Durant quatre ans, Greenpeace France a lutté pour l’introduction de davantage

Agriculture - Climat

Cantines et menus végétariens, objectif atteint !

Durant quatre ans, Greenpeace France a lutté pour l’introduction de davantage de menus végétariens dans les cantines scolaires françaises. Retour sur une campagne victorieuse, rendue possible par l’implication de centaines de milliers de personnes.

La restauration dans les cantines, enjeu environnemental et sanitaire majeur

La surproduction et la surconsommation de viande ont de lourdes conséquences environnementales et sanitaires. L’élevage est en effet aujourd’hui l’un des principaux moteurs du changement climatique et de la déforestation, et son industrialisation se fait aux dépens du bien-être d’animaux entassés dans des exploitations de plus en plus grandes et concentrées. Par ailleurs, le niveau actuel de consommation de viande en France est un facteur aggravant les risques d’apparition de maladies comme l’obésité, le diabète ou encore certains types de cancers.

L’alimentation étant au cœur d’enjeux environnementaux et sanitaires conséquents, en 2017, nous décidions d’enquêter sur le sujet et plus spécifiquement sur les cantines scolaires, qui servent près d’un milliard de repas par an à plus de sept millions d’enfants

Début 2018, des menus végétariens quasi inexistants

Nous avons alors dressé un constat sans appel : la plupart des cantines, gangrenées par le lobby de la viande, proposaient de la viande trop souvent industrielle ou du poisson à tous les repas. Grâce à la mobilisation de milliers de personnes au cours d’une enquête contributive inédite, nous avons pu établir une carte précise des cantines scolaires françaises en fonction de l’offre de menus végétariens qu’elles proposaient. A l’époque, près de sept enfants sur dix mangeaient de la viande ou du poisson à chaque repas servi à la cantine. La viande était alors servie dans des proportions deux fois trop importantes ! Des chiffres alarmants, tant pour la santé de la planète que pour celle de nos enfants.

La loi EGALIM, premier tournant décisif

Il fallait agir, et vite, pour que moins de viande soit servie dans les cantines scolaires et pour en améliorer la qualité. Nous avons donc rencontré à de nombreuses reprises des responsables politiques et nous nous sommes rapprochés de professionnels de la restauration collective et d’organisations comme l’Association végétarienne de France (AVF), la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) ou encore le syndicat Front de Mères pour formuler des propositions à même d’améliorer l’offre proposée dans les cantines scolaires. Notre rapport “moins mais mieux”, publié en 2018, et notre cartographie illustrant le manque criant de menus végétariens dans les cantines scolaires ont permis de renforcer nos arguments sur le sujet et de convaincre petit à petit des député·es initialement récalcitrant·es. 

Notre travail a porté ses fruits à travers la loi Egalim, adoptée par l’Assemblée nationale le 2 octobre 2018. Celle-ci a en effet mis en place l’expérimentation d’un menu végétarien hebdomadaire dans toutes les cantines scolaires françaises pour une durée de deux ans. Nous avons dû fermement batailler pour obtenir cette belle avancée, à laquelle s’est opposée jusqu’au bout le gouvernement. Le soutien de parlementaires à cette mesure, matérialisé à travers plusieurs amendements proposés en première et seconde lecture, s’est alors révélé essentiel.

Mais la loi n’introduisait alors pas de manière ferme et définitive le menu végétarien hebdomadaire. L’expérimentation laissait craindre qu’un retour en arrière était possible au terme de celle-ci. Les enjeux sanitaires et environnementaux étaient trop importants pour prendre le risque de perdre une telle avancée, et nous avons choisi de poursuivre notre campagne sur le sujet pour la préserver et même l’améliorer.

Des mobilisations locales victorieuses

Après l’adoption de cette expérimentation, nous avons fait le pari de faire campagne à l’échelle locale pour convaincre les collectivités locales, décisionnaires sur les menus servis dans les cantines, d’aller plus loin encore en proposant une option végétarienne quotidienne ou davantage de menus végétariens chaque semaine. 

Pour cela, notre tissu militant a été essentiel. Partout en France, les groupes locaux de Greenpeace ont mené campagne pour que des municipalités s’engagent à en faire davantage. Leur formidable travail de plaidoyer et de mobilisation a porté ses fruits : les villes de Villeurbanne, Bordeaux, Nantes, Paris et bien d’autres encore sont allées au-delà de l’expérimentation prévue en augmentant sensiblement leur offre de menus végétariens.

Par ailleurs, nous avons également proposé en accès libre des outils (pétition, kit de campagne…) permettant à toute personne motivée de lancer sa propre campagne pour plus de menus végétariens dans les cantines scolaires de sa collectivité. Ce fut une grande première pour Greenpeace France : les 191 campagnes citoyennes en cours sont listées ici, et il est toujours possible d’en créer de nouvelles !

Une ultime victoire !

L’obtention de victoires significatives à l’échelle locale et l’implantation plutôt réussie de l’expérimentation ont permis d’ancrer l’arrivée des menus végétariens dans les cantines scolaires. Pour nous en assurer, nous avons réalisé une seconde cartographie aux résultats bien plus positifs que la première : en septembre 2020, environ trois élèves sur quatre avaient la possibilité de manger végétarien au moins une fois par semaine ! Cette nouvelle cartographie a une nouvelle fois été réalisée grâce à la participation de milliers de personnes à une enquête contributive.

