L’impact des plastiques sur les océans

Océans

Ces dix dernières années, le monde a produit plus de plastiques que durant les 100 années précédentes. Nous produisons en moyenne 300 millions de tonnes de plastiques par an et on estime qu’entre 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans – l’équivalent d’un camion poubelle chaque minute.

L’ampleur de la contamination du milieu marin par les déchets plastiques est énorme. Une fois dans l’océan, il est très difficile, voire impossible de nettoyer ces déchets. Ils flottent dans tous les océans du monde, des régions polaires à l’équateur.

Entre 60 et 80 % des débris marins sont d’origine terrestre (le reste provient notamment de l’industrie de la pêche). Les débris marins les plus courants sont constitués de matières plastiques et synthétiques qui ont des effets désastreux sur la faune marine et les oiseaux de mer.
L’ingestion de débris marins touche particulièrement les tortues marines et les oiseaux de mer, mais elle n’épargne pas les autres mammifères marins et poissons. Ceux-ci avalent en général des débris marins car ils les confondent avec des proies.

Le lit marin, spécialement à proximité des régions côtières, est lui aussi contaminé – principalement par les sachets en plastique.

Microbilles, gros problème

Vous pensez certainement ne pas connaître grand-chose sur les microbilles ; pourtant vous les utilisez tous les jours.

Ce sont des petites particules en plastique, d’un diamètre inférieur à cinq millimètres, que l’on retrouve dans de nombreux produits cosmétiques vendus à travers le monde. Presque invisibles à l’œil nu, ce sont elles qui donnent leur texture aux gels douches, dentifrices et autres produits de soin pour le corps que l’on utilise dans la vie quotidienne. Un simple tube de crème pour le visage peut en contenir jusqu’à 360 000 ! Cela signifie que le simple fait de se laver, ou de se brosser les dents, amène inconsciemment l’utilisateur à rejeter des milliers de ces billes en plastique dans l’environnement.

Suite à la pression de nombreuses associations, dont Greenpeace, de grandes marques, ainsi que plusieurs pays, ont décidé de bannir ces microbilles.

En France, la loi Biodiversité oblige les entreprises cosmétiques à supprimer les microbilles de leur production avant janvier 2018.

Moins de plastique à terre, moins de plastique en mer

Pour Greenpeace, éliminer le plastique à la source est la meilleure solution pour lutter contre cette pollution de nos océans. Utiliser des matières qui peuvent subsister pendant plusieurs centaines d’années est tout simplement aberrant, qui plus est pour un usage unique comme les emballages !

Quelles sont les solutions ?

Si le nettoyage de la grande plaque de déchets semble un chantier titanesque dont personne ne veut assumer la paternité ni les coûts, il est de la responsabilité de la communauté internationale de régler ce problème et d’adopter des mesures efficaces de lutte contre les déchets. Il est également indispensable de développer le recyclage des déchets, de privilégier l’utilisation du plastique biodégradable et mettre en place une véritable politique de réduction des déchets.

Ce que vous pouvez faire

Nous sommes tous responsables de cette situation, et chacun doit s’impliquer pour qu’elle n’empire pas. Il est grand temps de remettre fondamentalement en cause la manière dont nous usons (ou abusons) des matières plastiques. Vous pouvez agir dès à présent :

  1. Chaque fois que vous voyez des déchets, ramassez-les et jetez-les de manière appropriée.
  2. Réduisez votre consommation, réutilisez, recyclez vos produits.
  3. Soyez un consommateur responsable, et faites votre possible pour éviter les produits dont l’emballage est excessif, en particulier lorsqu’il s’agit de produits jetables.
  4. Faites pression pour des équipements de recyclage de meilleure qualité et plus nombreux dans votre quartier.
  5. Participez aux initiatives locales de nettoyage de cours d’eau, rivières et plages, ou organisez-en une vous-même. Ces opérations ne sont pas une solution miracle, mais elles sont très efficaces pour attirer l’attention sur le problème plus grave de nos océans.
  6. Si vous habitez en région côtière ou au bord d’un cours d’eau se jetant dans l’océan, vos égouts amènent probablement les déchets directement en mer. Soyez conscient de ceci, ainsi que de toute autre source potentielle de pollution marine dans votre région. Battez-vous pour leur disparition.
  7. Soyez très conscient de votre empreinte écologique. Prenez des décisions allant dans le sens du changement, et dites non au « tout jetable ».






Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.