Les transports en France, en terme d’émission, ça représente quoi ? 30

Climat

#OnVeutRespirer à Clermont-Ferrand

Depuis novembre 2019, dans 15 grandes villes françaises, dont Clermont Ferrand, la campagne #OnVeutRespirer a commencé ; l'objectif est d'obtenir des engagements officiels de la part de chaque cantidat-e aux municipales, concernant les problématiques liées à la pollution de l’air en ville.

Les transports en France, en terme d’émission, ça représente quoi ?

  • 30% des gaz à effet de serre, jusqu’à 60% en ville
  • 20% des particules fines, jusqu’à 60% en ville
  • 60 % des oxydes d’azote, jusqu’à 75% en ville
  • Dont environ la moitié pour les voitures particulières.

Evidemment, ça n’est pas sans conséquence sur la santé, on compte 67 000 décès prématurés par an en France dus à la pollution de l’air.

Il est donc urgent de changer notre modèle de déplacement en ville : réduire la place des voitures les plus polluantes et développer les transports doux, comme le vélo ou les transports en commun. Avec cette campagne, nous interpellons les candidats et candidates aux élections municipales, qui se doivent, à leur échelle, de jouer un rôle important dans ces projets de transformations urbaines.

Notre action locale

En décembre dernier, notre responsable de campagne a donc envoyé une lettre à chaque candidat-e-s de la mairie de Clermont-Ferrand faisant part des recommandations de Greenpeace et leur demandant de s’engager sur des mesures concrètes.

Plus récemment, dans le contexte du déconfinement, nous avons rappelé au président de Clermont Auvergne Métropole (maire de Clermont-Ferrand) et à son vice-président (maire de Chamalières) l’urgence de mettre en place de réelles politiques publiques, cohérentes, permettant de faire face aux enjeux sanitaires et environnementaux.

Demandes de Greenpeace pour la ville de Clermont-Ferrand

  • Mettre en oeuvre une Zone à Faible Emission (ZFE) déjà promise par la ville de Clermont-Ferrand, mais sans garanties sur sa mise en pratique et sa véritable efficience.
  • Fixer une échéance et un calendrier pour la progressive disparition des véhicules diesels puis essences du centre ville.
  • Développer les alternatives à la voiture en centre ville et dans l’agglomération & diminuer la place de la voiture en ville :  améliorer l’offre et le réseau de transports en commun urbain et métropolitain ainsi que le réseau de pistes cyclables, en s’appuyant par exemple sur les propositions déjà existantes de certaines associations locales comme l’Association des Usagers des Transports d’Auvergne, l’association Velocité 63 ou l’association Tous deux roues – Un guidon dans la tête.
  • Renoncer aux projets de nouvelles infrastructures routières et autoroutières qui engendrent une hausse du trafic routier, comme le contournement routier de Cournon.

 

Réponses des candidat-e-s

Olivier BIANCHI (Naturellement Clermont)

Sur la mise en place d’une ZFE : Olivier Bianchi a déjà lancé l’étude de faisabilité de la ZFE et s’engage à sa mise en place en 2021, a priori sur le périmètre de la commune.
Sur la sortie du diesel et de l’essence : Olivier Bianchi renvoie à l’étude en cours sur la ZFE.
Sur la question des nouveaux projets routiers : il renvoie à la compétence de l’Etat et du département, mais se dit vigilant sur ce sujet.
Sur le développement des alternatives à la voiture et l’amélioration des transports publics :il poursuivra la démarche de renforcement des lignes B, C et 4, actée au Plan de Déplacements Urbains, qui prévoie le doublement de la part modale du SMTC.
Sur la place de la voiture en ville : il s’engage à abaisser la vitesse à 30km/h en ville. Il propose de revoir le partage de l’espace public, sans précision.
Pour aider les citoyens à la transition : il a mit en place la tarification solidaire au SMTC et la gratuité de l’abonnement C vélo. Il propose la gratuité des transports publics le week-end dès maintenant, et peut être la semaine à partir de 2025. Il propose un service d’auto-partage.

Jean-Pierre BRENAS (Révéler Clermont)

Sur la mise en place d’une ZFE : Pas de réponse sur ce sujet.
Sur la sortie du diesel et de l’essence : Pas de réponse sur ce sujet.
Sur la question des nouveaux projets routiers : En voulant fluidifier le carrefour des pistes, Jean-Pierre Brenas prolonge le système routier, en contradiction avec nos demandes.
Sur le développement des alternatives à la voiture et l’amélioration des transports publics : il propose de créer une ligne circulaire de transports en communs sur les boulevards.
Sur la place de la voiture en ville : Pas de réponse sur ce sujet.
Pour aider les citoyens à la transition : Pas de réponse sur ce sujet.

Éric FAIDY (Ensemble, transformons Clermont-Ferrand)

Sur la mise en place d’une ZFE : confirme la mise en place de la ZFE, pour 2021, sans donner plus de précision.
Sur la sortie du diesel et de l’essence : il s’engage à ne plus acheter de bus diesel.
Sur la question des nouveaux projets routiers : En voulant fluidifier le carrefour des pistes et le boulevard Clémentel, Éric Faidy prolonge le système routier, en contradiction avec nos demandes.
Sur le développement des alternatives à la voiture et l’amélioration des transports publics : Éric Faidy propose un renforcement ambitieux des transports collectifs comprenant notamment un tram-Train de Durtol à Pont-du-Château, une ligne circulaire de transports en communs sur les boulevards, des navettes électriques…
Sur la place de la voiture en ville : Il refuse de « chasser la voiture » de la ville.
Pour aider les citoyens à la transition : il maintiendra la tarification solidaire. Il propose des mesures d’accompagnement et un service d’aide aux démarches pour changer de véhicule.

Philippe FASQUEL (Cause commune)

Sur la mise en place d’une ZFE : il ne retient pas le principe de la ZFE mais propose d’obtenir les mêmes effets de baisse des émissions par des mesures non contraignantes.
Sur la sortie du diesel et de l’essence : il ne souhaite pas viser directement le diesel mais s’engage à une réduction drastique des flux routiers.
Sur la question des nouveaux projets routiers : Pas de réponse sur ce sujet.
Sur le développement des alternatives à la voiture et l’amélioration des transports publics : Philippe Fasquel s’engage sur le développement des transports publics, en particulier sur une étude pour mise sur rails du tram, le développement des lignes de bus ou tram en site propre, la défense du rail au niveau régional…
Sur la place de la voiture en ville : il s’engage à abaisser la vitesse à 30km/h en ville. Il propose la piétonisation du centre et devant les écoles. Il propose également de réduire le nombre de voies sur les boulevards.
Pour aider les citoyens à la transition : il est favorable à la gratuité des transports publics pour tous.

Marianne MAXIMI (Clermont en commun)

Sur la mise en place d’une ZFE : Marianne Maximi accepte le principe de la ZFE avec des exceptions. Elle promet de réduire la pollution de 50% d’ici 2030.
Sur la sortie du diesel et de l’essence : Elle propose de limiter le diesel à partir de 2025 et vise une baisse de 90% et s’engage à exclure le diesel des véhicules municipaux des 2022.
Sur la question des nouveaux projets routiers : Elle s’oppose aux grands projets routiers visant à adapter l’environnement à la voiture.
Sur le développement des alternatives à la voiture et l’amélioration des transports publics : Elle prévoie de renforcer le réseau avec notamment des bus express pour les communes extérieures en 2025 et une voie réservée aux bus sur l’A75.
Sur la place de la voiture en ville : Elle propose la piétonisation de 75% des centres de Clermont et Montferrand en 2025, et devant les écoles dès 2020 aux heures de rentrées.
Pour aider les citoyens à la transition : Elle est favorable à la gratuité des transports publics pour tous en 2022. Elle veut encourager l’auto-partage et la location. Elle propose également des dérogations à la ZFE pour les catégories défavorisées et une aide pour changer de véhicule si le besoin est impératif.