Un vent de répression Déjà lors de la COP21 (2015), des militant·es écolog

Climat - Nucléaire

La répression des manifestations non violentes, un risque pour notre démocratie

Ces dernières années, militant·es et acteur·trices du secteur associatif ont constaté une augmentation inquiétante des répressions policières et des attaques en justice disproportionnées. Alors que certains droits civiques comme la liberté de réunion pacifique et la liberté de manifester sont sérieusement écornés, ces dérives sont-elles un signe des dysfonctionnements de notre système démocratique actuel où les pouvoirs en place cherchent à museler la contestation ?

Un vent de répression

Déjà lors de la COP21 (2015), des militant·es écologistes étaient, au nom de l’état d’urgence, assignés à résidence sans aucune justification liée à des activités terroristes ou à un danger pour l’ordre public. Ces abus trouvaient leur cause directe dans la mise en œuvre des pouvoirs administratifs par les préfets sans aucun contrôle du juge et donc sans enquête contradictoire.

C’est dans cette même veine que le gouvernement a poursuivi avec la loi dite « anti-casseurs », baptisée à juste titre par le syndicat de la magistrature de « projet anti-manifestants ». Entrée en vigueur, cette loi entrave la liberté de circulation des manifestant·es en octroyant notamment de nouveaux pouvoirs aux forces de police tels que la fouille à proximité de la manifestation. Elle crée aussi un nouveau délit de dissimulation partielle du visage aux abords de la manifestation (article 431-9 du Code pénal), ce qui risque de poser des difficultés lorsque les militant·es non violent·es doivent se protéger des gaz lacrymogènes des forces de police.

Manifestation de Greenpeace contre les projets de Total de forer près du récif de l’Amazone, 1er juin 2018.
© Simon Lambert / Greenpeace

Une large contestation

En effet, à l’occasion de manifestations avec notamment le mouvement « gilets jaunes », la Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a alerté sur l’incompatibilité des méthodes employées lors des opérations de maintien de l’ordre avec le respect des droits humains. La Commissaire a notamment appelé à suspendre l’usage de l’arme du LBD (lanceur de balles de défense) par les forces de l’ordre, comme l’avait aussi vainement déjà rappelé le Défenseur des droits en 2017. La Commissaire avait aussi rappelé à juste titre les obligations qui incombent au gouvernement d’assurer une amélioration des conditions de travail des forces de police.

Amnesty International a alerté sur la mise en danger de nos libertés de manifester et d’expression. Outre l’usage excessif de la force policière, l’utilisation massive des armes de guerre (LBD, grenades GLIF4 ou de désencerclement) durant les manifestations ne diminue pas et entraîne de nombreux blessés.

Le 28 juin 2019, la police a dispersé à grand renfort de gaz lacrymogènes et de coups de matraque des militant·es du mouvement écologiste Extinction Rebellion qui bloquaient la circulation sur un pont . Le 21 septembre 2019 à Paris, à l’occasion d’une manifestation Climat regroupant des milliers de personnes dont des familles, des militants·e écologistes, des gilets jaunes etc., les forces de police ont lancé des grenades lacrymogènes sur des manifestant·es non violent·es, une intervention totalement disproportionnée dénoncée par les organisations.

Ces intimidations contre des militant·es non violent·es participent à une stratégie politique visant à dissuader les mouvements qui dérangent (associations écologistes, gilets jaunes etc.) de s’exprimer.

Manifestation de soutien lors du procès en première instance des activistes de Greenpeace, suite à leur intrusion dans la centrale nucléaire de Cattenom, 27 février 2018.
© Pauline Maes / Greenpeace

Des poursuites disproportionnées

Les poursuites judiciaires qui découlent de ces manifestations ou actes de désobéissance citoyenne sont tout aussi disproportionnées. Les suites judiciaires « immédiates » peuvent consister dans le recours abusif aux comparutions immédiates.

D’autres poursuites judiciaires, de nature différente mais tout aussi démesurées, peuvent prendre la forme de « poursuites bâillons » ou de condamnations pénales à des peines disproportionnées pour des actes de désobéissance.

Des associations (notamment Sherpa,  France-Libertés) et des journalistes ont dénoncé l’instrumentalisation des délits de presse à leur encontre par les multinationales telles que Bolloré, Veolia ou Vinci. Avec ces procédures, et notamment des demandes financières exorbitantes, les entreprises aspirent vainement à dissuader les associations d’exercer leur droit à la liberté d’expression.

Quant aux actes de désobéissance des militant·es non violent·es, on ne peut aussi que constater une aggravation de la répression. Les « auditions libres », dont la forme est intimidante pour un·e militant·e qui n’a ni accès à son dossier ni à un avocat, sont par exemple utilisées par les forces de police pour tenter de soutirer des informations au militant et de remplir son dossier pénal. Elles peuvent notamment déboucher sur une ordonnance pénale  soit une décision non contradictoire inscrite au casier judiciaire du militant.

Toutefois, les actions de décrochage des portraits de Macron ont aussi permis à une juridiction correctionnelle de reconnaître l’état de nécessité dans lequel se trouvaient les militant·es prévenu·es, c’est-à-dire qu’ils et elles n’avaient plus d’autre choix que de « désobéir » pour interpeller l’Etat. Ces lanceurs et lanceuses d’alerte, les juridictions de jugement ont la possibilité de les reconnaître. En matière environnementale, l’urgence est telle que le juge est fortement convié à faire preuve d’activisme judiciaire. Il est au contraire dans son rôle de contre-pouvoir dans notre pays dont les libertés sont gravement menacées.

Des activistes de Greenpeace lancent un feu d’artifice sur la centrale de Cattenom, 12 octobre 2017.
© Vivien Fossez / Greenpeace

Les désobéissant·es écologistes non violent·es démontrent parfois le vain épuisement des voies légales pour faire protéger l’intérêt général face à un risque industriel ou climatique, justifiant d’autant plus le recours à des actions de désobéissance non violentes. C’est particulièrement le cas dans le nucléaire où le secteur demeure très opaque (secret défense) avec très peu de leviers légaux pour pouvoir dénoncer les risques industriels.

 

A Bure, les opposant·es au site de stockage Cigéo font l’objet d’une surveillance généralisée et d’une criminalisation systématique. Les activistes de Greenpeace qui sont entrés, le 12 octobre 2017, dans la centrale de Cattenom pour dénoncer la vulnérabilité du site ont été condamnés pour certains, pour la première fois dans l’histoire de Greenpeace France, à des peines d’emprisonnement ferme. Leur procès en appel aura lieu le 30 octobre à Metz et l’association demandera leur relaxe car ils ont agi dans l’intérêt général et sans aucun acte de violence.

Punir les lanceurs et lanceuses d’alerte ne fera pas disparaître le problème et n’entamera pas non plus notre détermination. Au contraire, cela renforce notre conviction que les actes de désobéissance civile sont plus pertinents que jamais pour protéger l’intérêt général. Défendre la liberté d’expression et de manifestation non violente est un devoir que nous continuerons à accomplir. Lorsque entreprises et autorités utilisent le bâillon de la répression et de la dissuasion pour faire taire des activistes pacifiques qui dénoncent les risques nucléaires, l’inaction du gouvernement face au changement climatique ou encore la répression policière, nous devons toutes et tous nous mobiliser pour les soutenir car ce sont aussi nos intérêts et notre démocratie qui sont en jeu.

Pour aller plus loin :

Des marches à l’ONU : le mouvement climat gêne E. Macron

Guide du manifestant, élaboré par le syndicat de la magistrature

Guide du lanceur d’alerte, élaboré par Transparency International

 

(Crédits photographiques : © Elsa Palito / Greenpeace)
Commentaires (15)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

tartarin

vous dites ,démocratie , vous semblez oublier qu elle n existe plus en france ! pourquoi me direz vous ? tout simplement pour la première des choses que nous devrions dénoncer , le vol politique de notre proportionnelle totale à toutes les élections , et aussi bien plus grave , le viol de notre vote de 2005 ,je voudrais savoir pourquoi vous et beaucoup d autres ne dites rien sur ce sujet primordial ? il semble que beaucoup occulte ce grave problème ou avez vous tous un intérêt a cela ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Bélard

Il est vraiment temps de réagir! Depuis tout ce temps!!! Pas d’évolution positive!!!! Le nihilisme commence à m'emporter!!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Enora

Ce nouveau paradigme de conscience que nous voulons créer sans pouvoir ni roi argent, est effectivement difficile à mettre en place. Le temps du tout pouvoir des gouvernances commence à être bien ébranlé et prendra fin et avec s’en ira aussi le fonctionnement de toutes nos institutions basées sur ce pouvoir et l’argent qui fourvoie l’humain en permanence et nous empêche de vivre librement et en harmonie avec notre planète. Alors oui nous avons fort à faire et surtout être, pour que notre humanité faite pour jouir de la vie dans l’amour puisse enfin exister. Chacune de nous œuvre pour le mieux. Je soutiens toutes nos actions pacifistes qui vont dans ce sens. Car le pacifisme est effectivement la voie. Alors attention aussi à ne pas se faire trop mal et avoir suffisamment de recul et de hauteur dans nos actions afin qu’elles portent le plus possible et atteignent tjrs un but du meilleur. Soyons patient car la conscience sur cette terre arrive à grand pas quoique veuille nous décourager les 80% des médias à la botte des gouvernances et l’etat Policier et justice peu conscients de ce qui se joue réellement au niveau énergétique universel. Nos sociétés créés sur le superficiel et le non respect du tout va de toute façon sombrer. Un moment donné un état de meilleur conscience va se raffermir, devenir bien présent et va faire basculer vers un mieux. Ceux qui ne sauront pas ou aller n'auront Plus qu’a Suivre ce mouvement de masse. Alors soyons bien confiant de notre pouvoir et force d’amour intérieur. C’est bien nous qui avons raisin. Par contre Le hic sur terre...est notre ego humain. Alors oui, pas si facile de le gérer même dans nos revendications et manifestations. Notre ouverture de conscience va avec notre ouverture spirituelle sans autorité ni dogme. Du chemin encore à parcourir tjrs dans l’amour du tout. Nous y arriverons certes et c’est un grand chantier que celui de l’inhumanité pour redonner à cette planète son rôle initial de Paradigme.

2 réponses

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Vous voulez nous aider à sortir du nucléaire ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour en faisant un don !