Dès le 16 mars, l’ensemble des salarié·es de Greenpeace France sera en tél

Solidarité et détermination

Comme pour l’immense majorité du pays, nos activités se trouvent impactées par l’épidémie de Covid-19. Au cours des prochaines semaines, nous allons donc nous adapter à la situation de crise sanitaire que nous traversons.

Dès le 16 mars, l’ensemble des salarié·es de Greenpeace France sera en télétravail. Toutes les activités publiques menées par les groupes locaux sont suspendues, au moins pour les deux semaines à venir. 

Nous continuerons bien sûr à travailler sur nos campagnes pour protéger la planète et le climat. Et nous continuerons à vous fournir des informations de décryptage et des propositions de mobilisation sur nos réseaux sociaux !

 

Alors que des mesures strictes sont prises en France pour limiter la propagation de l’épidémie, nous vous invitons à prendre soin de vous et de vos proches, et à être solidaires du personnel des hôpitaux, des services alimentaires, et de toutes celles et ceux qui sont en première ligne . La solidarité est une force et les semaines qui vont suivre peuvent être aussi l’occasion de repenser à ce qui est important dans notre rapport à la consommation et aux comportements quotidiens.

Un point de bascule pour repenser le système

La crise sanitaire actuelle, tout comme l’urgence climatique, exige une réponse coordonnée et cohérente au niveau international. La mobilisation actuelle planétaire des Etats pour répondre au Covid-19 révèle qu’on peut passer outre certains dogmes budgétaires ou certaines réglementations : les discours souvent entendus disant qu’il est trop difficile de mobiliser des moyens financiers pour financer la transition écologique et sauver notre avenir ne seront désormais plus acceptables.

Il est plus que jamais primordial de prendre en compte les plus vulnérables dans la lutte contre l’épidémie, tout comme dans le cadre de la transition écologique. Il est aussi vital d’avoir des services de santé publics de bonne qualité : personnel médical correctement rémunéré et avec des effectifs qui permettent de travailler dans de bonnes conditions, avec des moyens financiers suffisants pour les infrastructures. Il est également crucial d’avoir des financements publics de qualité pour la recherche. Cela concerne à la fois les questions épidémiologiques comme on le voit avec le Covid-19 mais aussi la recherche scientifique sur les questions environnementales.

Face à l’épidémie qui touche à ce jour plus d’une centaine de pays, les gouvernements se mobilisent pour s’apprêter à sauver des secteurs entiers de l’économie en injectant des dizaines de milliards dans l’économie. Au-delà de l’aide immédiate à apporter pour protéger les salarié·es et les plus vulnérables des conséquences de la crise, il est essentiel de ne pas renouveler l’erreur de la réponse à la crise financière de 2008, occasion manquée de procéder à des changements systémiques nécessaires et de penser au contraire à saisir l’opportunité de réguler la finance mondiale également au cœur de la crise climatique. Une intervention massive des pouvoirs publics dans l’économie est l’occasion d’adresser les déterminants de la crise climatique, et de rompre avec l’idéologie du laissez-faire économique et financier qui nous conduit droit au mur.

Des idées pour les prochains jours

Nous reviendrons bientôt avec davantage de contenus de décryptage, de découverte et d’information. En attendant, prenez soin de vous et de vos proches, et restez chez vous !

(Crédits photographiques : © Greenpeace / Christian Aslund)
Commentaires (11)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

rôle du réchauffement climatique et de la réduction de l'habitat des espèces sauvages dans la pandémie du covid-19

Beaucoup de très bonnes réflexions et de bonnes solutions sur la façon dont nos sociétés devraient gérer la santé publique, mais il est dommage qu'il n'y ait rien sur le rôle du réchauffement climatique et du rôle de la réduction de l'habitat des espèces sauvages dans la pandémie du covid-19. Le GIEC nous avait déjà alerté en 1990 sur le fait qu'un réchauffement climatique risquait d'induire la prolifération d'espèces vecteurs de maladies infectieuse et la diminution du nombre de leurs prédateurs... De plus, la promiscuité entre la faune sauvage et l'homme induite par la déforestation et le rétrécissement spectaculaire de la surface l'habitat des espèces sauvages, sont clairement des causes de la pandémie actuelle, avec la maltraitance d'animaux entassés vivants sur des marchés chinois...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

favre janine

Bravo!! c'est une excellente initiative !!Cette crise fait prendre conscience que l'avenir de la terre et donc le notre ne tient plus qu'à un fil que nous devons renforcer de toute urgence

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Charly

À quand l’urgence saniTerre ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE