Moches, bruyantes et méchantes, les éoliennes ?

Climat - Nucléaire

Quel est l’impact environnemental des éoliennes ?

Moches, bruyantes et méchantes, les éoliennes ?

Climat, Nucléaire

À grands coups d'arguments biaisés sur l’impact environnemental des énergies renouvelables, les opposants à l'éolien font circuler des idées fausses. Désintox en cinq points sur les conséquences de l'éolien sur les oiseaux, le bruit et autres idées reçues.

Les éoliennes tuent-elles les oiseaux et chauves-souris ?

L’éolienne est souvent présentée comme une menace pour les oiseaux et les chauves-souris. Si certains parcs éoliens, généralement les plus anciens, peuvent en effet avoir une influence sur la biodiversité (altération des habitats, dérangement des espèces ou mortalité directe par collision), la réglementation actuelle est stricte : avant toute implantation d'éolienne, il est aujourd'hui obligatoire de réaliser une étude d'impact puis de mettre en œuvre des mesures afin d'éviter, réduire et enfin compenser les éventuels impacts résiduels. L'objectif : zéro perte nette de biodiversité, voire un gain. Une fois le parc éolien mis en service, un suivi environnemental est obligatoire afin de s'assurer de l'efficacité des mesures proposées.

De fait, une étude sur l'impact de l'éolien publiée par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) en 2017 montre que la mortalité des oiseaux due aux éoliennes est relativement faible lorsque les projets évitent les secteurs présentant de forts « enjeux avifaunes » (dans les zones Natura 2000 ou les espaces vitaux des rapaces, par exemple).

La LPO souligne également que les impacts des éoliennes sur les chauves-souris et les oiseaux peuvent être fortement limités par un choix judicieux du lieu d’implantation et par la mise en œuvre de « plans de bridage » (par exemple en programmant un ralentissement ou un arrêt des pales d'une éolienne aux « heures de pointe » de passage des oiseaux ou chauves-souris, ou en période migratoire…). La prise en compte de la biodiversité dans le développement et l’exploitation des parcs éoliens a donc nettement progressé et continue de mobiliser l'attention de la LPO qui travaille sur ces questions avec le ministère de l’Ecologie, l’Ademe et les représentants de la filière éolienne dans le cadre du programme Eolien et biodiversité.

Une éolienne fait moins de bruit qu’une conversation à voix basse

Les éoliennes émettent moins de bruit qu'une conversation à voix basse. À 500 mètres de distance, soit la distance minimale imposée par la réglementation française entre une éolienne et une habitation, le bruit est généralement inférieur à 35 décibels.

Où se situe une éolienne sur l'échelle du bruit ?

Source : L'éolien en dix questions (Ademe)

 

Non, la France ne sera pas recouverte d’éoliennes

Dans un mix énergétique composé de toutes les sources d'énergie renouvelable (solaire, éolien, hydraulique, géothermie, biogaz, marémotrice, hydrolien...), moins d’une commune sur deux, sur les 36 000 que compte la France, aurait besoin de s’équiper d’une éolienne puisqu’il en faudrait entre 10 000 et 15 000 pour répondre à la demande. Il n’y a donc pas de raison de trouver la mise en place d’éoliennes aberrante. Il ne s’agit en aucun cas de recouvrir tout le territoire. De plus, la France possède déjà 9 000 éoliennes, l’Allemagne 26 000… Il ne faut donc pas avoir peur d’un envahissement des éoliennes.

Une éolienne, est-ce vraiment moche ?

Trouver une éolienne moche ou jolie, c’est une histoire de goût personnel et l’on ne se risquera pas à commenter vos goûts et couleurs !

On peut cependant noter que le paysage français est déjà marqué par la présence de nombreuses infrastructures et installations industrielles qui ne sont pas des sources d’énergie verte et que nous avons parfois tendance à ne plus voir : lignes de chemin de fer, autoroutes, usines, centrales nucléaires, etc. On peut supposer que les éoliennes attirent le regard car il s’agit de constructions récentes et auxquelles nous sommes peu habitués.

Non, on ne construit pas des éoliennes n’importe comment

De manière générale, l’implantation de nouvelles éoliennes en France est rigoureusement encadrée par les pouvoirs publics. Des études d’impact sont d’abord réalisées pour estimer les conséquences de ces constructions sur les animaux, le paysage, le patrimoine, etc. Les élus locaux et les habitants sont également informés et consultés préalablement à tout début de travaux. Enfin, construire un parc contenant au moins une éolienne d’une hauteur supérieure ou égale à 50 mètres implique d’obtenir un ensemble d’autorisations administratives délivrées par le Préfet et notamment une « autorisation environnementale unique » qui centralise les conformités aux différentes législations : Code forestier, Code du patrimoine, etc.

On peut donc ne pas aimer l’implantation d’éoliennes en France pour des tas de raisons différentes, mais c’est faux de dire que leur développement est anarchique ou très mal encadré.

Photo : © Will Rose / Greenpeace

Pour soutenir le développement des énergies renouvelables, vous pouvez choisir un fournisseur d'électricité vraiment vert : découvrez le classement comparatif 2018 des fournisseurs d'électricité verte

Vous voulez nous aider à lutter contre le réchauffement climatique ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique en faisant un don !