43 ans au compteur pour Fessenheim ! Comme toutes les centrales nucléaires fra

Nucléaire

La centrale de Fessenheim ferme... et après ?

43 ans au compteur pour Fessenheim ! Comme toutes les centrales nucléaires françaises actuellement en activité, Fessenheim a été conçue initialement pour fonctionner 40 ans maximum. Au-delà, les réacteurs entrent dans une phase de vieillissement qui n’a pas été prévue par les ingénieurs et que la filière nucléaire ne maîtrise pas.

La doyenne du parc nucléaire français a bien mérité son départ à la retraite : située en zone sismique et susceptible d’être inondée, avec des micro-fissures sur la cuve du 1er réacteur, des joints et composants obsolètes, un générateur de vapeur non conforme, des arrêts prolongés, plus de 15 incidents sur chaque réacteur jugés « précurseurs » par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) car ils augmentent le risque d’accident, une vulnérabilité aux actes de malveillance et aux chutes d’avion.

Même « rénovée » à grands frais, la centrale de Fessenheim n’aurait pas pu atteindre les exigences de sûreté imposées aux réacteurs plus récents comme l’EPR. Sa fermeture était absolument nécessaire pour limiter les risques accidentels pour la France mais aussi pour l’Allemagne et la Suisse, situées à quelques dizaines de kilomètres à peine.

Cette fermeture n’est que le début d’un long processus. Quelles sont les prochaines étapes pour le site, la région et le parc nucléaire dans son ensemble ?

Pourquoi faut-il démanteler la centrale de Fessenheim au plus vite ?

Fessenheim arrête de produire de l’électricité, mais le site est loin d’être définitivement fermé : il faut désormais démanteler l’installation nucléaire et évacuer du site la totalité des substances dangereuses ou radioactives. Ces opérations peuvent s’étaler sur une durée de 20 à 30 ans, ou bien plus longtemps lorsque l’industriel traîne des pieds. En 2016, EDF annonçait vouloir reporter le démantèlement des vieux réacteurs nucléaires de la génération précédente (graphite gaz) de plusieurs décennies. Ce qui signifie que les réacteurs ne seraient toujours pas complètement démantelés d’ici la fin du 21e siècle ! L’industriel évoque des problèmes techniques mais, en réalité, le problème est surtout d’ordre financier : le démantèlement, c’est une opération qui coûte très cher et qui ne rapporte pas d’argent à EDF. Il génère des volumes de déchets radioactifs importants qu’il faut ensuite stocker quelque part et qui pèsent sur le bilan de l’entreprise.

Dans le cas de Fessenheim, EDF doit commencer par remettre un dossier sur le démantèlement à l’ASN. Cette dernière a répondu début 2020 que « le niveau de détail du plan de démantèlement remis par EDF est insuffisant ». L’exploitant doit corriger le tir au plus vite car il n’est pas bon de repousser le démantèlement à plus tard. D’abord, parce que les équipements et matériaux qui confinent les radioéléments présents dans l’enceinte vieillissent : le béton perd de son étanchéité, par exemple. Ensuite, la connaissance des installations se perd au fil du temps : personne ne connaît mieux les installations nucléaires que celles et ceux qui les ont exploitées. Le temps qui passe est un ennemi de la transmission du savoir. En outre, élément très important : qui financera et pilotera les opérations de démantèlement si elles sont reportées indéfiniment ?

Comment accompagner la reconversion économique du territoire de Fessenheim ?

En 2014, l’INSEE estimait à 5000 le nombre d’emplois directs et indirects liés à la centrale nucléaire de Fessenheim et à environ 22 000 le nombre d’habitants vivant dans le périmètre économique de la centrale. Il est essentiel d’accompagner le territoire et les travailleurs concernés par la fermeture du site. Pendant sa phase de démantèlement, la centrale continuera de créer de l’activité économique pour le territoire, mais dans une moindre mesure. Certains ont largement employé cet argument pour refuser la fermeture de la centrale de Fessenheim. Cependant, décaler la fermeture n’aurait pas réglé le problème.

Comme toute installation industrielle, elle n’est pas éternelle et il faut nécessairement prévoir la reconversion des travailleurs et le développement d’activités économiques alternatives, créatrices d’emplois locaux et de valeurs non délocalisables sur le territoire. Les énergies renouvelables par exemple. Des démarches ont été entamées en ce sens même si elles restent encore insuffisantes : en 2019, des appels d’offres ont été lancés pour développer la filière solaire photovoltaïque dans la région.

Le potentiel est immense : la région Grand Est est la 3e région de France en termes d’installations d’énergies renouvelables et celles-ci représentent déjà plusieurs milliers d’emplois. Selon une étude d’Ernst & Young publiée en janvier 2020, les énergies renouvelables permettent de créer de la valeur et des emplois sur tous les territoires. Dans la région Grand Est, la valeur de ce secteur augmente chaque année et représentera deux milliards d’euros par an en 2028.

L’avenir du territoire de Fessenheim et de la région Grand Est n’est plus dans le nucléaire, mais bien dans les énergies renouvelables.

Banderole Stop Risking Europe deployée par des militants de Greenpeace sur la centrale nucléaire de Fessenheim en 2014

Action de militants européens pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, en 2014.

Pourquoi et comment anticiper la fermeture des autres réacteurs nucléaires à bout de souffle ?

D’ici fin 2020, une douzaine d’autres réacteurs nucléaires auront dépassé 40 ans de fonctionnement et d’ici 2025, deux tiers du parc nucléaire sera périmé. Les ingénieurs n’ont pas conçu les réacteurs pour fonctionner au-delà de 40 ans, mais la filière nucléaire pèse de tout son poids pour prolonger leur durée de vie bien au-delà. En 2019, le gouvernement a fait voter une loi qui, tacitement, prévoit que les réacteurs fonctionneront jusqu’à 50 ans ou plus. Cette décision politique part du principe que le gendarme du nucléaire, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorisera les réacteurs à fonctionner au-delà de 40 ans et qu’EDF a la capacité industrielle, technique et financière de mener à bien un programme colossal de mise aux normes. Capacité largement contestable étant donnés la situation financière catastrophique d’EDF, l’ampleur des travaux à piloter sur un temps très court et les nombreux retards et manquements constatés. Début 2020, l’ASN tirait encore une fois la sonnette d’alarme face au manque de rigueur industrielle de la filière nucléaire.

Prolonger les réacteurs bien au-delà de leur durée de vie est dangereux : ils vieillissent, le moteur des réacteurs n’est pas remplaçable, et ils ne sont pas suffisamment protégés contre les risques d’accident grave. C’est pourquoi il faut anticiper et planifier la fermeture de tous les réacteurs nucléaires vieillissants. Il est temps de tirer les leçons de Fessenheim. Reporter les décisions à plus tard enferme les territoires et les salariés concernés dans l’incertitude. Huit longues années d’incertitude se sont écoulées entre l’annonce par François Hollande de la fermeture de Fessenheim et son arrêt effectif. Huit années difficiles à vivre pour le territoire et pour les travailleurs. On peut choisir de préparer les prochaines fermetures plutôt que de les subir de plein fouet.

Un calendrier précisant la date de fermeture de chaque réacteur nucléaire est essentiel pour planifier sereinement la reconversion socio-économique des travailleurs et des territoires.

 

Pour plus d’informations sur les questions de sûreté nucléaire et le vieillissement des centrales nucléaires :





(Crédits photographiques : © Bernd Lauter / Greenpeace)
Commentaires (2)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Romain

Bonjour, l'électricité que nous allons importer à la place de celle qui était produite à Fessenheim sera elle plus verte ? On peut en douter surtout quand on nous annonce qu'elle sera importée d'Allemagne et donc plus carbonée. Pour moi cette fermeture est la preuve d'une sorte de fondamentalisme non pragmatique de la part de Greenpeace. Tout est dans la communication: grande victoire quant à la fermeture, et après ? in finé est ce une bonne chose pour le changement climatique ? On peut en douter mais plus de GreenPeace pour répondre à ces questions embarassantes...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

baptiste

Pourquoi les mêmes centrales que Fessenheim vont à 60 ans et au delà à l’étranger ? Sauf, bien sur, en Allemagne qui s'est servi de l'alibi Fukushima pour pouvoir brûler le charbon ( lignite..) de son sous sol, quitte à polluer toute l'Europe ! Pourquoi, 3 réacteurs pressurisés en Suisse, pas loin de Fessenheim , ont presque 50 ans et ne seront pas arrêtés avant 2030 ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE