Repas d'une famille autrichienne qui consomme végétarien. © Mitja Kobal - Repas composé d'aliments végétaux.

Le régime végétarien pour sauver la planète

Selon le rapport “L’avenir de l’environnement” publié par le Programme des Nations Unies pour l’environnement en mars 2019, une baisse de la consommation de viande réduirait significativement l’empreinte écologique de la production alimentaire. A ce titre, le régime végétarien s'apparente à une habitude alimentaire appropriée aux exigences sanitaires, nutritionnelles et aux enjeux environnementaux de notre époque. 

Quelles sont les différentes sortes de régimes végétariens ? 

Adopter un régime végétarien, c’est écarter de son alimentation tout type de viande, de volaille, de gibier, de poisson ou de fruits de mer. 

Néanmoins, on peut parler de “régimes végétariens” au pluriel, puisqu’ils peuvent être compatibles avec la consommation d'œufs (ovo-végétarien), de produits laitiers (lacto-végétarien) ou les deux (ovo-lacto végétarien). Le régime végétalien, quant à lui, refuse tout aliment d’origine animale, alors que la pratique du véganisme, exclut la consommation et l’usage de tout type de produits d’origine animale, qu’ils soient alimentaires ou non (laine, cuir, etc.). 

Le régime végétarien est encore trop souvent perçu comme incomplet et favorisant certaines carences nutritionnelles, alors qu’il est tout à fait capable de fournir les apports nécessaires à notre organisme. A une condition cependant : il faut adopter une alimentation diversifiée et équilibrée, avec des apports suffisants en légumes, céréales et légumineuses. Avec un régime végétarien équilibré, vous bénéficierez de tous les apports nécessaires en protéines et en nutriments, mais aussi en fibres que l’on ne trouve quasiment pas dans les produits animaux. 

Le régime végétalien nécessite quant à lui un supplément en vitamine B12, vitamine principalement disponible dans les produits animaux (poisson, viande, produits laitiers).

Repas d'une famille ayant un régime végétarien

Repas végétarien. © Mitja Kobal

Pourquoi le régime végétarien est-il bénéfique pour l’environnement ? 

L’élevage industriel aggrave le réchauffement climatique

Les produits issus de l’élevage sont à l’origine de 80 % des émissions de gaz à effet de serre liées à l’agriculture. Ceci s’explique principalement par deux facteurs : 

  • Le soja utilisé en Europe pour nourrir les élevages industriels est principalement importé d’Amérique Latine, où il est cultivé sur des terres déforestées et dépendantes de pesticides qui nuisent à la biodiversité. Notre bande dessinée “Déracine et des ailes” revient en détail sur ce scandale environnemental et social.
  • L' élevage est à l’origine d’émissions de méthane et de protoxyde d’azote, respectivement dues à la digestion et aux déjections des animaux d’élevage. 

La surconsommation de viande et de produits laitiers participe donc à intensifier la crise climatique. C’est pourquoi nous demandons une baisse globale de la consommation de viande au profit de produits animaux de qualité, et une végétalisation de l’alimentation. Nous recommandons une consommation maximale de 300 g de viande, et 600 ml de lait par semaine et par personne.

La production de légumineuses enrichit les sols

Produire une alimentation végétale est plus viable pour l'environnement. La culture de légumes secs (lentilles, pois chiche), aliments de base d’un régime végétarien équilibré, a en effet pour particularité d’être très peu émettrice de gaz à effet de serre, et de jouer un rôle précieux dans la fertilisation naturelle des sols. 

Bien évidemment, ceci n’est valable que si les aliments choisis dans un tel régime proviennent majoritairement de cultures sans pesticides ni engrais de synthèse, produites localement et de saison : un régime végétarien composé de produits ultra transformés, importés et issus de cultures conventionnelles peut également être la source de nombreuses pollutions environnementales.

Une production agricole plus végétale libère des terres arables

Au niveau européen, 71% des terres agricoles sont destinées à nourrir les animaux. La moitié sont des terres arables et pourraient être utilisées pour produire des légumes secs, fruits et céréales pour nourrir directement la population française, plutôt que le bétail. 

Les aides de la PAC, principalement distribuées à l’hectare, favorisent le secteur de l’élevage industriel et de l’alimentation animale. Ce budget devrait être alloué en priorité au développement d’élevages plus écologiques et de cultures végétales destinées à l’alimentation humaine. 

 

Le régime végétarien, la clé pour une meilleure santé ?

La surconsommation de viande en Europe interroge de plus en plus. L’OMS et le Fonds mondial de recherche contre le cancer pointent un lien de causalité entre la consommation excessive de viande et de produits laitiers et les risques de développer un cancer, du diabète ou encore des maladies cardiovasculaires.   

Un régime végétarien équilibré se base sur une alimentation riche en fibres et pauvre en graisses saturées. Ces apports réguliers contribuent de facto à réduire les maladies chroniques, à prévenir l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète de type-2, les maladies cardio-vasculaires et l’hypercholestérolémie. 

Un changement significatif de notre mode d’alimentation est souhaitable d’un point de vue environnemental et sanitaire. Même sans adopter un régime entièrement végétarien, il est essentiel de valoriser les produits sains tels que les noix, les fruits, les légumes et les légumes secs au détriment de la viande rouge. 

 

Avoir un régime végétarien, qu’est-ce que ça veut dire au quotidien ?

Quelques astuces avant de se lancer dans le végétarisme

Adopter un régime végétarien est bénéfique pour l’environnement. Il ne s’agit en revanche pas d’une solution unique, ni suffisante, pour réduire l’impact écologique des élevages. Une alimentation incluant des portions mesurées de viande de qualité peut tout à fait être durable. A contrario, une alimentation végétarienne très riche en produits laitiers et en œufs industriels peut être délétère pour l’environnement ! 

Néanmoins, si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure végétarienne, voici quelques pistes pour bien démarrer : 

  • Renseignez-vous sur la pratique du régime végétarien, n'hésitez pas à vous rapprocher de personnes qui le pratiquent. Des réseaux existent et ce sont de très bons moyens de créer des liens avec une communauté.
  • Une fois vos premières connaissances acquises, prenez l’habitude et le temps de lire les étiquettes des produits. On n’imagine pas le nombre de plats dans lesquels on retrouve des ingrédients d’origine animale.
  • Si le changement d’habitudes alimentaires vous semble trop brusque, les plats préparés végétariens peuvent être vos alliés le temps de vous adapter à votre nouvelle alimentation (steaks végétaux, galettes de céréales…).  Attention tout de même aux produits transformés plein d’additifs et suremballés !

L’Association Végétarienne de France propose tout un panel d’astuces concrètes pour devenir végétarien·ne.

 

Les aliments de base d’un régime végétarien

Pour s’orienter vers un régime végétarien, ou du moins végétaliser son alimentation, les aliments à prioriser sont les légumes, les fruits, les céréales complètes, les légumineuses, les noix, les graines et éventuellement les œufs et produits laitiers. Pour vous aider à débuter, nous avons mis en place un petit guide de l’alimentation végétale, ainsi qu’un dépliant de recettes végétariennes de saison. 

Pour comprendre le régime végétarien, voici un guide de l'alimentation végétale réalisé par Greenpeace

Guide de l'alimentation végétale par Greenpeace
© Greenpeace

 

Quelques délicieuses recettes végétariennes

Adopter un régime végétarien permet de diversifier son alimentation et de découvrir des associations savoureuses et facilement réalisables. Pour débuter, nous vous proposons de tester la salade de haricots de mer et de pomme de terre, les tagliatelles de riz sautées aux légumes et tofu en plat principal, et de finir en beauté avec un crumble glacé banane-coco

 

Végétaliser son alimentation est une habitude alimentaire bénéfiques en tous points, au même titre que la pratique du locavorisme par exemple. Et si vous souhaitez agir au quotidien sur d’autres sujets que le régime végétarien, vous pouvez vous inscrire à la newsletter des Mardis verts. Tous les mardis, on y décortique l’empreinte écologique d’un objet du quotidien, et on vous donne des idées pour agir à votre échelle.

 

(Crédits photographiques : © Mitja Kobal)