A quoi servent les Chambres d’agriculture ? Une des missions des Chambres d

Agriculture

Face à la crise, une nécessaire refonte des Chambres d’agriculture

Le 31 janvier dernier s’est clos un vote important mais méconnu du grand public : les élections des Chambres d’agriculture. Une nouvelle fois, et comme systématiquement depuis que ces élections existent, la liste FNSEA/JA est sortie grande gagnante. Mais quelle sera la légitimité du syndicat majoritaire, alors que la crise agricole s’aggrave, et que l’on atteint pour ces élections un taux d’abstention record d'environ 54% ? Comment faire de ces élections une opportunité pour recréer le lien entre citoyens et agriculteurs ?

A quoi servent les Chambres d’agriculture ?

Une des missions des Chambres d’agriculture est de contribuer au développement durable des territoires et des entreprises agricoles. Elles ont donc un rôle primordial dans l’orientation et la mise en œuvre des politiques agricoles sur leur territoire.

Ces élections sont aussi particulièrement importantes pour l’agriculture française car elles conditionnent le niveau de représentativité mais aussi de financement des différents syndicats.

En apparence la liste commune de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et des Jeunes Agriculteurs (JA) a tout raflé puisque gagnante dans une écrasante majorité de départements. Pour autant, le taux de participation atteint un minimum historique. De plus la liste FNSEA/JA passe sous la barre des 50% dans près d’un tiers des départements. En Bretagne, région d’élevage, le binôme est en dessous de 50% dans tous les départements. Sans compter sur l’apparition de listes dissidentes dans plusieurs départements.

Un modèle agricole en crise

Le monde agricole traverse depuis plusieurs années une crise économique et sociale. Entre surendettement et libéralisation de l’agriculture, le modèle agro-industriel porte une lourde responsabilité dans cette crise agricole et plus particulièrement dans celle que traversent les éleveurs.

Cette crise est globale : elle est aussi et avant tout écologique, et la réduire à sa seule dimension économique serait donc une erreur. Il faut absolument réintroduire la question écologique dans la construction de l’agriculture de demain, et ne pas la réduire à un prétendu conflit entre défenseurs de l’environnement et agriculteurs.

C’est parce qu’il s’agit d’une crise globale que la société civile peut légitimement questionner le rôle et la structuration des Chambres d’agriculture.

Le double discours du syndicalisme agricole au pouvoir

Plus que jamais, il est nécessaire de comprendre le projet politique de long terme porté par le syndicat agricole majoritaire, la FNSEA, pour l’agriculture en général, et pour l’élevage en particulier qui connaît des crises sans précédent. Quel bilan la FNSEA porte-t-elle alors qu’elle est à la tête des Chambres d’agriculture depuis leur création?

Afin de répondre à cette question, nous avons proposé à Gilles Luneau, écrivain, journaliste et réalisateur spécialiste du monde agricole, de mener une enquête sur ce sujet, intitulée “Vérités de campagne”.

A travers cette enquête, il ne s’agit aucunement de condamner dans son ensemble toutes les organisations professionnelles agricoles, ni le principe même des Chambres d’agriculture. Certaines d’entre elles ainsi que de nombreuses organisations agricoles (comme les Organismes Nationaux à Vocation Agricole et Rurale) font un travail remarquable. L’existence même de ces Chambres d’agriculture est non seulement légitime mais nécessaire.

Il n’en reste pas moins que les conclusions de cette enquête sont sans équivoque. Si le modèle agro-industriel continue de prospérer en France malgré des indicateurs sociaux, économiques et environnementaux dans le rouge, c’est aussi en raison de la politique menée par le syndicat majoritaire depuis une cinquantaine d’années : une politique faite de double discours, qui en coulisse renonce bien souvent à défendre les intérêts des agriculteurs au profit de l’agro-industrie.

Les difficultés s’accumulent pour les agricultrices et les agriculteurs français, et le nombre de fermes continue de diminuer dramatiquement chaque année. Il est temps que cette hémorragie cesse. Cela implique un changement radical de cap concernant les politiques publiques agricoles et alimentaires. Et cela passera nécessairement par un renouveau démocratique au sein des institutions que sont les Chambres d’agriculture.

Ces Chambres d’agriculture nouvellement élues constituent une belle opportunité pour changer ce cap et nous pensons qu’il est nécessaire de créer un espace de débat et de dialogue.

Une refonte des Chambres d’agriculture comme rempart à la crise

La première solution que Greenpeace porte depuis longtemps pour changer cet état de fait est très simple et ne coûtera rien aux contribuables hormis un peu de volonté politique. Il s’agit tout simplement de transformer le mode de scrutin aux élections départementales en un scrutin à la proportionnelle. En effet, aujourd’hui, la liste qui remporte le plus de voix obtient dès le départ la moitié des sièges du collège, auxquels s’ajoute le reste des sièges réparti proportionnellement entre toutes les listes. Cela pose un problème démocratique fondamental : celui d’une représentativité tronquée des Chambres d’agriculture.

La seconde solution consiste à croire en l’intelligence collective pour trouver des solutions. Des dizaines de milliers d’agriculteurs et agricultrices nous prouvent chaque jour qu’il est possible de faire autrement, et de plus en plus de citoyens et citoyennes s’impliquent pour une métamorphose de l’agriculture. C’est pour cela que nous demandons une ouverture des Chambres d’agriculture à la société civile pour en faire de vrais lieux de débats et de construction. Car c’est à l’échelle des territoires que les changements se mettent en place et c’est pour cela qu’il est indispensable d’ouvrir les Chambres d’agriculture à la société civile pour en faire, comme le suggère Gilles Luneau, de vrais Parlements de la nature et de la nourriture. Cela permettrait  aux agriculteurs, d’une part, de mieux faire comprendre leurs contraintes à une population de plus en plus déconnectée de l’agriculture, et d’autre part de percevoir les attentes de la société civile comme une opportunité et non comme une menace.





Commentaires (5)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Duflos Christine

Je pense que depuis 40ans on nous trahi de toute part le gouvernement actuelle ne fera rein pour l'agriculture les fermés usine pullulent de partout c n'es pas de l'élevage mais de la torture animale nos paysant étaient était plus motiver aimer leurs bêtes qu'aujourd'hui on les tues pour le rendement l'argent les animaux s'en foutes 😭 😭 😭

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

BPS

@PROSPER COLLEMBOLE Votre commentaire ad hominem qui vous caractérise car vous êtes bien incapable de pouvoir écrire autre chose fait que vous êtes PROSPER COLLEMBOLE le troll de service. Surtout pas autre chose !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

BPS

Agriculture biologique. https://fr.irefeurope.org/Publications/Etudes-et-Monographies/article/Agriculture-BIO-tromperies-subventionnees

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Vous voulez soutenir une agriculture durable ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour promouvoir l'agriculture écologique en faisant un don !