1. Alimentation [img class="alignnone wp-image-89243 size-article" src="https:/

Comment rester écolo pendant le confinement ?

Il est primordial de rester chez nous, mais aussi de continuer à lutter pour la planète. Nous vous donnons quelques conseils pour rester (ou devenir !) aussi écolo que possible pendant cette période de confinement difficile. Bien entendu, ces conseils sont aussi valables hors temps de crise. Ensemble, essayons de mettre à profit cette période pour prendre de bonnes habitudes et cultiver la bienveillance à l’égard de la planète et de ses habitants.

1. Alimentation

2. Consommation

  • J’économise le chauffage, principal poste de dépense énergétique à la maison. Je pense à l’éteindre dans les pièces vides, je baisse la température (19 °C dans les pièces à vivre, 16 °C pour dormir) et j’enfile un pull si besoin.
  • Je limite ma consommation d’électricité grâce à ces conseils très simples, et je me décide à changer de fournisseur d’énergie pour choisir une électricité verte.
  • Je profite de mon temps libre pour dégivrer mon congélateur, car la formation de givre entraîne une surconsommation électrique et use plus rapidement les appareils.
  • Je retouche mes vêtements troués, je fais le tri dans les vêtements qui traînent dans les placards pour les donner à des associations caritatives à la fin de la crise.

3. Numérique

  • Je vide ma boîte mail. Le stockage de tous ces mails inutiles fait tourner les data centers à plein régime ! C’est le moment ou jamais de faire le tri.
  • J’éteins ma box et autres appareils lorsque je ne m’en sers pas, plutôt que de les laisser en veille.
  • Je limite ma pollution numérique quand je regarde des vidéos, je privilégie le Wifi à la 4G, et le filaire au Wifi, et je suis ces conseils.
  • Je pars à la recherche de mes vieux appareils électroniques dans mes tiroirs, pour les faire réparer à la fin de la crise. Je lutte ainsi contre l’obsolescence programmée.

En savoir plus sur la pollution numérique.

Bien entendu, nous vous invitons aussi à prendre soin de vous et de vos proches, et à être solidaires du personnel des hôpitaux, des services alimentaires, et de toutes celles et ceux qui sont en première ligne. La solidarité est une force et les semaines qui vont suivre peuvent être aussi l’occasion de repenser à ce qui est important dans notre rapport à la consommation et aux comportements quotidiens. Nous vous rappelons aussi que, si ces actions individuelles sont essentielles, elles ne suffiront pas à elles seules à enrayer la crise climatique qui continue de sévir, et qu’un changement systémique est indispensable.

#RESTEZCHEZVOUS

(Crédits photographiques : © Paula Vidal / Greenpeace)
Commentaires (14)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Dumont Sylvie

merci beaucoup d'avoir mis en premier le poste "alimentation" ! quand ensuite je lis l'article sur la qualité de l'air et les mesures à prendre pour l'après confinement je songe que j'aurais aimé la même démarche: que pouvons nous faire politiquement, sociétalement pour favoriser - l'information santé et culinaire sur une alimentation végétale - la réorganisation des budgets de l'agriculture, comme, soutient au bio réorganisation de la perfusion sur l'élevage, accompagnement à la transition élevage versus maraîchage ou culture - la surveillance de ce qui se passe dans les abattoirs, la meilleures transparence, les cadences terribles à questionner - la régulation des publicités qui poussent à consommer laitages ou viandes, sous des prétextes santé fallacieux - refuser l'entrée dans les écoles aux lobbies de la viande et du lait, ainsi qu'aux chasseurs qui ne doivent plus jamais être associés à des protecteurs de la nature, à des écolos, ( je rigole!) il y a beaucoup à faire, pas seulement à notre niveau perso de consommateurs, consommatrices, même si c'est là que ça commence les lobbies ( viande, lait, chasse) sont très organisés et ont une grande puissance financière, ils nous poussent à augmenter notre consommation au delà de celle que nous avions dans le passé, c'est pourquoi nous devons organiser une réponse sociétale face à leur pression, et même leur manipulation... il me semble que tout le monde est d'accord non? ;-))

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Alpin

Au lendemain de l'après crise et en vertu des nouvelles dispositions qui seront prises, sachant qu'il est parfaitement inutile de demander aux acteurs financiers un nouvel ordre mondial réconciliant la nature et l'économie raisonnée, les états les plus riches du monde occidental et les plus aisés pourraient de concert annuler toute les dettes des pays pauvres et en voie de développement en permettant à chacun de ses membres un revenu universel de subsistance et une contribution personnelle à l'intérêt général ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

THEVENOT Marie

Bonjour, Serait il possible de rappeler que la chose la plus simple , qui ne coûte rien, qu'on ne demande qu'à soi-même, est de devenir végétarien, sinon à 100%, au moins à 50? ET que pour l'être, nul besoin de manger du quinoa et du tofu mais simplement des lentilles (bien de chez nous)ou autres légumineuses, des crêpes de sarrasin,( bien bretonnes), du riz, des pâtes: menu , de plus très économique et donc accessible au plus grand nombre. Une étude pourrait elle être faite afin de connaître l'impact qu'aurait une action de ce genre? Une fois cet effort individuel fait, on est plus en droit de demander aux pouvoirs publics d'agir également. Je m'interroge aussi , en ces temps de coronavirus (et précédemment de grippe) de l'impact sur l'écologie de tous ces mouchoirs à usage unique?Sachant qu'en bien des lieux, comme le métro, on n'a pas nécessairement une poubelle sous la main, j'ai du mal à comprendre la différence entre le mouchoir papier que l'on remet dans sa poche et le mouchoir en tissu remis également dans la poche avant d'être mis dans la machine à laver. La santé d'abord oui, mais quid de l'impact écologique dans ce cas?(qui a aussi une conséquence sur notre santé). MERCI POUR VOTRE ACTION

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE