Ecophyto 1 et 2 : un échec politique et agricole Le rapport découlant de cet

Agriculture

Réduction des pesticides : pas sans la grande distribution !

Réduire les pesticides, c’est possible… à condition que l’État s’en donne vraiment les moyens et que la grande distribution mette la main à la pâte. Cette affirmation ne vient pas de Greenpeace, mais des conclusions rendues ce mois-ci par une mission d’expertise mandatée par le gouvernement. Malheureusement, les plans mis en place jusqu’ici par ce dernier ont échoué. En attendant qu’il apprenne de ses erreurs, la mobilisation citoyenne continue, elle, à porter ses fruits.

Ecophyto 1 et 2 : un échec politique et agricole

Le rapport découlant de cette mission d’expertise confirme ce que Greenpeace martèle depuis plusieurs années : les objectifs assignés par les plans ECOPHYTO 1 et 2 étaient louables, mais la mise à disposition de réels moyens pour les atteindre ne s’est jamais concrétisée.

Au niveau politique, le manque de cohérence interministériel et les faibles moyens financiers alloués (71 millions d’euros) n’ont pas permis d’impulser une dynamique suffisante pour assurer une transition réelle vers des systèmes alternatifs. Pendant ce temps, les coûts sociétaux découlant de l’usage intensif des pesticides se chiffrent à plusieurs milliards d’euros.

Concernant les filières agricoles, le bilan reste le même : aucune interconnexion entre l’amont (producteurs, coopératives…) et l’aval (grande distribution, consommateurs…) n’a eu lieu, ce qui aurait pourtant permis de créer des contrats de filières incluant systématiquement la question de la baisse des pesticides et de pousser vers une modification des cahiers des charges des enseignes de la grande distribution.

Dans la foulée de ces résultats, le gouvernement vient de lancer un projet de concertation interministérielle autour de ces enjeux, dont l’objectif est d’aboutir à un plan d’action d’ici la fin du premier trimestre 2018.

Action de Greenpeace pour la réduction des pesticides

Des activistes de Greenpeace bloquent la centrale d’achat de E.Leclerc à Toulouse.
Octobre 2015 © Pierre Baelen / Greenpeace

La mobilisation citoyenne veille au grain

Nous n’avons pas attendu que l’État se décide à reconnecter l’amont et l’aval des filières agricoles autour de la réduction des pesticides. Nous avons lancé, il y a trois ans, la Course Zéro Pesticide.

Avec vous, nous avons mobilisé les enseignes de la grande distribution autour de trois enjeux :

  • La suppression des pesticides les plus dangereux et la réduction globale des volumes utilisés. Cela passe notamment par l’adoption de cahiers des charges plus ambitieux en matière de réduction des pesticides, en coconstruction avec les agriculteurs.
  • Un solide soutien aux fournisseurs (producteurs, coopératives, etc.) dans la prise de risque agronomique que représente cette transition agricole (garantie face à des pertes de rendements, acceptation de fruits et légumes “moches”, etc.).
  • La transparence sur leurs pratiques, vis-à-vis des producteurs ainsi qu’auprès des consommateur-trices.

Grâce à votre mobilisation, nous avons, entre autres, obtenu des engagements de E.Leclerc, premier distributeur de fruits et légumes en France, dont nous veillons actuellement à la mise en œuvre concrète. Nous soutenons également les agriculteur-trice-s désireux d’adopter des pratiques agroécologiques.

La grande distribution représente les 3/4de la commercialisation des fruits et légumes en France. Elle constitue donc un débouché conséquent pour une partie des filières agricoles. Le monde paysan ne doit pas assumer seul le coût du changement des pratiques. Il est temps que les distributeurs prennent également leurs responsabilités ! C’est pourquoi il est indispensable qu’ils s’engagent à soutenir leurs fournisseurs dans la mise en œuvre de ces nouvelles pratiques agroécologiques… et qu’ils progressent rapidement dans notre Course Zéro Pesticide !

Course Zéro Pesticide

(Crédits photographiques : © Peter Caton / Greenpeace)
Commentaires (49)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

BIONEL

BPS, figure toi que ce qui est de très le plus lamentable c'est que nous te parlons des véritables DANGERS que représentent les très nombreuses saloperies PESTICIDES POISONS CHIMIQUE DE SYNTHÈSES. VÉRITABLES DANGERS POUR: La micro faune. La faune. La micro flore. La flore. L'eau. L'air. La vie du sol . L'homme. ... Bref notre planète entière est menacée par ces PESTICIDES POISONS !!! Et toi,comme tes compères, tu t'attardes vraiment lourdement autour de quelques éléments naturels qui vous dérangent fortement car ils ne nourrissent pas vos féroces assoiffés de pognons. Nul n'est dupe et nul ne peux croire en vos énormes inepties; vos POISONS détruisent en permanence notre planète écrire, dire, affirmer le contraire au travers de votre imbuvable intox mensongère afin de maintenir constamment votre éternelle promotion de PESTICIDES POISONS demeure purement des actes criminels envers l'humanité. Avec vos POISONS c'est toute la chaine écologique qui est constamment attaquée et fragilisée jusqu'à sa destruction comme en témoigne déjà le nombre d'espèces déjà disparues et celles actuellement durement menacées de disparition . Face à cette réalité, il faut vraiment être une superbe bande de niais pour toujours venir clamer ici et là que ces POISONS ne sont pas de réels DANGERS et tenter de faire peur sur quelques produits naturels parce qu'ils vous dérangent !!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

BIONEL

Si par miracle, BPS a un jour un tout petit peu de cohérence avec sa lubie idéologique qui est d'entretenir une lamentable phobie sur les produits de protection des plantes cultivées en AB qui sont des produits chimiques d'origine naturelle homologués en AB et ceci bien contrairement aux très nombreux PESTICIDES POISONS issus de la chimie synthèse dont il en demeure un grand lobbyste défenseur,prescripteur et promoteur au travers de toute l' imbuvable intox qu'il déverse sans cesse accompagné de l'ensemble des ses pairs sur toute sorte de sites, forums qu'ils squattent, polluent, intoxique en permanence par leurs mensonges sans oublier leurs nombreuses véritables chapelles où ces lobbystes y prêchent également toute cette imbuvable intox en faveur de leur grande opération de promotion prescription nombreux PESTICIDES POISONS issus de la chimie synthèse nettement plus destructeur que ces quelques huiles essentielles qui leur font subitement peur !!! Pauvre lobbystes commencez donc par faire de réelles études correctes et complètes sur vos saloperies pesticides chimiques de synthèse avant de vous préoccuper des choses qui existent naturellement depuis des lustres qui vous froissent évidement puisqu'elles n'alimentent pas,ne nourrissent pas vos féroces assoiffés de pognons.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

BPS

Si par miracle, Greenpeace a un jour un tout petit peu de cohérence avec sa lubie idéologique qui est d'entretenir une lamentable phobie sur les produits de protection des plantes cultivées (sauf bien sûr ceux utilisés en AB qui sont tous des gentils produits chimiques). Cela va se traduire par des actions identiques (mobilisation citoyenne) et la demande d'études sur les produits chimiques naturellement présents dans les mignonnes huiles essentielles. https://www.santemagazine.fr/actualites/deux-huiles-essentielles-suspectees-dagir-comme-des-perturbateurs-endocriniens-306864

3 réponses

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.