La fonte de la banquise s’accélère [caption id="attachment_192745" align="a

Océans

Il faut sauver la sentinelle Arctique

La banquise de l’océan Arctique vient d’atteindre sa deuxième superficie la plus basse jamais enregistrée. Elle a déjà perdu les deux tiers de son volume, et sa surface diminue de manière constante depuis ces dernières décennies. Cette fonte hors de contrôle est un cri d’alarme du changement climatique et des menaces qui pèsent sur notre planète. Nos responsables politiques sauront-ils l’entendre ?

La fonte de la banquise s’accélère

Icescape in the Arctic. © Daniella Zalcman

Vue depuis notre bateau l’Arctic Sunrise, à la lisière de la banquise arctique, au large des côtes du Groenland. Septembre 2020, © Daniella Zalcman / Greenpeace

Avec 3,74 millions de km2  enregistrés le 15 septembre par le Centre national américain de données sur la neige et la glace (NSIDC), il s’agit de la deuxième superficie la plus basse observée depuis le début des relevés satellitaires, en 1979.

La banquise (ou glace de mer) est la glace qui se forme sur l’eau pendant l’hiver. Tous les étés, il est normal qu’une partie de cette glace fonde. Mais le réchauffement climatique, qui est deux fois plus rapide en Arctique que sur le reste de la planète, accélère et aggrave cette fonte. A ce rythme, les scientifiques estiment que l’Arctique pourrait être totalement dépourvu de glace pendant l’été dès 2035.

Cercle vicieux

Mya-Rose Craig in the Arctic. © Daniella Zalcman

Mya-Rose Craig, jeune ornithologue et militante du climat, fait partie de l’expédition. Septembre 2020, © Daniella Zalcman / Greenpeace

Avec la fonte de la banquise, la couche de glace est moins épaisse, elle réfléchit moins la lumière du soleil, absorbe plus de chaleur et sa capacité à limiter les échanges de chaleur entre l’atmosphère et l’océan est moindre… ce qui, en retour, n’est pas bon pour le thermomètre et nous expose davantage aux effets des dérèglements climatiques.

En Arctique, les conséquences du changement climatique sont donc amplifiées. Cette région est une sentinelle qui nous informe sur l’état de santé général de notre planète. Le diagnostic est clair : l’urgence climatique est plus pressante que jamais, notre planète et ses océans vont mal et des mesures doivent être prises pour les protéger.

Les océans, alliés du climat, doivent être protégés

Polar Bear Prints on Ice in the Arctic Sea. © Daniella Zalcman

Un ours polaire est passé par là… Septembre 2020, © Daniella Zalcman / Greenpeace

Les océans sont les alliés du climat : véritables pompes à carbone, ils absorbent environ 30 % des émissions mondiales de CO2. Lorsqu’ils sont en bonne santé, ils contribuent donc à garder le carbone hors de l’atmosphère, ce qui réduit les effets de la crise du climat.

Pour préserver les océans, nous menons depuis deux ans une campagne internationale pour la création de réserves marines qui protégeraient au moins 30 % des écosystèmes marins.

En tissant un réseau d’aires protégées à travers les océans, ces derniers seraient ainsi plus résilients et plus susceptibles de résister aux changements de température rapides. En raison de son rôle dans la stabilisation du climat, la communauté scientifique a identifié l’Arctique comme l’une des zones devant être protégées en priorité dans le cadre de ce réseau mondial.

Greenpeace sur place pour amplifier le cri d’alarme de l’Arctique

MY Arctic Sunrise in the Arctic Sea. © Daniella Zalcman

Des mouettes ivoires observent l’Arctic Sunrise dans l’océan Arctique. Septembre 2020, © Daniella Zalcman / Greenpeace

Ce réseau de réserves marines pourrait voir le jour dans le cadre du traité international sur la haute mer, en cours de négociation à l’ONU. Une équipe de Greenpeace et de scientifiques se trouvent actuellement dans l’océan Arctique, à bord du bateau l’Arctic Sunrise, dans le but de mesurer le recul de sa banquise et d’étudier la vie marine de la région. Cette expédition coïncide avec le Sommet de l’ONU sur la biodiversité, où les discussions devraient notamment porter sur les mesures de protection de la vie marine.

Aidez-nous à porter le message d’urgence de l’Arctique auprès des responsables politiques :
rejoignez notre appel pour la création de réserves marines !





(Crédits photographiques : © Daniella Zalcman / Greenpeace)
Commentaires (10)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

COLLIN

Encore merci pour l'engagement de nos amis militants permanents. Nous serons toujours à vos côtés pour les collectes de dons et la communication. Encore merci

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Cordomi Patricia

👍

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

eric

tout d'abord je tiens a vous remerciez du travail accompli ! ensuite moi en tant que professionnel de la restauration , je fais en sorte que nous soyons impliqué dans plusieurs étape du reconditionnement du plastique ,cartons, denrée alimentaire en respectant une chaine de production a moyenne échelle , mais malheureusement le groupe dont je fait partie a des contrats avec certaines marques qui ne suivent pas tout le temp les directives de l écologie au niveau européen ,je fais des dons réguliers afin que je soit au courant de vos activités ! je vous soutiens . merci !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE