[caption id="attachment_51847" align="alignnone" width="1200"][img class="wp-ima

Océans

En Antarctique, les manchots ont chaud. Aidons-les !

Signer la pétition

Alors que nous nous trouvons en Antarctique depuis un mois pour y examiner les impacts du changement climatique, un nouveau record de chaleur vient d’être enregistré sur le continent blanc. De quoi donner des sueurs froides à nos scientifiques, sur place pour notamment recenser les manchots, dont les colonies sont affectées par la hausse des températures.

Chinstrap Penguin Survey on Elephant Island in Antarctica. © Christian Åslund

Un scientifique de l’université de Stony Brook recense les manchots à jugulaire. Des moyens technologiques (logiciels et drones) sont également utilisés.
© Christian Åslund / Greenpeace

L’expédition de Greenpeace du Pôle nord au Pôle Sud, démarrée en avril dernier, touche à sa fin avec cette dernière étape en Antarctique. Le but de cette mission : révéler la beauté des océans mais aussi les menaces auxquelles ils sont confrontés.

L’équipage de Greenpeace et des scientifiques de l’université de Stony Brook (New York) et de Northeastern (Boston) étudient les manchots à jugulaire de l’île de l’Éléphant, au nord-ouest de la péninsule Antarctique, pour mieux comprendre comment leurs colonies sont affectées par le changement climatique et pourquoi il est urgent de renforcer la protection des océans.

Les populations de manchots sont en déclin

Malheureusement, les chiffres ne sont pas bons. Le nombre de manchots à jugulaire a chuté en moyenne de 60 % dans l’ensemble des 35 colonies étudiées sur l’île, une colonie enregistrant jusqu’à 77 % de déclin, par rapport au premier comptage effectué au début des années 1970.

Un déclin si important montre que, ces 50 dernières années, l’écosystème de l’océan Austral a connu de profonds bouleversements, affectant l’ensemble du réseau trophique. Si plusieurs facteurs sont en cause, tous les éléments en notre possession désignent le changement climatique comme le principal responsable de ces bouleversements.

Dr Heather J. Lynch, responsable scientifique de la mission et professeure au département d’écologie et d’évolution, université de Stony Brook

Le nouveau record de chaleur enregistré ces jours-ci n’a malheureusement rien d’une surprise : l’Antarctique se réchauffe, au même titre que le reste de la planète. Ce record fait les gros titres, mais il ne faut surtout pas oublier qu’il s’inscrit dans une tendance à long terme d’augmentation continue des températures moyennes de la péninsule Antarctique.

Mais revenons à nos manchots. Quel est le lien entre le réchauffement de la planète et le déclin de certaines colonies ? La nourriture ! Comme beaucoup d’animaux de la région, les manchots se nourrissent de krill, ces petites crevette roses qui se font plus rares quand la glace hivernale s’amenuise. Cette pression sur leur source d’alimentation, combinée aux changements que subissent leurs lieux de nidification et de reproduction, font du dérèglement climatique la première menace pour ces habitants de l’Antarctique.

Mais nous pouvons les aider !

A l’heure où la vie sauvage lutte pour sa survie, nous devons de toute urgence créer des réserves marines, dans l’Antarctique et sur l’ensemble de océans, pour que la faune et la flore marines retrouvent leur vigueur et puissent s’adapter au changement climatique, à l’abri des pressions anthropiques.

Nous avons en ce moment même une ’opportunité unique : l’ONU est en train de négocier un traité international sur la protection des océans. Ce traité doit être ambitieux pour pouvoir permettre de protéger au moins 30 % des océans, sous la forme de réserves marines, d’ici à 2030. C’est le niveau minimum de protection recommandé par les scientifiques pour rétablir la santé des océans.

L’ensemble des éléments scientifiques que nous avons recueillis durant l’expédition du Pôle Nord au Pôle Sud montrent à la fois la beauté et la fragilité des océans et qu’il est urgent et indispensable de les protéger.  Pour nous aider à convaincre l’ONU, faites pression sur les gouvernements : demandez-leur de conclure un traité ambitieux sur la protection des océans.

Aller plus loin : 

(Crédits photographiques : © Abbie Trayler-Smith / Greenpeace)
Commentaires (0)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE