À la veille de l'assemblée générale d'Areva, leader mondial du nucléaire, G

Climat

Greenpeace avertit actionnaires et clients d’Areva : les deux EPR « modèles » accumulent retards, surcoûts et problèmes techniques.

À la veille de l’assemblée générale d’Areva, leader mondial du nucléaire, Greenpeace lance un avertissement aux gouvernements et aux investisseurs susceptibles d’être intéressés par la construction de réacteurs nucléaires supplémentaires : les nouveaux réacteurs français risquent de sérieusement endommager les secteurs énergétiques comme financiers.

« Ce qui se passe en Finlande et en France, à Flamanville, où sont en construction les deux premiers réacteurs EPR d’Areva, prouve déjà que le nucléaire, c’est trop tard, trop cher, trop risqué, déclare Yannick Rousselet, de Greenpeace France. Les nouveaux EPR d’Areva se révèlent n’être qu’un cheval de Troie : au lieu de fournir une électricité moins chère et sûre, les consommateurs devront faire face à un cauchemar en termes économiques comme en termes de sûreté. »

Contrairement à ce que prétend Areva, ses deux EPR « modèles », en construction en Finlande et en France, rencontrent de sérieux problèmes. Le réacteur finlandais d’Olkiluoto a déjà accumulé deux ans de retard depuis le début de sa construction en 2005, et ses coûts ont dépassé les prévisions d’1,5 milliard d’euros. Les problèmes techniques s’accumulent : faible qualité du béton destiné aux fondations ou défauts des soudures ou des composants du réacteur, autant d’éléments qui impliquent des risques potentiels en matière de sûreté. Le gouvernement finlandais, qui avait misé sur la mise en route du réacteur pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, a bien du mal à atteindre ses objectifs fixés par le protocole de Kyoto, mais aussi à assurer un approvisionnement d’énergie fiable dans les années à venir.

Des preuves récentes montrent que la deuxième tentative de construction d’un EPR, en France, rencontre des difficultés similaires. Depuis que sa construction a commencé à Flamanville en Normandie, en décembre dernier, l’Agence française de sûreté nucléaire (ASN) a constaté toute une liste de problèmes récurrents : utilisation de béton de qualité inadaptée, fissures dans le béton, non-conformités ou absence de ferraillage pour le béton de la plateforme support réacteur,des soudures non conformes réalisées par un fournisseur, non qualification de certain opérateurs en particulier des soudeurs en charge de la réalisation du « liner » (coque en acier de protection interne), contrôles qualité inexistants ou inadéquats, variations non autorisées entre les plans « papier » du projet initial et la mise en œuvre, incapacité à réparer ces erreurs de façon satisfaisante (voir les lettres de l’ASN des 25 janvier, 19 février et 12 mars, sur www.asn.fr).

Areva, dont 87 % des parts sont contrôlées par l’État français, s’était donné l’objectif de livrer ses deux premiers EPR en Finlande et en France. L’entreprise s’est également lancée dans une vaste opération séduction pour relancer le nucléaire au niveau mondial. Tout gouvernement rejoignant Areva dans cet objectif risque de payer un prix très élevé en devenant dépendant de l’État français qui fourni à la fois la technologie et le combustible pour ces réacteurs nucléaires.

« Il serait aberrant que les gouvernements misent sur l’énergie nucléaire pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, commente Jan Beránek, de Greenpeace international. En essayant de vendre des projets nucléaires partout dans le monde, de Flamanville à Tripoli, Areva et la France jouent un jeu dangereux, qui ne fait que détourner l’attention des solutions économiques, propres et garantes de paix, disponibles dès aujourd’hui dans la lutte contre le défi climatique. »

Commentaires (12)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Pierre

Detenir 87% des parts d'une entreprise ne signifie pas payer 87% de ses dépenses !!! Ca n'a rien à voir. Et puis vu le cours de l'action Areva ces derniers mois, on peut dire que ca enrichi bien l'Etat francais. Il a été multiplié par plus de 4 en trois ans... Et puis encore heureux que l'Etat a la main mise sur le nucleaire pour empecher les gens de faire tout et n'importe quoi !! Pour une fois qu'un secteur n'est pas entierement laissé au capitalisme faut pas se plaindre, cela permet d'avoir un certains controle et ce n'est pas plus mal !! Greenpeace ?? La paix ?? Ca me fait bien rire... les arguments détruisant le nucléaire on les attends toujours !! la majorité des arguments écologiques sont infondés... ils ne détruiront jamais un secteur si porteur !!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

olivier lopez

Je suis sidéré d'apprendre que l'Etat supporte les délires mégalocriminels d'Areva à hauteur de 87% alors que de plus en plus de personnes en France n'arrive plus à se nourrir par leurs propres moyens, mais combien d'argent du peuple est déversé dans cette fausse commune???????????????????????? Il faut le calculer et dire combien de petits progets grandement moins polluants pourrait être développé avec; et combien d'emplois créés à long terme et localement pourrait permettre à chacun de vivre en paix, en verte paix. like a greenpeace quoi! Car je suis plus que persuadé que seulement quelques arguments suffisent à détruire complètement les fausses images que se font encore trop de gens du nucléaire. Gageons que si le gouvernement français persiste dans son mutisme suicidaire, il emportera avec lui tout ce qu'il a si fortement imposé au peuple pour l'affamer (ogm, impots massifs, nucléaire et démagogie en tous genre) lorsque le peuple français se soulèvera pour le renverser.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Pierre

Qui a dit que vendre des centrales a la lybie etait une bonne chose ?? certainement pas moi !!! C'est une connerie de la part des lybiens et des francais d'avoir fait ca. La lybie va depenser une somme colossale pour une energie qu'elle ne pourra pas utiliser et qui dans son cas ne sera pas rentable et en plus ils seront dependants de la france puisque contrairement aux chinois, il n'y a pas de transfert de technologie mais ce sont les francais qui en seront responsable... donc deja ca limite la proliferation !! Mais qui a dit que le nucleaire etait une energie renouvelable ?? certainement pas moi !!! Ca n'a rien de renouvelable. L'avantage est que cela ne rejette pas de gaz a effet de serre... encore une fois on mélange les débats. Decidemment je pense que tu ne sais pas lire... ou bien que tu es un bien beau démagogue... mais ça à l'air de bien te connaitre vu tes autres posts... une fois de plus un militant sans arguments fondés qui déforme les propos des autres pour faire passer un message totalement faux !!! c'est bien ca change... ou pas... Pourquoi veux tu que l'EPR brule ?? Nos autres centrales ne brulent pas que je sache ?? si ?? bon alors... Si tu es si fort pourquoi ne vends tu pas des panneaux solaires à la Lybie ?? tu ferais fortune... à défaut de tenir des propos intéressants... Et puis je ne comprends rien à la manière dont tu écris : "la proliferation pourra leur developper la bombe"... tu me présenteras "prolifération" je lui en toucherai deux mots, pour éviter qu'elle fasse des bombes... à eau !!! C'est beau de tout mélanger... Lybie... Corée... Prolifération... Plutonium... tout ça parce qu'on a aucun argument recevable, on brouille les pistes... apparemment tu vis dans un baril de plutonium pour être si incohérent...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.