“Climate week” : la mobilisation est historique [img class="wp-image-46151

Climat

Des marches à l’ONU : le mouvement climat gêne E. Macron

Le tempo s’accélère. Le mouvement citoyen se compte désormais en millions de personnes. L’ONU parle d’urgence vitale. Emmanuel Macron ? Il tance la jeunesse, lui indique de nettoyer les plages, et promet devant les caméras du monde entier des mesures qu’il ne respecte même pas en France. Le Président est à contre-temps.

“Climate week” : la mobilisation est historique

4 millions de personnes, 160 pays : une force citoyenne planétaire

C’est une véritable “démonstration de force” qui a marqué vendredi 20 septembre le lancement de la semaine internationale de mobilisation pour le climat. Dans la lignée des “Fridays for Future” initiés par Greta Thunberg, les jeunes du monde entier ont tenu une grève internationale, rejoints par de nombreux adultes. Melbourne, Francfort, Sao Paulo, New-York… au gré de la course du soleil autour du globe, des centaines de milliers de personnes se sont relayées, de ville en ville, dans les rues pour dénoncer l’inaction et appeler les dirigeant·es à être à la hauteur de l’urgence climatique. Cette grève pour le climat est historique.

En France, un désaveu cinglant pour la politique du gouvernement

En France, la mobilisation était double : dès vendredi avec la grève pour le climat qui a rassemblé lycéen·nes, étudiant·es et salarié·es dans les rues, puis samedi, où leur ont emboîté le pas des dizaines de milliers de personnes déterminées à faire entendre leur voix, pour la justice sociale et contre l’inaction climatique. Un sondage donnait clairement le ton quelques jours plus tôt : “pour ­lutter contre le dérèglement climatique”, seules “15% des personnes interrogées font confiance au gouvernement”. Pour dénoncer cette irresponsabilité, nous étions 150 000 à marcher partout en France, de Lyon à Marseille en passant par Tours, Troyes, ou encore Annecy, dans des rassemblements déterminés et pacifiques. Sauf à Paris.

Le combat du gouvernement : la mobilisation, plus que le dérèglement

©MantovaniAndrea

A Paris, une marche Climat gâchée

Le matin déjà, un rassemblement entre certains collectifs de Gilets Jaunes et le mouvement écologique a été empêché, alors qu’il visait à témoigner qu’on ne peut réussir la transition écologique qu’en traitant aussi les injustices sociales. Pour autant, l’après-midi, l’ambiance était festive et déterminée à Luxembourg après les prises de parole de différentes ONG. Mais moins d’une heure après le départ de la marche, des black blocs se sont invités au coeur du cortège provoquant des heurts et dégradations, une violence que nous avons condamnée. Cela a servi de prétexte à l’usage totalement disproportionné de la violence par les forces de police à l’encontre d’une foule rassemblée sous un consensus d’action non violent. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été obligées de rebrousser chemin jusqu’au point de départ, où le cortège a été nassé sous les jets de lacrymo. Dans ces conditions, et parce qu’il était de notre responsabilité d’appeler à ne prendre aucun risque, nous avons appelé celles et ceux qui le pouvaient à quitter la marche. Beaucoup de participant·es l’ont fait, même si, après une heure d’incertitude, le cortège a pu repartir. A Bercy, nous avons participé au rassemblement final tel qu’il avait été prévu. Le clap de fin a été donné par une action de désobéissance civile sur le pont de Tolbiac, bloqué et barré de banderoles à l’adresse d’Emmanuel Macron pour dénoncer son inaction climatique.

La France, seul pays au monde à réprimer une marche climat

Alors que la semaine internationale de mobilisation climat faisait la une des médias par l’ampleur des marches, la France s’est illustrée en mettant en danger les dizaines de milliers de participant·es d’une manifestation déclarée et autorisée en préfecture. Nous en sommes abasourdis. Nous dénonçons cette atteinte grave à nos droits, car le maintien de l’ordre ne doit pas entraver le droit de manifester. Cet événement est le signe d’une menace croissante sur nos libertés fondamentales. Pour autant, nous ne laisserons pas le gouvernement détourner l’attention de nos exigences. Nous continuerons à dénoncer son inaction et à montrer notre force et notre détermination.

A l’ONU, un mépris pour le climat grandissant

“Défiler tous les vendredis c’est sympa”

“Défiler tous les vendredis pour dire que la planète brûle, c’est sympa mais ce n’est pas le problème…je préfère qu’on fasse des grandes opérations de ramassage sur les rivières ou les plages corses”. C’est la réponse qu’a faite Emmanuel Macron aux jeunes qui en appellent à sa responsabilité pour préserver leur avenir. Ce mépris est d’autant plus choquant que devant les caméras du monde entier, le président adopte un tout autre ton. Ainsi, Emmanuel Macron dans la seule journée du 23 septembre, aura réussi à :

Un décalage éhonté entre ses promesses à l’international et son inaction en France

A l’ONU, comme au G7 fin août, Emmanuel Macron a joué les “Monsieur Amazonie” en brandissant la carte de la déforestation. Mais ses annonces sont floues, et les réelles décisions remises à plus tard. Il a ainsi présenté une contribution française de 100 millions de dollars aux initiatives de protection des forêts. Cet argent n’exonère en rien la complicité de la France dans la déforestation. L’urgence climatique oblige à des actes courageux : par exemple interdire l’importation de soja cultivé en détruisant des forêts au Brésil.
Quant aux émissions de gaz à effet de serre, Emmanuel Macron a appelé les autres pays à faire ce qu’il ne fait pas en France. Ainsi, à la tribune des Nations unies, le Président a évoqué un objectif de réduction des gaz à effet de serre au niveau européen de 55% d’ici à 2030. Cherchez l’erreur : dans la loi énergie-climat votée depuis peu à l’Assemblée nationale, la France s’est donné un objectif de réduction bien moindre, celui de 40%, d’ici à 2030. Comment la France pourrait-elle respecter cet objectif européen, quand ses objectifs nationaux sont déjà eux-mêmes en décalage avec l’Accord de Paris ?
Enfin, le Président de la République a expliqué à l’ONU qu’on ne peut plus “avoir un agenda commercial contraire à notre agenda climatique ». Pourtant, en juillet, il a soutenu à bout de bras le CETA, traité hautement climaticide, pour qu’il soit ratifié à l’Assemblée nationale.

Une fois de plus, Emmanuel Macron se sera livré à des discours vibrants, des promesses fortes… mais ce courage est uniquement rhétorique. Rien de concret, rien qui ne réponde à l’urgence climatique. Une chose est en revanche plus tangible que jamais : Emmanuel Macron est gêné par le mouvement climat et ne s’en cache plus. Il y a évidemment les atteintes au droit de manifester à Paris samedi 21. Il y a aussi l’agacement du Président et son entourage face au discours accusateur de Greta Thunberg à l’ONU. Sa faute ? Dénoncer l’inaction des responsables politiques. En effet E. Macron trouve cela très “radical”.

La mobilisation de tous et toutes a franchi un nouveau pallier avec cette semaine internationale pour le climat. Cela commence à se voir un peu trop pour Emmanuel Macron ? C’est bien là l’idée. Le mettre au pied du mur de son inaction.

Notre détermination est intacte. La mobilisation, elle, va s’intensifier !

 

En cliquant sur "Je rejoins le mouvement", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part de Greenpeace via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".





(Crédits photographiques : © Andrea Mantovani)
Commentaires (18)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

girardot

Bonjour Au risque de me répéter, la <> avec le gilets jaunes risque de détourner plutôt que d'attirer ! Je connais bon nombre de personnes qui ne participent plus aux marches pour le climat, pour ne pas côtoyer ces GJ. En effet , faut il le rappeler, ce <> a débuté pour une revendication strictement franchouillarde: la suppression de l'augmentation de 2 cts sur l'essence pour financer la transition écologique ( tout du moins annoncée comme telle) bien loin de toute préoccupation écologique, non ? Pour illustrer mon propos : à Dijon, 2 marches le dimanche, sans GJ, entre 1000 et 1500 personnes 2 marches le samedi environ 500 personnes..dont moitié de GJ... De grâce , revenons aux marches du dimanche pour éviter tout amalgame

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Viola. Marie

Je suis donatrice depuis très longtemps. Je regrette que lors des manifestations je ne peux pas signaler mon appartenance au mouvement,ne serait ce que par un autocollant ou une banderole. Je ne suis jamais avertie par Greenpeace de ces événements.Je le déplore.Amicalement

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Le Bars

Difficile de faire bouger les choses. Les gens d’une manière générale ne sont pas prêts, voire même presque réfractaires. Hier je vais acheté du poisson . Je lui demande gentiment de ne pas me donner de sac plastique que j’essaie de faire des efforts pour les générations à venir. Je sens déjà que je l’agace. Ensuite il me sert le poisson dans deux emballages différents pour un seul poisson. ) c’est ouf)Je lui demande s’il n’y pas un moyen différent de faire . La Je sens que c’est trop que j’ai qu’a me casser si je ne suis pas content. Si j’avais été agressif, je comprendrais. On vient juste de commencer et pour certains, ils sont Déjà à bout de souffle. Putain d’égoïste ! Nous allons avoir beaucoup de mal à changer les consciences. J’ai espoir pour autant et nous y arriverons. Que la force soit avec nous tous

2 réponses

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Vous voulez nous aider à lutter contre le réchauffement climatique ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique en faisant un don !