Les océans vont mal. À la surpêche, aux pollutions, et au réchauffement climatique s’ajoute une nouvelle menace : l’exploitation minière en grande profondeur, qui pourrait démarrer en 2023, avec le soutien d’E. Macron. Au One Ocean Summit, la France doit sortir de sa posture de pure communication et prendre des engagements forts pour la protection des océans. Nous y veillerons, et voici comment.

Océans

One Ocean Summit : E. Macron à contre‑courant ?

Signez la pétition

Les océans vont mal. À la surpêche, aux pollutions, et au réchauffement climatique s’ajoute une nouvelle menace : l’exploitation minière en grande profondeur, qui pourrait démarrer en 2023, avec le soutien d’E. Macron. Au One Ocean Summit, la France doit sortir de sa posture de pure communication et prendre des engagements forts pour la protection des océans. Nous y veillerons, et voici comment.

One Ocean Summit : que se passe-t-il à Brest ?

Emmanuel Macron organise le One Ocean Summit à Brest du 9 au 11 février avec un objectif : redorer son blason de défenseur de l’environnement, à deux mois de l’élection présidentielle, et en pleine présidence française du Conseil de l’Union européenne. Nous avons une attente cruciale envers ce sommet : que la France démontre une réelle volonté de soutenir un traité international ambitieux sur la haute mer, qui permette la création d’un vaste réseau de réserves marines protégeant au moins 30% des océans d’ici à 2030. C’est la demande que nous portons, aux côtés de la communauté scientifique internationale.Ce traité sera négocié en mars à l’ONU, et nous veillerons à ce que la France soit à la hauteur. Mais nous avons de bonnes raisons de douter de la réelle ambition politique d’E. Macron, au-delà de l’exercice de communication.

Exploitation minière en eaux profondes : E. Macron à contre-courant

Emmanuel Macron a beau se positionner en protecteur des océans, la réalité est toute autre : il soutient l’extraction minière en eaux profondes. Si elle démarre en 2023, cette industrie sera un désastre sans nom, pour la vie marine comme pour le climat. Elle consiste à labourer les fonds marins pour extraire des minerais considérés comme précieux. Le résultat ? Des espèces marines et des écosystèmes fantastiques menacés, et du carbone qui s’échapperait des profondeurs, affolant encore un peu plus le climat. 

 

 

Greenpeace au coeur du One Ocean Summit

 Du 9 au 11 février, nous sommes à Brest pour participer au sommet dédié à la protection des océans, et pour maintenir la pression sur le gouvernement français. Il faut à tout prix qu’Emmanuel Macron arrête de lorgner sur l’exploitation minière en eaux profondes et qu’il s’engage pour un traité international sur la haute mer qui soit digne de ce nom. Et on saura le lui rappeler 😉

 

Ce vendredi 11 février matin, nous avons organisé une mobilisation à Brest pour exhorter Emmanuel Macron à sortir du « blue-washing » :

 

 

 

 

Crédits photographiques : © Greenpeace / Lorenzo Moscia

Commentaires (0)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE