Certaines villes font des efforts pour réduire les protéines animales dans les

Poisson pané, rôti de bœuf, saucisses, hachis parmentier… Dans certaines écoles, on sert de la viande ou du poisson à tous les repas. Résultat : les apports en protéines sont souvent supérieurs aux recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation. Et dans les écoles de votre ville, ça donne quoi ?

Certaines villes font des efforts pour réduire les protéines animales dans les assiettes et augmenter la part de bio dans les menus, mais beaucoup d’autres sont encore à la traîne

Cartographier les villes françaises selon les menus proposés aux enfants

À Saint-Étienne, près de 3 500 repas sont servis chaque jour aux enfants, garantis 100% bio et locaux, et incluant un repas végétarien par semaine. C’est une excellente démarche, qui prouve aux autres communes qu’il est possible de consommer moins et mieux dans les écoles. C’est le cas aussi de la ville de Mouans-Sartoux, qui sert 1 100 repas bios par jour tout en luttant contre le gaspillage alimentaire, sans surcoût. Mais ces villes sont malheureusement minoritaires. La plupart des communes proposent presque systématiquement des repas avec viande ou poisson aux enfants, malgré l’impact environnemental que l’élevage industriel implique, et malgré les dangers de la surconsommation de viande pour les élèves.

Nous souhaitons aujourd’hui récolter des données pour identifier ces villes qui doivent redoubler d’efforts. Grâce à vos participations, nous pourrons alors cartographier les villes françaises selon leurs résultats, et permettre aux parents d’avoir une visibilité sur les menus des écoles de leur région. Votre contribution est donc indispensable pour que nous puissions couvrir l’ensemble du territoire !

Des enfants à la cantine

La restauration scolaire, c’est plus d’un milliard de repas servis par an, de la maternelle au lycée. Près de sept millions d’élèves sont concernés. © Elsa Palito / Greenpeace

Réformer les menus des cantines : un impact positif à plusieurs niveaux

Améliorer la qualité et la diversité des menus des cantines pourrait avoir un impact très positif à différents niveaux :

  • Tout d’abord pour les éleveurs locaux : choisir de la viande de qualité produite localement aurait des retombées économiques positives pour ces producteurs.
  • Pour l’environnement, car l’élevage est responsable de 14 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Dans certains cas, ce secteur entraîne à la fois destruction de la biodiversité et déforestation (ce qui n’est pas le cas pour les élevages agroécologiques, qui peuvent au contraire apporter de nombreux services écosystémiques). Changer le contenu d’un milliard d’assiettes par an, c’est donc limiter considérablement cet impact sur le climat et les ressources naturelles.
  • Enfin, puisque l’excès de protéines peut contribuer au surpoids ou à l’obésité des enfants, il est indispensable de remplacer certains repas carnés par des alternatives végétales, riches en fibres, en vitamines et en minéraux. C’est pourquoi nous demandons dans une pétition deux repas végétariens par semaine à horizon 2020, et parallèlement une augmentation de la part de bio dans les assiettes. Cela permettrait aux enfants d’avoir une alimentation plus équilibrée, tout en leur faisant découvrir de nouvelles saveurs.

Alors, quels efforts votre ville doit-elle fournir sur les menus de ses cantines scolaires ?

 

 

(Crédits photographiques : © Elsa Palito / Greenpeace)
Commentaires (6)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

plorage

Une belle initiative lancée par greenpeace pour proposer des repas plus équilibrés avec une plus grande proportion de bio et de légumes dans les repas de nos enfants. Quand on voit ce qu'on ose vendre en supermarché : du coca qui est plus un détergent qu'une boisson , de la charcuterie industrielle produit avéré comme cancérigène ou autre produit largement trop sucré et trop gras , il est souhaitable de veiller sur la qualité des repas de nos enfants et de leur équilibre. Les régimes fortement carnés apportent trop de protéines et coutent excessivement cher, l'alimentation a toujours été orientée vers les fruits et légumes et les régimes crétois et méditérannéens réputés pour leurs bienfaits pourraient être promus dans les cantines.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Frédérique Paggi

Bonjour, j'ai reçu une réponse, en version PDF, de ma mairie qui fait suite à votre enquête sur les menus des cantines scolaires. Pouvez-vous me communiquer une adresse à laquelle je pourrais vous la faire suivre. Bonne journée à vous.

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

barbara

Bonjour, Adhérente à Greenpeace, j'ai envoyé le résultat à ma mairie (qui offre 20 repas carnés sur 23). La réponse est:" La société *** restauration qui est le fournisseur officiel de l’école , répond parfaitement à un cahier de charges défini par le groupe d’études de marché de restauration collective et de nutrition (GEMRCN), lui-même validé par la direction des affaires juridiques du ministère de l’économie, des Finances et de l’Industrie. Selon l ‘âge des enfants, il est proposé pour répondre aux besoins nutritionnels de chacun un programme strict de fréquence de présentation des aliments et une quantité stricte de grammage de chacun des aliments. Dans le dossier que j’ai à ma disposition, la recommandation en fréquence en produits carnés semble être respectée par la société . De plus, depuis quelques années, le recours à des produits issus de l’agriculture biologique est désormais bien mentionné. Il est cité comme l’un des objectifs du Programme National pour l’Alimentation. De plus, les protéines végétales sont désormais citées comme composantes possibles du plat protidique et une liste de céréales et protéagineux à associer est systématiquement proposée." Je ne suis pas convaincue de l'intégrité de cette société, il semblerai que l'état laisse décider ces "cabinets de conseil" et des nutritionnistes (qui changent d'avis tous les deux ans) à sa place. Je soupçonne également des filières de production laitières et bovines de faire partie de ces décideurs.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Trop de viande à la cantine : vous pouvez agir !

Réduisons la part de protéines animales dans les assiettes de nos enfants

Signer la pétition