Sous la pression d’EDF et d’Areva, et au mépris des impératifs de sûreté nucléaire, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) est sur le point de donner le feu vert aux pièces défectueuses de l'EPR : sa cuve et son couvercle. Une fois n’est pas coutume : jusqu’au 12 septembre prochain, l’ASN consulte les Français sur cette décision. Nous devons répondre à ce passage en force qui marque une nouvelle étape dans la mise en danger des populations par EDF. La tâche est un peu ardue, mais on vous explique comment faire !

Nucléaire

Incroyable : on vous demande votre avis sur le nucléaire !

Sous la pression d’EDF et d’Areva, et au mépris des impératifs de sûreté nucléaire, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) est sur le point de donner le feu vert aux pièces défectueuses de l'EPR : sa cuve et son couvercle. Une fois n’est pas coutume : jusqu’au 12 septembre prochain, l’ASN consulte les Français sur cette décision. Nous devons répondre à ce passage en force qui marque une nouvelle étape dans la mise en danger des populations par EDF. La tâche est un peu ardue, mais on vous explique comment faire !

EPR : 8 semaines pour demander à l’ASN d’agir

Le mois dernier, nous nous sommes réunis devant le chantier de l’EPR de Flamanville pour dénoncer l’irresponsabilité d’EDF et d’AREVA et interpeller le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Objectif : refuser que la sûreté nucléaire soit sacrifiée pour sauver une industrie en faillite.

Pour rappel, le mois dernier l’ASN donnait un feu vert de principe à la cuve de l’EPR, malgré de graves anomalies avérées. Même si l’ASN précise que le couvercle de la cuve devra être changé en 2024, cela signifie que pendant six ans l’EPR fonctionnerait avec un couvercle défectueux et non contrôlé… une véritable roulette russe.

Face à ces reculades inacceptables, et pour une fois qu’on nous demande notre avis, ne nous gênons pas pour faire entendre notre désaccord haut et fort !

Comment participer à cette consultation ?

Répondre à cette consultation lancée en plein milieu de l’été n’est pas une mince affaire...il ne faudrait pas que ce soit trop facile ! Nous vous proposons ci-dessous un petit guide pour faire de cet exercice digne des 12 travaux d’Astérix un jeu d’enfant.

ÉTAPE 1 : créez votre compte !

C’est ici.

ÉTAPE 2 : vous avez dû recevoir un e-mail de l’ASN. Ouvrez-le pour valider votre compte.

ÉTAPE 3 : ouf, vous pouvez ENFIN participer.

Rendez-vous tout en bas de la page de consultation et laissez votre commentaire ! Nous devons rappeler à l’ASN les points suivants :

  • La cuve est la pièce essentielle du réacteur. Sa qualité doit être impeccable ! Or, elle n’a pas les caractéristiques requises : rien ne permet de surveiller son évolution et de prévenir le risque d’une rupture brutale !
  • Dès 2005, AREVA et EDF étaient parfaitement au courant que l’usine Creusot Forge d’AREVA n’était pas en capacité de produire des pièces conformes aux normes de sûreté. C’est pourtant là que les pièces de l’EPR ont été fabriquées ! Ils ont laissé faire dans le silence…comment leur faire confiance ? Les intérêts de l’industrie nucléaire ne doivent pas passer avant la protection des populations !
  • La cuve ne doit pas être qualifiée avec son acier actuel. Le niveau de sûreté n’est pas satisfaisant, le principe de précaution doit prévaloir !
  • Nous n’acceptons pas la prise de risque que constitue l’utilisation de pièces comportant des anomalies. Le chantier doit être arrêté ! Nous, citoyens français, n’avons pas à payer le prix des erreurs stratégiques et techniques d’EDF et d’AREVA.

Jusqu’au 12 septembre, montrons que nous sommes une majorité silencieuse qui s’oppose à la mise en danger des populations par EDF, ses centrales et son EPR.





Commentaires (66)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

jason

green peace porte très mal son nom c'est plutôt "se fondre dans le moule" , ce n’est plus qu'un ramassis de petits huppé placé par ces ordure de l'état, afin que plus rien ne soit traiter, la corruption à de très belle années devant elle avec ces ordures, je leur est fourni un dossier de pollution inimaginable avec de multiple produit chimique dont des milliers qui sont vidangé dans un cours d'eau qui s'étend sur des centaines de kilomètre dont toutes les personnes se baignent dedans, et bien leur seul réponse a été vous êtes combien à vous manifester, car nous nous dérangeons que pour des collectifs, cet à dire qu'il faut leur faire le travail et la ils se déplacent, bande de branquignoles et je pèse mes mots

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Degrémont Antoine

Le nucléaire a des risques, je suis d’accord, mais nous avons la technologie et le pouvoir de les limiter au maximum. Le solaire n’a pas de risque chez nous mais l’extraction de tous les minéraux dont il a besoin est effectuée en très grande partie - et le sera de plus en plus - dans des pays où les conditions de travail sont déplorables. Elles le seront encore longtemps car les panneaux solaires et surtout les batteries pour des millions d’autos d’ici 1935 seront fabriquées dans les pays industrialisés (aussi les mégas profits comme pour les vaccins!). Ne chercherons nous pas à exporter toutes déchets du solaire dans les pays pauvres? Est-ce éthiques de reporter les risques sur les pauvres mineurs et les pays en développement? Pour que je vote verts il me faudrait une réponse à cette question. Pour moi c’est investir et fabriquer dans les pays qui produisent ces minéraux

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Peter Bu

La consultation de l' Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l'opportunité d'autoriser la constructions de l'EPR de Flamanville malgré sa cuve défectueuse  vient de se terminer. Elle a reçue 13820 commentaires au total, au lieu de 0 à 150 contributions habituelles sur le site de l'ASN (très rarement entre 151 et 600). Presque tous les intervenants sont "contre". Par ailleurs, Réseau Sortir du nucléaire a lancé sa pétition qui a recueilli 38239 signataires. Début 2017 Greenpeace et 7 autres associations ont déposé un recours exigeant que le chantier de l’EPR (qui n’aurait jamais dû commencer) soit définitivement arrêté. « L’ASN porte en réalité sur ses frêles épaules tout l’avenir de la filière nucléaire française. Déclarer que la cuve de l’EPR n’est pas aux normes reviendrait à acter la fin de la filière puisque cela reviendrait à admettre que ni EDF ni AREVA ne sont aptes à construire une technologie qu’ils tentent d’exporter à tout prix à l’étranger (Hinkley Point au Royaume-Uni, Taishan en Chine et Olkiluoto en Finlande). » 17 mai 2017 Greenpeace porte plainte auprès de la Commission européenne contre l’Etat français dénoncer le caractère illégal de l’aide qu’il a octroyée à la société EDF, suite à l'opération de recapitalisation bouclée en mars 2017. Cette aide, qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros, vise à financer des projets nucléaires particulièrement risqués pour l’entreprise, dont principalement celui d’Hinkley Point au Royaume-Uni.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE