demandons-leur de créer dans l’océan Antarctique le plus grand sanctuaire marin du monde.

 

Dans les années 1980, les industries pétrolière et minière convoitaient les ressources naturelles du continent Antarctique. La mobilisation internationale a permis d’aboutir à la signature, en 1991, d’un traité historique désignant le continent Antarctique comme une « réserve consacrée à la paix et à la science ». Aujourd’hui, exigeons la même protection pour l’océan Antarctique !

 

Nos demandes

Créer le plus grand sanctuaire marin dans l’océan Antarctique

La Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) doit se réunir en octobre 2018 pour statuer sur la création d’une réserve marine dans cet océan, plus exactement dans la mer de Weddell. À l’initiative de ce projet se trouve l’Union européenne, plus particulièrement l’Allemagne.

Ce sanctuaire marin serait le plus grand du monde : il s’étendrait sur 1,8 million de km2. Il constituerait un havre de paix pour les manchots, les baleines et les phoques, espèces emblématiques de la région, mais aussi pour le krill, ces petites crevettes qui se trouvent à la base de la chaîne alimentaire de tout l’écosystème marin et qui sont très prisées par les pêcheurs industriels.

 

Créer un réseau de réserves marines couvrant au moins 30 % des océans

Les réserves marines sont l’équivalent en mer des parcs nationaux. Il s’agit de protéger tout un écosystème de l’exploitation humaine. En mer, cela signifie interdire la pêche, l’exploitation minière et l’élimination des déchets. Aucune extraction, aucune dégradation n’est possible.

Ces réserves formeraient un réseau cohérent de grandes étendues en haute mer et de plus petites superficies le long des côtes. Les sites à privilégier seraient les zones de reproduction des poissons, les habitats vulnérables (récifs coralliens, monts sous-marins) et les zones abritant des espèces rares et/ ou surexploitées.

Nos actualités
tout afficher
Aidez-nous à protéger l'océan Antarctique !

Demandez à nos responsables politiques de soutenir la création de la plus grande réserve marine du monde dans l'océan Antarctique.

Signez la pétition
(Crédits photographiques : © Markus Mauthe / Greenpeace)