Après un an et demi de campagne auprès des plus grandes enseig

Agriculture

E.Leclerc prêt à s’engager pour la réduction des pesticides ?

Après des mois de persévérance pour rencontrer les dirigeants de l’enseigne E.Leclerc et mettre le sujet des pesticides sur la table, le numéro un de la grande distribution en France, Michel-Edouard Leclerc a finalement accepté de nous recevoir. Il nous a fait part de sa volonté de s’engager vers une réduction de l’utilisation des pesticides dans la production des fruits et légumes de ses étals.

 

Des pommes cultivées dans une ferme agroécologique.

Après un an et demi de campagne auprès des plus grandes enseignes, les lignes continuent de bouger

Lorsque nous avons lancé la Course zéro pesticide en mai 2015, les six plus grandes enseignes de la grande distribution que nous avons interrogées sur leurs pratiques partaient de loin. Aujourd’hui, la plupart d’entre elles a fait un premier pas et certaines se sont engagées durablement vers le changement.

L’enseigne numéro un du secteur, E.Leclerc, a longtemps fait de la résistance (manque de transparence, ignorance face à nos interpellations…). Jusqu’à cet été, l’enseigne restait sourde à nos demandes. Mais nos différentes actions pour la faire réagir, allant du blocage de la centrale d’achats Socamil, à la mobilisation de nos militants à Landerneau, en passant par les milliers de signatures demandant à Michel-Edouard Leclerc de prendre ses responsabilités, n’auront pas été vaines.

Lors d’un rendez-vous, les dirigeants d’E.Leclerc ont finalement accepté de s’engager vers une réduction des pesticides de 50% d’ici à 2020. L’enseigne prévoit ainsi le déploiement d’un vaste audit de ses pratiques dès le premier semestre 2017, une évolution du cahier des charges de son groupement d’achat E.Leclerc ainsi que la mise en place d’un comité scientifique et de suivi. Des sites pilotes devraient également être mis en place, ainsi que la valorisation des pratiques les plus vertueuses de ses fournisseurs.

Le leader de la grande distribution devra nous faire parvenir la version finale de son plan d’action. Nous avons notamment demandé que soient incluses des mesures concernant l’élimination des molécules les plus dangereuses pour la santé et l’environnement, ainsi que des propositions pour accompagner les agriculteurs vers le changement (soutien technique, voire financier) comprenant une sécurité contractuelle pendant la période de transition.

Le lancement de ce plan d’action reste néanmoins un premier signe de bonne volonté et un signal fort envoyé à l’ensemble du secteur de la grande distribution. Mais pour que cette initiative constitue une réelle avancée, il est impératif qu’elle soit suivie d’effets. Greenpeace restera extrêmement vigilant quant à l’application effective des mesures annoncées.

Métamorphoser le système agricole actuel

Le seul modèle agricole qui garantit des pratiques agricoles saines et une alimentation de qualité, aujourd’hui et pour les générations à venir; est celui de l’agriculture écologique. Ce sont des pratiques durables qui respectent et s’appuient sur l’environnement, tout en permettant de faire face aux dérèglements climatiques. Les agriculteurs sont maîtres de leurs productions et hors du contrôle des multinationales.

Le secteur de la grande distribution influe très largement sur les pratiques de l’agriculture en France. Les plus grandes enseignes ont les moyens de faire changer les choses en accompagnant leurs fournisseurs et en impulsant une dynamique agroécologique. C’est en restant mobilisé-e-s que nous parviendrons à de tels changements.





Commentaires (135)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
Envoyer

bionel

@trafic la pauvre machine à polémiques de surcroit super troll hyper mal comprenant . Que tu le veuilles ou non,il y a une certitude c'est qu' avec 40% des publications sur ce sujet qui présentent un conflit d'intérêt; la recherche est bien minée et l' étude de l'INRA le prouve parfaitement ! Donc une fois de plus ton bec est cloué, point barre mon rigolo . Même en 2017 la vie de troll reste vraiment difficile.;-))

bionel

"40% des publications sur ce sujet présentent un conflit d'intérêt financier car les études présentées dans ces publications ont été menées ou financées, entièrement ou en partie, par les industries de biotechnologies qui développent et vendent ces plantes." Trafic tu comprend ce qui est écrit??? 40% des publications sur ce sujet présentent un conflit d'intérêt 40% des publications sur ce sujet présentent un conflit d'intérêt 40% des publications sur ce sujet présentent un conflit d'intérêt .... Ou ta profonde et incurable débilité te bloque vraiment à jamais, car c'est écrit sur le doc INRA mon pauvre ?

anna de caen

@zeppe Merci pour votre commentaire. Je connais bien cette association et elle fait du bon travail. Voici un exemple de ce qui est en cours de réalisation dans ma région : Dans la région du Bessin, à Agy-Le Tronquay (14) au sud-ouest de Bayeux, Terre de Liens a racheté en 2015 avec le soutien de l’agence de l’eau Seine-Normandie 4,4 hectares de terres. Ces parcelles sont situées dans la zone de protection d’un captage d’eau potable et leur mise en location à un éleveur laitier bio garantit la préservation de cette ressource tout en consolidant l’activité locale d’un agriculteur. A peine un an plus tard, c’est un deuxième éleveur qui sollicite Terre de Liens pour acquérir la parcelle voisine : 5,6 hectares supplémentaires qui consolideront localement l’activité d’un deuxième agriculteur tout en pérennisant la préservation de l’eau potable par l’agriculture bio. https://www.terredeliens.org/agy.html Je ne suis pas agricultrice mais je fais régulièrement des dons à cette association depuis pas mal d'années pour encourager l'agriculture biologique et le respect de l'environnement.

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.