Dénoncer l’incohérence [caption id="attachment_22975" align="aligncenter" w

Climat

Procès historique : climat contre gouvernement norvégien

Aujourd’hui s’ouvre à Oslo le procès intenté contre le gouvernement norvégien par Greenpeace Nordic et l’association norvégienne Nature and Youth. En cause : les autorisations octroyées par les autorités norvégiennes à des compagnies pétrolières pour effectuer de nouveaux forages en Arctique. Pour Greenpeace, ces autorisations sont contraires à l’Accord de Paris sur le climat et à la Constitution norvégienne.

Dénoncer l’incohérence

Sur cette photo, Cathrine Hambro et Emanuel Feinberg, avocats de Greenpeace et de l'organisation environnementale Nature & Youth.

Le 14 novembre, rencontre avec le gouvernement norvégien au tribunal. Sur cette photo, Cathrine Hambro et Emanuel Feinberg, avocats de Greenpeace et de l’organisation environnementale Nature & Youth.

En autorisant de nouveaux forages pétroliers en Arctique pour pas moins de 13 compagnies pétrolières, le gouvernement norvégien bafoue le “droit à un environnement sain et sûr”, garanti par la Constitution norvégienne.

Le gouvernement norvégien, comme tous les autres gouvernements du monde, doit  protéger le droit des personnes à un environnement sain. Ce sont les jeunes d’aujourd’hui et leurs enfants qui subiront les pires conséquences des changements climatiques, que l’exploitation des combustibles fossiles ne fait qu’exacerber.

Ingrid Skjoldvær, directrice de l’association de jeunesse Nature and Youth

Avec ces autorisations, le gouvernement norvégien foule aussi au pied l’Accord de Paris, qu’il a pourtant ratifié, et qui prévoit de limiter la hausse de la température du globe à 1,5 – 2°C.

Il met également en danger la santé et la vie de milliers de citoyens dans le monde entier, victimes des effets du dérèglement climatique. Deux représentants des îles Fidji, menacées de disparition par la montée des eaux liée aux changements climatiques, participeront au procès à Oslo.

Nous sommes ici en Norvège car notre pays est directement affecté par le dérèglement climatique. Si on continue à exploiter le gaz et le pétrole, on ne parviendra pas à maintenir le réchauffement aussi proche que possible de 1,5 °C. Les gouvernements ne peuvent pas agir en contradiction avec l’Accord de paris, ni tricher avec le climat.

Alisi Nacewa, militante fidjienne et représentante des îles du Pacifique

Créer un précédent

L’argument selon lequel le gouvernement norvégien viole le “droit à un environnement sain et sûr”, garanti par la Constitution norvégienne, sera présenté pour la première fois devant un tribunal.

Dans le monde, environ 90 pays possèdent une disposition constitutionnelle similaire…

Si la justice nous donne raison en Norvège, ce procès pourrait avoir un effet “boule de neige” en incitant d’autres citoyen-ne-s à demander des comptes à leur gouvernement, et en donnant une interprétation du droit sur laquelle pourront s’appuyer d’autres pays.

Greenpeace Nordic et Nature & Youth attaquent le gouvernement norvégien en justice sur l’ouverture de nouvelles zones de forage dans l’océan Arctique. Des forages qui violent l’Accord de Paris ainsi que la Constitution norvégienne.

Pendant ce temps-là, à Bonn…

La COP23 suit son cours. La première semaine des négociations s’est déroulée dans une atmosphère plutôt constructive, notamment sur la définition des règles de fonctionnement de l’Accord de Paris, sur la mise en place d’un mécanisme permettant d’interroger régulièrement l’action et l’ambition des États, et sur l’organisation du premier moment de bilan collectif prévu en 2018.

A Berlin, des activistes de Greenpeace manifestent devant l’ambassade de la Norvège pour la protection du climat et de l’Arctique. Le gouvernement d’Oslo veut développer plus d’installations pétrolières au large.

Mais les progrès enregistrés sur le papier restent bien timides face à l’urgence climatique. L’arrivée des ministres et d’une vingtaine de chefs d’États et de gouvernement ce mercredi doit permettre d’acter un engagement politique clair à faire plus et plus rapidement.

Les discussions se sont tendues pendant la première semaine sur le sujet de l’action climatique à engager dès avant 2020. Ce sujet a été porté légitimement par les pays en développement, face à des pays industrialisés qui rechignent à lui accorder la place qu’il mérite.

Le Président français sera l’un des premiers à parler à la tribune mercredi, après Angela Merkel. Après le recul grave et absurde du gouvernement la semaine dernière sur la mise en œuvre de la loi de transition énergétique, Emmanuel Macron va avoir bien du mal à légitimer la posture de leader climatique international qu’il cherche à se donner. Les beaux discours ne suffiront pas, ni en France, ni à l’international. Il faut maintenant des preuves tangibles de cet engagement annoncé pour le climat –  et pour l’instant, on les cherche encore.  





(Crédits photographiques : © Nick Cobbing / Greenpeace)
Commentaires (7)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

desofire

Greenpeace qui fait la même erreur que Trump Non l'accord de Paris "n'interdit" pas ce projet. C'est un accord non contraignant qui ne fixe aucune obligation et représente plus un consensus commun sur un problème et la nécessité d'y faire face. Donc s'appuyer sur ça pour attaquer c'est aller droit dans le mur

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Cousin

Il faut que ce qui se passe en Norvège fasse boule de neige afin que un à un les états prennent leurs responsabilités. Tout est bon à prendre pour sauver notre planète.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

BRANQUET

BONJOUR à vous tous et toutes, greenpeace et tous les citoyens du MONDE, il existe des solutions pour diminuer les émissions de GES, d'autres pour séquestrer notamment le CO2, ancien cadre dans industrie pétrolère, je travaille ardemment sur de nouvelles technologies/ nonobstant les difficultés de mises au point techniques, j'observe un manque colossal de dispositions INCITATIVES DE LA PART DU POLITIQUE la méthode???, choisir entre carotte et bâton, un peu des 2??, je milite pour une carotte vraiment attirante : capitaliser sur les économies en coûts conséquences du non agissement en amont et les investir en for exemple The programme applies to projects identified for the development of a trans-European transport network to support both infrastructure projects and research and innovation projects to foster the integration of new technologies and innovative processes on the deployment of new transport infrastructure.//je suis également 1 ancien ingénieur de la marine, ai navigué aux transports pétroliers et autres énormes porte-conteneurs , "ma" solution pour sortir du pilote industriel butte sur des manques de capitaux, pendant ce temps TOTAL investit dans ancienne raffinerie de DUNKERQUE pour transformer huiles de palmes en divers produits énergétiques alors que : http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-huile-palme-catastrophe-ecologique-planetaire-13869/ agissons tous

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.