Le gestionnaire de réseau RTE, détenu majoritairement par EDF, a annoncé merc

Nucléaire

Renoncements en série sur l’écologie : N. Hulot doit répondre à l’urgence nucléaire

La semaine dernière, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, repoussait de 5 à 10 ans la date fixée par la loi sur la transition énergétique pour réduire de 75 à 50% la part de nucléaire dans la production d'électricité. Compte tenu de la situation critique dans laquelle se trouve la France en matière de transition énergétique et de risques nucléaires, il commet une erreur extrêmement grave. Et il allonge au passage la liste des renoncements du gouvernement Macron en matière d'écologie.

Le gestionnaire de réseau RTE, détenu majoritairement par EDF, a annoncé mercredi 8 octobre matin, dans son bilan prévisionnel, que la réduction de la part du nucléaire à 50 % d’ici à 2025 impliquerait le recours à plus de centrales à gaz et à charbon et une hausse des émissions de gaz à effet de serre. Une estimation fausse, comme le montrent plusieurs scénarios de transition, comme ceux réalisés par Greenpeace, l’ADEME, ou encore de Négawatt. Dans la foulée de cette publication, Nicolas Hulot annonçait réfléchir à reporter l’échéance de 2025, détricotant l’objectif emblématique de la loi sur la transition énergétique.

Nucléaire en France : la situation est plus que critique

Après les déclarations de Nicolas Hulot et les nombreux commentaires qu’elles ont suscités, il semble important de faire quelques rappels.

L’état du parc nucléaire français est désastreux. En France, 37 réacteurs sur 58 sont touchés par des problèmes d’anomalies. Par ailleurs, en raison de nombreuses défaillances, ce sont aujourd’hui 21 réacteurs sur 58 qui sont à l’arrêt.

Le risque d’accident nucléaire en France n’a peut-être jamais été aussi important en 40 ans. En France, ces 58 réacteurs possèdent tous une piscine d’entreposage du combustible nucléaire usé qui sont extrêmement mal protégées face au risque d’attaques extérieures et constituent une véritable menace pour des millions de Français et d’Européens.

La situation financière d’EDF est catastrophique. Le géant français de l’électricité, qui est aussi l’exploitant des 58 réacteurs présents sur notre territoire, est un colosse aux pieds d’argile. Avec une dette brute de 75 milliards d’euros, les finances de l’entreprise sont plombées par le nucléaire, il n’a plus les moyens d’investir dans la maintenance des centrales nucléaires et dans la poursuite de son programme industriel.

Même lorsque EDF veut investir dans la maintenance de ses réacteurs, cela conduit à des incidents très sérieux en matière de sûreté, comme celui qui a touché la centrale de Paluel jeudi 9 novembre,lié à un problème de corrosion de certains équipements. Ce problème de rouille qui concerne la moitié des réacteurs du parc nucléaire français est emblématique de la situation.

Urgence numéro 1 : une trajectoire claire de fermeture de réacteurs

Le temps presse. La plupart des réacteurs vont arriver au bout de la durée d’exploitation qui était prévue quand ils ont été construits : l’âge fatidique des 40 ans pose une question très claire : doit-on réinvestir ou non dans notre parc nucléaire ?

Ce qui est certain, c’est qu’il ne sera pas possible de garder ces réacteurs en fonctionnement bien longtemps. De Nicolas Hulot, nous attendons une décision qui doit être prise maintenant, un trajectoire précise assortie d’un calendrier clair pour la fermeture des réacteurs ainsi que des mesures d’accompagnement pour les travailleurs du nucléaire. Pas qu’il repousse la gestion du problème aux calendes grecques.

Rappelons que le point de départ de la volonté de réduire la part du nucléaire en France remonte à la catastrophe nucléaire de Fukushima, en 2011. C’est bien depuis cette date qu’une prise de conscience massive a eu lieu sur la vulnérabilité des réacteurs nucléaires tels que nous les connaissons en France.

La décision politique de repousser l’objectif de  50% d’électricité d’origine nucléaire ne résistera pas à l’épreuve des faits : Nicolas Hulot doit s’emparer de cette urgence.

Le nucléaire n’est pas la solution

Avec 21 réacteurs nucléaires à l’arrêt sur les 58 que compte le parc nucléaire français, comment peut-on prétendre que le nucléaire puisse encore répondre aux besoins énergétiques français ?

Le problème de la transition énergétique française ne doit pas être pris à l’envers : il ne sert à rien de persister dans l’impasse nucléaire en prétendant attendre que les énergies renouvelables soient prêtes à prendre la relève. Prêtes, elles le sont déjà. Mais tant que le nucléaire prendra toute la place — sur le réseau électrique, dans les budgets publics, dans la politique énergétique — les énergies renouvelables ne pourront pas se développer rapidement et massivement.

Quant au fait de poser le débat de la transition énergétique en opposant nucléaire et charbon : cela n’a aucun sens. Annoncer un recul sur le nucléaire en pleine COP23 et le faire en invoquant le combat pour le climat relèverait presque d’une manipulation finement orchestrée.

Ainsi, le 8 novembre 2017, RTE, filiale d’EDF, a agité le chiffon rouge des émissions de gaz à effet de serre en conditionnant leur diminution au maintien de la part prépondérante du nucléaire dans le mix électrique français.

Mais c’est justement les défaillances du nucléaire, avec l’accumulation des dégradations sur les réacteurs et la mise à l’arrêt fréquente et subie de nombreuses unités, qui contraignent la France à consommer de l’électricité produite par le charbon, et qui l’obligent aussi à en importer, notamment en provenance d’Allemagne.

La seule solution à la crise climatique, c’est de passer à un système 100% renouvelable et économe en énergie et en électricité. Même EDF le reconnaît désormais : le nucléaire est moins compétitif que les énergies renouvelables. Il est temps de dire stop aux fausses solutions pour le climat.

Projet de loi hydrocarbures, glyphosate, pesticides tueurs d’abeille, traité commercial CETA : la décision de reporter les objectifs de la réduction de la part du nucléaire dans la production énergétique française s’ajoute à une longue liste de renoncements du gouvernement Macron en matière d’écologie. Sur le nucléaire en particulier, les mandats s’enchaînent mais la procrastination continue. La France ne doit plus attendre pour propulser les énergies renouvelables et en finir avec l’état de risque nucléaire permanent.





Commentaires (5)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Pinck Bernard

Je pense que là seule vraie raison cachée au maintien du nucléaire civil c'est le besoin en plutonium pour les bombes de la dissuasion. .... Quel bassesse de ne pas se prononcer pour la SORTIE du nucléaire !!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

LECLERC

Le géant au pieds d'argile! Déjà sauvé par les contribuables, les dindons de la farce, l'incontournable EDF s'enfonce! Ce leader mondial du nucléaire doit faire face aux vieillissement de ses centrales, son incapacité à terminer l'EPR, son incapacité à envisager l'après nucléaire et l'après fossile! EDF va léguer à la population 70 centrales qui tôt ou tard, seront hors d'usage, ne produirons plus rien et coûterons de plus en plus cher! Combien coûte le démantèlement d'une centrale? Combien coûte le stockage et le traitement des déchets? Pendant combien d'années. En attendant, EDF joue la prolongation, jusqu'à quand? La catastrophe ou la faillite? Dormez bien, propriétaires, patrons, cadres et salariés d'EDF, ce sont nos enfants qui payerons!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Bessin

J'ai encore reçu un courrier aujourd'hui même de la Fondation pour la Nature et l'Homme et c'était encore une demande de don !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.