Greenpeace tient à attirer l'attention sur un courrier adressé par l'Autorité

Climat

Premières malfaçons sur le chantier de l’EPR à Flamanville : Greenpeace craint un scénario catastrophe « à la finlandaise »

Greenpeace tient à attirer l’attention sur un courrier adressé par l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) au directeur de l’aménagement du site EDF de Flamanville (Manche) et qui fait état de malfaçons sur le chantier du réacteur EPR. Alors que les travaux commencent à peine, l’ASN pointe déjà du doigt de nombreuses malfaçons dans la réalisation des premiers bétons. Greenpeace tire la sonnette d’alarme sur ce qui ressemble à s’y méprendre à ce qui se passe en Finlande, où le chantier de construction du premier EPR tourne à la catastrophe.

Dans une lettre datée du 12 mars, qui fait suite à une inspection du chantier de l’EPR à Flamanville réalisée le 5 mars, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dresse une longue liste de malfaçons et met en demeure le directeur de l’aménagement du site EDF de prendre des mesures correctives sous un délai d’un mois.

Problèmes de béton et surcoût : un air de déjà vu…
Non conformité des ferraillages, incohérence entre les plans d’armatures et les plans de méthode, défauts de surveillance de positionnement de platine, modification de la cinétique de bétonnage, etc. : la liste des problèmes est longue, pour un chantier qui démarre tout juste et où les premiers bétons viennent tout juste d’être coulés. Rappelons qu’il s’agit de béton dit « de qualité nucléaire », qui constitue le fondement du réacteur et doit assurer directement la sûreté du réacteur et du stockage des combustibles irradiés.
Par ailleurs, lors d’une conférence, le 20 février dernier, Pierre Gadonneix, le PDG d’EDF, reconnaissait publiquement, que l’EPR de Flamanville allait coûter plus cher que prévu, sans toutefois indiquer le surcoût.

« Problèmes de malfaçons sur le chantier et dépassement budgétaire : le chantier de Flamanville a à peine commencé qu’il prend déjà la même tournure que celui de l’EPR finlandais », déclare Yannick Rousselet, chargé de la campagne Énergie de Greenpeace France.

En Finlande, où la construction du premier EPR a commencé mi-2005. Depuis le départ, il tourne au désastre. Le contrat prévoyait une connexion du réacteur EPR au réseau finlandais pour le premier semestre 2009. En réalité, ce ne sera fait au plus tôt qu’en mai ou juin 2011. Le dépassement budgétaire est désormais évalué à 1,3 milliard d’euros. En clair, au lieu des 3,3 milliards d’euros convenus au départ, l’EPR finlandais devrait coûter au moins 4,5 milliards d’euros. Sans parler du bon millier de violations des règles de qualité et de sûreté relevées par l’Autorité de sûreté finlandaise !

« La France doit tirer les leçons du désastre de l’EPR finlandais et des premiers déboires du chantier de Flamanville pour stopper ce projet inutile et si coûteux, reprend Yannick Rousselet. L’EPR de Flamanville est censé fournir une vitrine pour qu’EDF, Areva et Nicolas Sarkozy, le VRP de l’industrie nucléaire, vendent un maximum d’EPR à l’étranger. Que les pays auxquels ils font les yeux doux regardent de près ce qui se passe en France, car ils peuvent encore changer d’avis et opter pour des choix porteurs d’avenir, comme la mise en place d’une vraie politique d’efficacité énergétique et le développement des renouvelables, seules sources d’énergie propres, sûres et porteuses de paix. »

Pour consulter le courrier envoyé par l’Autorité de sûreté nucléaire au directeur de l’aménagement du site EDF de Flamanville, cliquez ici





Commentaires (33)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-luc

Réponses au Pierre : 1) Tchernobyl : 25 000 à 100 000 morts et sans doute 900 000 en tout et si l'URSS n'avait pas été un régime totalitaire capable de sacrifier 900 000 liquidateurs (pompiers) et 40 000 mineurs de Tula il y aurait eu une deuxième explosion qui aurait tué sans doute la moitié de la pop européeenne. 2) Il y a aussi eu Sverdlovsk en 1957 je crois (1 million de déplacés des milliers de mort), Three Miles Island 1979 et encore un autre important. Quant au Blayais, la centrale a été inondée par les eaux le 26 dec ou 27 déc 1999 et on a frolé la catastrophe, donc Tchenoblaye est bien approprié....Ne pas oublier non plus les retombées "légales" de radioactivité, soit par les cheminées et surtout à travers le béton (on le droit jusqu'à 1,5 % de la vapeur)..... 3) etc...et les conséquences des essais atomiques dans l'atmosphère des centaines de milliers de morts et surtout des territoires rendus inhabitables (BIKINI, Nelle Zemble) Mais la région autour de Tchernobyl est inhabitable, en Bélarussie on crève de malformations, de problèmes cardiaques, et de cancers.... 4) Le Charbon, le plus grand accident charbonnier de l'histoire a fait 1092 morts à Courrières en 1906 en France, les autres accidents ont fait beaucoup moins de morts, et s'ils en font encore beaucoup en Chine, c'est à cause de l'exploitation sauvage plus que de l'exploitation elle-meme, ça va avec le reste du capitalisme sauvage en cours là bas...Et après un accident charbonnier l'endroit n'est pas rendu inhabitable, les descendants ne souffrent pas de séquelles, bref on revient d'un accident charbonnier on ne reviendra jamais des accidents nucléaires ni des déchets nucléaires qu'on va devoir se coltiner ad vitam aeternam.... 5) les énergies renouvelables ne seront JAMAIS "prètes", si c'est pour fournir 550 Twh comme aujourd'hui, et des unités de grosses productions nécessités par des sociétés ayant besoin de ces unités de grosses production, non l'enjeu est civilisationnel, allonsnous continuer à supporter un système capitaliste qui détruit les sociétés et l'environnement avec son productivisme encore longtemps ? telle est la question et bien sûr qu'il faudra apprendre à vivre avec moins d'électricité, beaucoup moins et on verra qu'on peut vivre beaucoup mieux qu'aujourd'hui....sans dictature de l'entrepreneur dans les entreprises, sans paysages défigurés par la publicité, sans la vulgarité de la société spectaculaire-marchande, sans les OGM, sans.... plein de choses qu'on subit. 6) La surgénération a échoué, ce fut une utopie on ne pourra pas transformer des déchets en combustible, utopie issue de la religion scientiste, quant à la fusion ça fait 50 ans qu'on nous dit que dans dix ans on aura la solution, or le fait est qu'on ne peut pas maintenir une chaleur de 100 millions de degré longtemps avec nos matières terrestres, que la fusion produira des déchets nucléaires et que la crainte de l'accident restera entier et surtout que la radioactivité est autant sinon plus importante, donc ce n'est pas une solution et de toutes les façons on n'est pas près de la voir, alors autant consacrer notre argent à changer de civilisation : renouvelable, constructions isolées, etc... 7) La Peur, il ne s'agit pas de peur, il s'agit du principe de précaution et surtout il s'agit de simplement répéter ce que disent les nucléocrates et le gouvernement, je le rappelle lis la loi du 30 Octobre 1968 et les arrêtés suivants, on y parle d'accident et c'est autour de l'accident que ces règlements sont construits, le dernier en date étant le CODIRPA de février 2008, qui prévoit des fiches pour gérer la situation post-accidentelle, seul problème il ne prévoit que deux types d'accident un de 10 h et l'autre de 24 h, problème à Tchernobyl ça a duré une semaine au moins....donc ce sont les nucléocrates et le gvt qui ont peur et qui ensuite nous mentent délibérement en disant que c'est sûr : tiens au fait pourquoi la Banque Mondiale refuse de financer des réacteurs nucléaires, pourquoi aucune société d'assurance n'accepte d'assurer des réacteurs nucléaires ? Ensuite, il est faux de dire que l'accident de Three Miles Island n'a rien rejeté comme salopris, archi-faux, il y a bien eu des relachés et autrement plus importants que ce qu'on a le droit de relacher d'ordinaire, d'ailleurs il est évident que s'il y a eu comme tu l'écris "fusion partielle du coeur suite à une panne sur le système de refroidissement", il y a eu vapeur d'eau et il a bien fallu en faire quelque chose : et qu'est-ce qu'on en afait à ton avis ? Au fait si le nucléaire était si sûr, pourquoi serait-il la seule activité civile et militaire totalement gérée par le Président de la République depuis avril 2008 (et oui encore un décret présidentiel que tu ne connaissais pas...), pourquoi serait-elle la seule activité avec un arrêté qui prévoit que c'est la Defense nationale qui instaure une dictature "en cas d'accident nucléaire" ? qui c'est qu'à peur ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-luc

Réponses au Pierre : 1) Tchernobyl : 25 000 à 100 000 morts et sans doute 900 000 en tout et si l'URSS n'avait pas été un régime totalitaire capable de sacrifier 900 000 liquidateurs (pompiers) et 40 000 mineurs de Tula il y aurait eu une deuxième explosion qui aurait tué sans doute la moitié de la pop européeenne. 2) Il y a aussi eu Sverdlovsk en 1957 je crois (1 million de déplacés des milliers de mort) 3) etc...et les conséquences des essais atomiques dans l'atmosphère des centaines de milliers de morts et surtout des territoires rendus inhabitables (BIKINI, Nelle Zemble) Mais la région autour de Tchernobyl est inhabitable, en Bélarussie on crève de malformations, de problèmes cardiaques, et de cancers.... 4) Le Charbon, le plus grand accident charbonnier de l'histoire a fait 1092 morts à Courrières en 1906 en France, les autres accidents ont fait beaucoup moins de morts, et s'ils en font encore beaucoup en Chine, c'est à cause de l'exploitation sauvage plus que de l'exploitation elle-meme, ça va avec le reste du capitalisme sauvage en cours là bas...Et après un accident charbonnier l'endroit n'est pas rendu inhabitable, les descendants ne souffrent pas de séquelles, bref on revient d'un accident charbonnier on ne reviendra jamais des accidents nucléaires ni des déchets nucléaires qu'on va devoir se coltiner ad vitam aeternam....

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-luc

Il faut arrêter le nucléaire le plus vite possible a cause de l'accident. L'accident est reconnu par le gouvernement et les nucléocrates puisqu'il se trouve cité dans la loi du 30 octobre 1968 qui a lancé le programme électronucléaire en france, pour en exonérer de responsabilité l'Etat et EDF, l'arrêté présidentiel de sept 2003 qui prévoit que c'est l'armée qui prend le pouvoir "en cas d'accident nucléaire" pour le gérer...etc... Quant au remplacement du nucléaire c'est simple. A court terme le thermique fossile à flamme : charbon, fuel, gaz qui ne tourne qu'à 10 % de ses capacités à l'heure actuelle il suffit de le faire tourner à 80 % pour pouvoir remplacer sans doute très rapidement 60 à 70 % du nucléaire avec aussi l'arrêt des exportations. A long terme quand on aura changé de civilisation (façon de produire et de consommer différents) : le renouvelable. Gaz à effet de serre me direz vous ? mais le nucléaire français ne correspond qu'à 1 % de la consommation primaire d'électricité dans le monde, alors le niveau des mers augmentera de 2,02 m au lieu de 2m....et le nucléaire mondial 7 % de la conso primaire d'énergie et 17 % de l'électricité, le nucléaire est et restera marginal.... Dans tous les cas il nous faudra changer de civilisation soit en cas de maintien du nucléaire car l'uranium va disparaitre dans 60 ans soit dans le cas ou l'on choisit le thermique fossile comme c'est le cas pour 70 % de l'electricité dans le monde.... C'est à dire mettre en oeuvre une civilisation sobre qui s'appuiera sur le renouvelable... Et puis l'électricité ne contribue qu'à concurrence de 13 % pour la production des GES, qu'elle produit essentiellement du CO² qui constiute 50 % des GES, soit 7,5 % pour la contribution de l'électricité et comme il y a déjà du renouvelable dedans on arrive in fine à une très petite contribution de l'électricité à la production de GES Par conséquent il faut d'abord taper sur les transports, agriculture et industrie pour réduire les GES et laisser le thermique classique pour l'electricité pour se permettre une transition sans nucléaire et plus cool, men....

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.