[caption id="attachment_22207" align="aligncenter" width="780"][img class="size-

Nucléaire

Les saboteurs de la centrale de Doel toujours à l’intérieur ?

Je signe la pétition

Il n’y a pas qu’en France que la sécurité des installations nucléaires pose problème. En Belgique, l’incroyable histoire du sabotage de la centrale nucléaire de Doel, exploitée par l’entreprise Engie Electrabel, montre que le nucléaire est synonyme de risques inacceptables pour la sécurité des populations. En Belgique comme en France, les autorités et les opérateurs nucléaires, Engie Electrabel et EDF, doivent assumer leurs responsabilités et arrêter de mettre les citoyens en danger.

Doel est située à quelques kilomètres de la frontière néerlandaise. Tihange, à 40 km de la ville néerlandaise de Maastricht et 60 kilomètres de l’allemande Aix-la-Chapelle. Environ 55 % de l’électricité belge provient du nucléaire.

Un sabotage venu de l’intérieur

Le 5 août 2014, alors que plusieurs centrales nucléaires françaises et belges étaient fréquemment survolées par des avions télécommandés ou des drones non identifiés, des inconnus réussissaient à commettre un acte de sabotage dans la salle des turbines du réacteur 4 de la centrale de Doel. Les dommages ont été si importants que le réacteur a dû être mis à l’arrêt pendant plus de quatre mois. Le coût des réparations s’est élevé à 138 millions d’euros.

Dans un pays où les centrales nucléaires sont situées dans des zones très densément peuplées, c’est on ne peut plus inquiétant. Plus grave encore, près de trois ans plus tard, l’enquête judiciaire a été close sans que les auteurs des faits aient pu être identifiés. Les seules certitudes dont on dispose, c’est que les coupables appartiennent au personnel d’Engie Electrabel et qu’ils devaient être plusieurs.

Comment tout cela a-t-il pu arriver ?

Les pays voisins de la Belgique comme l’Allemagne, les Pays-Bas et le Luxembourg ont à plusieurs reprises manifesté leurs inquiétudes au sujet des réacteurs nucléaires vieillissants du pays.

Il ne s’agissait pas d’un acte impulsif d’un employé frustré. Le sabotage a été planifié et bien préparé. Les auteurs de ces actes disposaient de badges de sécurité leur permettant d’accéder aux zones sensibles de la centrale. Ils connaissaient les bâtiments et les installations techniques et savaient exactement quel levier manipuler. Ils disposaient de tout le matériel nécessaire pour arriver à leurs fins. Ils savaient très bien ce qu’ils faisaient et quelles seraient les conséquences de leur sabotage.

Au même titre que les centrales nucléaires françaises, les centrales belges ne sont-elles pas correctement protégées ? Le jour de l’événement, 65 membres du personnel ont pénétré dans la salle des turbines. Les services judiciaires les ont toutes longuement interrogées. En janvier 2015, le nombre de suspects a été « réduit » à 35. À la fin de l’enquête, 12 noms restaient sur la liste des suspects. Comme l’enquête n’a rien donné, il a même été envisagé (et ce n’est pas une blague) de soumettre les suspects restants au détecteur de mensonges.

Une protection adéquate contre ce type de sabotage est impossible. Cette fois, les coupables se sont heureusement limités à saboter un élément de la partie non nucléaire de la centrale, mais que pourrait-il en être la prochaine fois ? Le 12 janvier, lors d’une discussion avec Greenpeace Belgique, Thierry Saegeman, directeur des activités nucléaires d’Engie Electrabel, a confirmé qu’il était tout à fait possible que les auteurs de ces actes puissent encore circuler dans la centrale nucléaire.

Greenpeace Belgique veut que l’on fasse preuve de transparence avec les résultats de l’enquête. Plus de trois ans après les faits, on ne peut plus se réfugier derrière le secret de l’instruction. Les risques sont beaucoup trop importants, et ces éléments doivent faire partie intégrante du débat social et politique sur l’opportunité de construire des centrales nucléaires dans les pays à forte densité de population. La Belgique dispose de sept réacteurs. En France, pas moins de 58 parsèment notre territoire… Nous sommes tous concernés par le risque nucléaire : faisons-le savoir à EDF.

 





(Crédits photographiques : © Bernd Arnold / Greenpeace)
Commentaires (1)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-Michel M.

Il doit être plus difficile de rentrer dans le moulin que l'on voit en photo que dans une centrale nucléaire :-(

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.