Football : quand la pollution s’incruste sur le terrain https://www.facebook.

Climat

Pollution de l’air : le match du siècle

Signez l'appel

Vous est-il arrivé de tousser, d’avoir les yeux qui piquent ou la gorge irritée lors d'épisodes de forte pollution ? Si oui, vous avez eu un aperçu des impacts qu’a la pollution de l'air sur notre santé. Aujourd'hui, dans certaines villes de France, des polluants atmosphériques très nocifs s'invitent jusque sur les terrains de sport et de foot. Respirer un air pur est un droit : nous devons pouvoir courir, jouer, et bouger librement dans nos grandes villes, sans avoir à nous inquiéter de l'impact de la pollution sur notre santé. En signant notre appel, demandez aux responsables des grandes villes de France d'agir contre la pollution de l'air !

Football : quand la pollution s’incruste sur le terrain

Le match du siècle

🚨 #Football : un intrus sur le terrain ? ⚽☠️🏆 [Montez le son ! 🔊]En savoir plus ➡️ www.greenpeace.fr/delairVidéo : Jeronimo Acero • videographer

Publiée par Greenpeace France sur lundi 11 juin 2018

Lorsqu’on joue au foot, l’adversaire, c’est aussi la pollution de l’air. Nous avons réalisé des mesures aux abords de terrains de sport dans les trois premières villes de France : Paris, Lyon et Marseille. Nous avons constaté des niveaux de concentration de dioxyde d’azote (un polluant très toxique) quasi systématiquement supérieurs à la norme européenne annuelle en vigueur (40 μg/m3).

Dans les lieux où nous faisons du sport, il faudrait au contraire que la pollution de l’air soit la plus basse possible : quand on pratique une activité physique, on risque d’inhaler 4 à 10 fois plus de polluants atmosphériques qu’au repos. C’est particulièrement problématique dans nos grandes villes, très exposées à la pollution atmosphérique.

Pour autant, pas question de renoncer au sport en ville ! Le sport est une source de plaisir pour beaucoup d’entre nous, et ses bienfaits pour notre santé sont incontestables. C’est contre les causes structurelles de la pollution de l’air qu’il faut lutter.

Agir sur le trafic routier est une priorité : en France, il est responsable de plus de 50% des émissions d’oxydes d’azote. L’omniprésence de la voiture ne tient plus la route. Pour faire face à cette urgence sanitaire, il faut revoir nos modèles de transports et trouver des solutions pour permettre au plus grand nombre de se déplacer sans polluer.

Contre la pollution de l’air, interpellons nos maires

Les impacts de la pollution de l’air sur notre santé sont de plus en plus connus et reconnus : l’Agence européenne pour l’environnement estimait en 2013 qu’en France, ce sont plus de 8000 morts prématurées par an qui sont attribuables à l’exposition au dioxyde d’azote et plus de 45 000 morts prématurées pour l’exposition aux particules fines. Il y a urgence ! Demandons aux élus de nos grandes villes de nous protéger de la pollution de l’air.

Les responsables politiques des grandes villes et agglomérations, les maires en particulier, ont le pouvoir et le devoir de rendre nos villes plus respirables en les libérant progressivement, mais rapidement, des voitures individuelles, diesel d’abord, puis essence. Ils doivent promouvoir les alternatives : transports en commun et vélo en tête.

Ne nous laissons pas enfumer : mobilisons-nous pour pouvoir profiter de nos villes sans nous mettre en danger ! Ensemble, mettons la pollution de l’air hors-jeu.





Commentaires (8)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Françoise

"Ne nous laissons pas enfumer" ... Je suis bien d'accord ! dans ce cas, ne vous attaquez pas qu'aux véhicules, mais aussi au TABAC qui nous enfume PARTOUT même dans les habitations, ces chers fumeurs ayant "bien le droit" (... de POLLUER l'air de leurs voisins et de tous) !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

francois

je pense que Greenpeace devrait se positionner fortement et clairement en faveur des "petites lignes" de chemins de fer, afin de transporter davantage de marchandises et de personnes avec une bien moindre pollution de l'air ! Ce sera bénéfique pour a) nos poumons et b) les cheminots !

3 réponses

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Alanic

Surtout ne plus faire de sport en ville et à Paris en particulier,enfermez vous dans le métro oû l'air est dix fois plus pollué et je ne parle pas des gymnases et ses parquets plastifié,mdr sacré Greenpeace impayable

2 réponses

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.