Le chemin accompli en deux ans était donc très encourageant. Mais certain·es parlementaires, les lobbies de la viande et l’Association des maires de France manœuvraient pour que l’expérimentation du menu végétarien hebdomadaire ne soit pas pérennisée. La loi climat allait être le théâtre d’un dernier tour de négociations. Nous nous sommes rapprochés de nombreuses associations avec lesquelles nous avons organisé une grande mobilisation en ligne. Nous avons parallèlement réalisé plusieurs études de fond sur l’impact des menus végétariens sur la planète et la réalité de l’option végétarienne sur le terrain. A ce stade, les associations étudiantes ont joué un rôle essentiel : véritables moteurs des campagnes citoyennes, les étudiant·es ont permis d’accroître la pression sur le gouvernement et les parlementaires. 

Résultat : l’expérimentation du menu végétarien a finalement été pérennisée, et une option végétarienne sera rendue obligatoire dans toutes les institutions gérées par l’Etat en 2023. Autre victoire obtenue sur le sujet, sur une proposition de l’association Assiettes végétales, de l’AVF, du Réseau Action Climat et de Greenpeace : l’évolution de toutes les formations en cuisine (BEP, CAP…). Dorénavant, ces dernières devront proposer des modules sur la préparation de plats végétariens ! Ces dernières victoires constituent la seule réelle avancée portée par une loi climat cruellement lacunaire par ailleurs.  

Et maintenant ?

Depuis 2018, nos efforts et votre mobilisation ont permis l’introduction de centaines de millions de repas végétariens supplémentaires dans les cantines scolaires françaises, et c’est une très bonne nouvelle pour le climat et la santé de nos enfants !

Vous avez envie de prolonger cette campagne et de pousser votre collectivité locale à en faire plus ? Bonne nouvelle, il est toujours possible de lancer votre campagne citoyenne sur Greenvoice, la plateforme de pétitions propulsée par Greenpeace. Vous ne serez évidemment pas seul·e pour cela, puisque nous mettons à votre disposition des guides et des outils qui vous permettront de lancer efficacement votre campagne dans votre ville ou à l’échelle de votre lycée.

De notre côté, nous réfléchissons activement aux suites que nous allons donner à notre campagne sur la surconsommation de viande et nous préparons déjà un nouveau rapport qui risque de faire du bruit.

Par ailleurs, nous sommes toujours en quête de nouveaux soutiens pour maximiser notre impact et nos chances de victoire. Si cette campagne vous inspire et vous motive à nous rejoindre ou à renforcer votre engagement à nos côtés, vous pouvez :

  • Militer à nos côtés en rejoignant le groupe local le plus proche de chez vous. Tous nos groupes locaux sont recensés sur cette carte,. Vous y serez accueilli·e à bras ouverts !
  • Nous soutenir financièrement à travers un don. Greenpeace est une association indépendante des institutions publiques et économiques et nos campagnes ne sont rendues possibles que grâce aux dons de particuliers comme vous.
(Crédits photographiques : © Hugo Ribes / Greenpeace)
Commentaires (12)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Blavy Vincent

Bonjour . Je suis d accord avec vous pour les menus végétarien mais pour moi ce n est pas la viande qui pose problème mais plutôt les modes de production de l agriculture intensive. Il faut du raisonnable, du bio , du durable et de saison . Regardez le soja et ses ravages au Brésil par exemple... et pourtant manger des steak au soja serait un acte militant pour l environment ? Je ne pense pas , à moins que le soja soit produit localement...etc . C est idem pour la viande. Si elle ne provient pas de fermes usines , mais d agriculteurs de nos campagnes qui respectent leur nature , les animaux et limitent leur impact écologique... voilà. Je suis d un milieu rural , je connais bien les agriculteurs locaux et je parle en connaissance de cause. Ne nous trompons pas de combat . C est la mondialisation, la course à la productivité et au rendement qui épuisé et détruit notre environnement.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Tof

Proposer des repas végétariens, pourquoi pas, mais le problème c'est la qualité, le goût... dans les années 80 la cantine n'était pas bonne, je me nourrissais uniquement que de pain ! heureusement, j'ai quitté le collège très tôt . pourquoi ne pas s'attaquer en priorité, à la "mal bouffe" et au gaspillage ? Dans de nombreux pays on consomme de la viande et il est culturellement bien vu de pratiquer le gaspillage même chez des familles modestes. Si on éduque nos enfants à manger de la viande de qualité avec modération, on évitera peut être de les trouver plus tard,entrain de faire la queue dans des files interminables de drive chez Mc Do (en voiture, le moteur allumé !!!)

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jewel Roblin

Bonjour à tous.tes - Une alimentation végétarienne est très riche et couvre tous les besoins nutritionnels de chaque individu humain. Personnellement, je n'ai jamais eu de carences avec une alimentation végétarienne après de nombreuses années. A présent, je suis végétalienne (grâce à toutes les recettes de cuisine que j'ai trouvé sur Internet : France végétalienne et bien d'autres...) et me complémente juste en vitamine B12 (marque VEG1). Il faut savoir que les animaux d'élevage sont supplémentés en minéraux et oligo-éléments selon les pratiques françaises qui visent théoriquement à éviter les risques de carence chez les omnivores. Donc l'idée saugrenue des carences chez les végétariens n'est absolument pas fondée. De plus, inciter les personnes à ne pas aller vers le végétarisme appelle à prolonger les violences physiques (meurtre) et psychologiques (cruauté institutionnalisée) exercées sur des êtres vivants sensibles et à poursuivre les dégradations sur tous les écosystèmes de la planète.

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE