Pourquoi cette carte ? Comment l’utiliser ? Quel risque encourons-nous en cas

Nucléaire

[CARTE] Tous concernés par les risques nucléaires

Tester la carte

Novembre 2017 : alors que de nombreux voyants sont au rouge du côté de la sûreté et de la sécurité des centrales d’EDF et qu’un tiers du parc nucléaire français est en panne ou à l’arrêt, nous sommes plus que jamais tous concernés par le risque nucléaire. En France, nous sommes 66 % à vivre à moins de 75 km d’un réacteur nucléaire. Avec la carte interactive que nous rendons disponible cette semaine, visualisons concrètement le risque nucléaire lié aux 58 réacteurs présents sur notre territoire… et la protection insuffisante dont nous bénéficions.

Pourquoi cette carte ? Comment l’utiliser ?

Quel risque encourons-nous en cas d’accident nucléaire ?

Nous mettons aujourd’hui cette carte à disposition afin que nous puissions tous visualiser le risque que nous encourons en cas d’accident nucléaire. Cette carte permet d’identifier les centrales nucléaires qui sont proches de chez nous et de comprendre quelle pourrait être l’étendue de la contamination radioactive en cas de catastrophe de type Tchernobyl ou Fukushima.

En France nous sommes 66 % à vivre à moins de 75 km d’un réacteur nucléaire. Avec cette carte, les habitants de Lyon pourront par exemple constater qu’à peine 40 kilomètres les séparent de la centrale du Bugey. Les habitants de Paris, qui vivent à proximité de la centrale de Nogent-sur-Seine (100 km) pourront de la même façon réaliser que si une catastrophe de type Tchernobyl se produisait dans cette centrale, près de 40 millions de personnes seraient concernées par la contamination radioactive.

Comment utiliser cette carte ?

Pour cela, il suffit de se localiser sur la carte en entrant le nom de sa ville ou son code postal pour lancer la simulation. Il est également possible de cliquer directement sur la carte à l’endroit de votre choix pour déclencher la simulation. La carte vous indiquera la centrale nucléaire d’EDF la plus proche de votre lieu de résidence. Elle vous permettra de visualiser l’impact d’un accident nucléaire qui toucherait la centrale en question.

Sur la version actuelle de cette carte, nous avons choisi de faire figurer les 19 centrales nucléaires françaises, exploitées par EDF, ainsi que les 2 centrales nucléaires belges, exploitées par Engie-Electrabel.

Zone PPI trop restreinte : une protection insuffisante

En France, la zone PPI est la zone dans laquelle s’applique le Plan Particulier d’Intervention (PPI). Ce plan comporte l’ensemble des mesures qui doivent être appliquées par le préfet en cas d’accident sur un site nucléaire.

L’impact radiologique (contamination radioactive) de l’accident de Fukushima s’étendait sur un périmètre de plus de 100 km. En ce qui concerne la catastrophe de Tchernobyl, le périmètre était de plus 300 km. La France n’a-t-elle tiré aucune leçon de ces accidents nucléaires ?

Le plan actuel prévoit une zone de…10km. En 2016, S. Royal, alors ministre de l’Environnement, a annoncé le doublement de ces zones (20 km). Cependant, il n’y a pour le moment qu’une circulaire adoptée et pas de décret d’application publié. Le calendrier reste inconnu et Greenpeace tient à souligner qu’un PPI, même élargi à 20 km, reste un PPI trop restreint.

image carte 2

Sur cette image, la simulation d’un accident nucléaire sur la centrale EDF de Nogent-Sur-Seine. Comparée à la zone de l’impact radiologique d’un accident du type Fukushima ou Tchernobyl, la zone prise en charge par les autorités semble dérisoire.

Accident nucléaire : un niveau de risque sans précédent ?

Avec 58 réacteurs nucléaires pour 67 millions d’habitants, la France est de loin le pays le plus nucléarisé au monde, devançant le Japon et les Etats-Unis. Or, l’état du parc nucléaire français est très préoccupant. Pour rappel, 37 de ces 58 réacteurs sont aujourd’hui touchés par des problèmes d’anomalies. En raison de nombreuses défaillances, 18 de ces réacteurs sont actuellement à l’arrêt, soit près d’un tiers du parc !

A ce problème de sûreté s’ajoutent des défaillances extrêmement inquiétantes en matière de sécurité : les centrales nucléaires françaises et belges, construites à une époque où les menaces n’étaient pas les mêmes, ne sont pas protégées face aux actes de malveillance. Un constat appuyé par un rapport d’experts. Les inquiétudes des experts se focalisent tout particulièrement sur les 58 piscines d’entreposage du combustible nucléaire usé d’EDF, très mal protégées face à ces risques d’attaques extérieures.

La situation financière d’EDF, catastrophique, n’arrange rien : avec des finances plombées par le nucléaire, l’entreprise n’a plus les moyens d’investir dans la maintenance des centrales nucléaires et dans la poursuite de son programme industriel. On est également en droit de se demander comment EDF va faire face aux travaux nécessaires pour sécuriser les piscines d’entreposage du combustible nucléaire usé.

Résultat ? En 40 ans, le risque d’accident nucléaire n’a peut-être jamais été aussi important.

EDF : risques nucléaires sans frontières

Par le passé, les voisins européens de la France ont déjà manifesté leur mécontentement vis-à-vis des risques posés par les centrales nucléaires d’EDF. C’est le cas de la Suisse et de l’Allemagne, mais aussi de la Belgique et du Luxembourg.

De fait, une simple simulation sur cette carte montre qu’un accident nucléaire impliquant une des centrales d’EDF peut avoir des conséquences catastrophiques sur plusieurs pays et sur des millions de citoyen-ne-s européen-ne-s.

Sur cette image, la simulation d’un accident nucléaire touchant la centrale de Cattenom, dans laquelle les militants Greenpeace parvenaient à pénétrer il y a quelques semaines. On voit sur la carte qu’un accident de cette nature toucherait très fortement les capitales de plusieurs pays européens : Paris en France, Bruxelles en Belgique, Luxembourg et d’autres grandes villes européennes comme Maastricht et Francfort. Des millions d’européen-ne-s sont concerné-e-s.

Français-es, Belges, Suisses, Allemand-e-s et Luxembourgeois-es : nous devons dénoncer et refuser le risque nucléaire auquel nous sommes exposés en Europe. Partageons cette carte des risques nucléaires autour de nous et demandons à EDF d’agir. L’entreprise doit sécuriser les installations existantes, notamment les 58 piscines qui jouxtent les 58 réacteurs présents sur le territoire français. EDF doit aussi, de toute urgence, changer de cap et investir dans des énergies sûres, propres et aujourd’hui bon marché. 

Je signe la pétition





Commentaires (16)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Davy

Je me suis amusé avec ma tablette à faire cette petite séquence sonore avec des extraits du responsable de la com. de l'EPR de Flamanville, des extraits de journaux régional TV, des voix de synthèses et logiciel Caustic 3. C'est toxique pour les oreilles car je ne suis pas musicien mais acide. https://youtu.be/1vSYperf7DM

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jacob

Ses tous des menteurs ils ne dirons jamais la vérité sa leur rapporte trop d'€😕 faud pas rêvé ! Comme le pétrole,ou les produits pharmaceutiques la aussi on dit j'aimais rien avec Quoi ses fabriquer je vous pose la question GREENPEACE ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

LOCHE bernard

Comme les affaires de Greenpeace ne vont pas très fort c'est parti pour la diversion terroriste...autour des centrales ca y est les habitants font leur valises ...les peurs millénaristes ont déjà servi beaucoup..au moyen âge !! Mais en ces temps instables et dangereux çà peut marcher encore. Pourquoi de telles sommes dépensée ? Facile !!!!..Greenpeace pourrait nous montrer jour après jour les succès engrangés par les énergies renouvelables et mettre de banderoles sur la meilleure éoliennes ou faire la fête autour du champ de capteurs solaire le plus performant ...Rien de tout cela et pour cause on commence à se rendre compte que même par grand soleil ou par grand vent les revenus de l'électricité produite ne vont pas couvrir le moitié des frais engagés ...çà panique un peu..Mais alors braves gens que reste-t-il à défendre ???? Ou la catastrophe du CO2 dégagé de plus en plus fort par le pétrole et le charbon ou LA SECURISATION TRANQUILLE DE LA FILIERE NUCLEAIRE déjà historiquement sûre là au moins ou on sait fiabiliser des pompes de refroidissement !!!! D'où la campagne de diversion terroriste entamée par Greenpeace au service des milliardaires pétrolisés ...Quant à la campagne site nucléaire par site nucléaire ,si on ne doute pas un instant que son financement puisse être largement dégagé, elle risque surtout un dégonflement rapide de la campagne par des gens qui ne sachant pas la différence entre un proton et une petite cuillère vont surtout préparer les pistes d'une sécurisation parfaite de la filière nucléaire déjà bien avancée avec les EPR.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.