Nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation des océans. Et cela com

Quels poissons consommer sans nuire à la planète ?

Océans

Nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation des océans. Et cela commence dans notre assiette : en France, nous consommons en moyenne 20 kg de poisson par an ; or 90 % des espèces marines commerciales sont aujourd’hui surexploitées ou pêchées à la limite de durabilité.

Greenpeace n’est pas anti-pêche, mais pour une pêche qui affecte le moins possible la planète, les personnes qui y travaillent et l’équilibre des océans. Avec quelques règles de base, nous pouvons influencer les filières du poisson et valoriser la pêche durable.

Comment bien choisir son poisson ?

Deux critères principaux doivent guider notre choix :

L’espèce

Evitez les espèces les plus menacées, comme le thon rouge, le requin et les poissons de grands fonds comme le flétan, le grenadier ou l’empereur ; limitez votre consommation de grands prédateurs comme le thon tropical ou le cabillaud.

Pour les espèces les moins menacées, portez une attention particulière aux périodes de reproduction, par exemple de mi-mars à fin septembre pour le bar de ligne.

Pour le thon en boîte, privilégiez le thon listao dont les stocks sont corrects, contrairement au thon albacore aujourd’hui largement surexploité.

Et variez vos menus ! Nous consommons trop souvent les mêmes espèces (le saumon et le cabillaud représentent plus de 50 % de la consommation française), sur lesquelles repose la pression de pêche.

Le mode de pêche

Privilégiez au maximum les poissons pêchés à la ligne, et bannissez les poissons pêchés avec des méthodes destructrices comme chalutage de fond ou l’usage des dispositifs de concentration de poissons (DCP).

Pour le thon en boîte, choisissez les boîtes précisant que le thon a été pêché à la canne ou à la senne sans DCP. Si aucune indication n’est marquée sur la boite, c’est mauvais signe ! Pour vous aider à faire votre choix, Greenpeace publie depuis 2 ans un classement des principales marques de thon en boîte.

A noter que le choix de la technique de pêche peut être plus important que le choix de l’espèce : il vaut mieux consommer de l’albacore pêché sans DCP que du listao sous DCP même si les populations sont moins surexploitées…

D’une manière générale, privilégiez les produits frais, les poissons non transformés, les produits issus de la pêche artisanale. Inutile de manger un poisson qui a fait le tour du monde ! De plus en plus de circuits courts se développent, donnant la possibilité de trouver des produits de la pêche artisanale : le bar de ligne de la côte française, le thon germon des canneurs et ligneurs du Pays Basque, le cabillaud de la mer d’Iroise des pêcheries normandes et bretonnes.

En cas de doute, demandez à votre poissonnier l’origine du poisson et la méthode de pêche, et encouragez-le à proposer de plus en plus de poissons issus d’une pêche durable.

N’hésitez pas également à solliciter les services consommateurs des marques sur les méthodes de pêche et leurs engagements.

Attention aux idées reçues !

Les poissons d’élevage, une fausse bonne idée

L’aquaculture a souvent des impacts sociaux négatifs et des répercussions sur l’écosystème marin. Les mangroves asiatiques et sud-américaines ont été systématiquement détruites pour l’élevage de crevettes. De nombreuses fermes de saumon d’Écosse et du Chili causent l’asphyxie des écosystèmes et de nombreux saumons d’élevage s’échappent des cages, menaçant l’équilibre des stocks sauvages. Les fermes utilisent massivement de la farine provenant de pêcheries de petits poissons, avec un rendement faible, de l’ordre de 5 à 8 kg de farine pour produire 1 kg de poisson d’élevage.

Les labels garants d’une meilleure pêche

On le sait, les rayons regorgent de labels divers et variés, aux noms souvent prometteurs. Malheureusement, rares sont aujourd’hui les labels assez contraignants, ils restent trop souvent un simple argument publicitaire !

Le « label rouge » porte sur la qualité du produit, mais n’est pas une garantie de durabilité, tandis que le « Pavillon France » indique simplement les produits pêchés par des navires au pavillon français…

Le label MSC est le seul label un tant soit peu crédible, mais il ne constitue pas encore une garantie suffisante de durabilité.

Le label bio porte lui uniquement sur la nourriture des poissons d’élevage (ou sur la qualité de l’huile de votre thon à l’huile…). Il permet d’éviter des poissons gavés d’antibiotiques mais ne règle pas le problème de l’impact écologique des poissons d’élevage.

Si nous voulons continuer à manger du poisson de qualité tout en préservant les océans, nous devons avant tout consommer le poisson avec modération. Le poisson n’est pas un produit comme les autres, il ne peut pas être un produit de consommation de masse, il faut privilégier une consommation festive et occasionnelle. Ainsi, vous participerez efficacement à la lutte contre le pillage de nos mers et de nos océans.







Vous voulez nous aider à protéger les océans ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions en faisant un don !