Une recapitalisation destinée au financement de deux EPR à Hinkley Point [cap

Nucléaire

Nucléaire sous perfusion : Greenpeace porte plainte

Greenpeace porte plainte auprès de la Commission européenne contre l’Etat français dénoncer le caractère illégal de l’aide qu’il a octroyée à la société EDF, suite à l'opération de recapitalisation bouclée en mars 2017. Cette aide, qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros, vise à financer des projets nucléaires particulièrement risqués pour l’entreprise, dont principalement celui d’Hinkley Point au Royaume-Uni.

Une recapitalisation destinée au financement de deux EPR à Hinkley Point

La centrale d’Hinkley Point en Angleterre, dans le Somerset (septembre 2016).

La plainte de Greenpeace vise à dénoncer l’incompatibilité des augmentations de capital d’EDF avec les règles européennes relatives à la concurrence. Dans le cadre de l’augmentation de capital bouclée en mars 2017, l’État a injecté trois milliards d’euros dans les caisses d’EDF. De plus, depuis 2015, l’État français a choisi l’option de paiement de ses dividendes en actions, et non en numéraire, ce qui représente à ce jour un montant de 3,8 milliards d’euros accordés à EDF. L‘État français a donc transfusé 6,8 milliards d’euros à EDF, sans aucune garantie d’assainissement des finances de l’entreprise en contrepartie, alors qu’elle est endettée à hauteur de 75 milliards d’euros.

Au vu des déclarations d’EDF et de l’État de ces 12 derniers mois, ainsi que des documents financiers de l’entreprise, cette augmentation de capital a surtout été orchestrée pour faciliter le financement du projet de construction de deux EPR à Hinkley Point, au Royaume-Uni. Un projet à haut risque, pour lequel l’entreprise devra débourser 16 milliards d’euros alors qu’elle n’a déjà pas les moyens d’investir dans le maintien de la sûreté du parc nucléaire français, ni dans les renouvelables.

Résumons : au lieu de se comporter comme un investisseur avisé, l’État apporte un soutien inconditionnel à EDF et à ses projets nucléaires qui mettent à mal la santé financière de l’entreprise, comme celui d’Hinkley Point. Il n’y a là aucune logique économique.

Une stratégie nucléaire qui plonge EDF dans l’instabilité la plus totale

Avec Hinkley Point, EDF mise sur un projet complètement incertain, tant en raison de la compétitivité des énergies renouvelables qui ne cesse d’augmenter outre-manche qu’en raison des graves difficultés techniques rencontrées sur les chantiers EPR d’EDF et d’AREVA à Flamanville et à l’étranger.

Une trentaine d'activistes bloque le siège d'EDF, à Paris (décembre 2016). EDF doit changer de stratégie industrielle pendant qu'il est encore temps.

Une trentaine d’activistes bloque le siège d’EDF, à Paris (décembre 2016). EDF doit changer de stratégie industrielle pendant qu’il est encore temps.

Par le passé, EDF a déjà procédé à des investissements dans des projets nucléaires qui ont creusé sa dette et n’ont pas apporté de richesse : le rachat de Constellation aux États-Unis (acheté 5,3Mds€ en 2008-2009, déprécié de 1,9Md€ depuis) ou encore celui de British Energy au Royaume-Uni (acheté 15,8 Mds€ en 2008, déprécié de 2Mds€ depuis).

Pourtant, les dirigeants d’EDF s’entêtent à investir dans des projets nucléaires, s’accrochant à l’illusion du renouveau de la filière française. Le nucléaire a plombé les finances de l’entreprise qui se trouve aujourd’hui dans une impasse financière avec une dette faramineuse qu’elle ne peut rembourser et un mur d’investissements qu’elle ne peut financer.

A la veille de l’Assemblée générale d’EDF, notre message est clair : l’État ne peut plus cautionner les choix absurdes d’EDF. Quant aux dirigeants du groupe, ils doivent préserver son équilibre financier, les emplois et le service public, plutôt que de tenter de sauver le nucléaire à tout prix.





(Crédits photographiques : © Jiri Rezac / Greenpeace)
Commentaires (4)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

François Brouin

Nos gouvernants ne comptent pour rien face au lobby du nucléaire,corps des mines et intérêts financiers de grands groupes

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Bob

Pourquoi communiquer sur le dépôt d'une plainte? N'importe qui peut porter plainte, l'accusé reste présumé innocent et j'ai l'impression que la plupart des plaintes de Greenpeace n'aboutisse à aucune condamnation, sans que GP ne communique jamais alors sur l'issue... Sur la question de l'électricité, certes la France doit continuer à s'engager dans une transition, mais n'oublions pas que le nucléaire reste une option bien moins coûteuse et que le renouvelable est fortement subventionné, ce qui est normal, mais important à rappeler. Voir notamment les nombreuses vidéo et publications de JM Jancovici, par exemple http://www.sfen.org/fr/rgn/la-croissance-verte-nexiste-pas-jean-marc-jancovici. Histoire de remettre un peu les pieds sur terre.

2 réponses

N'avançons jamais le prix de l'énergie nucléaire vendue au consommateur ,alors que l'entreprise est en quasi faillite, que les couts n'intègrent que partiellement les couts faramineux de stockage et de retraitement des déchets,sans parler des couts de démantèlement des centrales, démantèlement auquel ont est incapable de procéder actuellement

Tout à fait, François. Je donne ici les coûts de production de l'électricité en dollars par MWh selon une étude réalisée par un institut financier états-unien, le groupe Lazard, publiée en décembre 2016. Il n'est pas précisé dans l'article de "S!lence" quel-s pays est/sont concerné-s par cette étude mais une projection globale peut certainement en être faite. Du moins cher au plus cher : - Éolien terrestre sans stockage : 47$/MWh ; - Solaire au sol sans stockage : 55$/MWh ; - Centrale à gaz en cogénération : 84$/MWh ; - Solaire au sol avec stockage : - 92$/MWh ; Centrale charbon : 101$/MWh ; Centrale nucléaire : 116$MWh ; Éolien terrestre avec stockage : 118$/MWh ; - Centrale fuel : 246$/MWh. C'est donc un mensonge, voire un sophisme, d'affirmer que le nucléaire est une option bien moins coûteuse que le nucléaire est bien moins coûteux que le renouvelable, d'autant plus que dans cette étude ne sont probablement pas pris en compte tous les coûts supplémentaires que vous citez. Il faut de plus y intégrer la tendance à la baisse à terme de l'éolien et du solaire.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.