Depuis l’ouverture de sa bioraffinerie à La Mède, Total profite  d’une niche fiscale qui rend particulièrement intéressante l’incorporation d’huile de palme dans les agrocarburants. Mais le 1er janvier 2020, la loi change. Le pétrolier est censé arrêter de détruire des forêts pour récupérer des subventions. En principe du moins… car en réalité, le gouvernement manœuvre par tous les moyens pour protéger les intérêts de l’industriel. Jusqu’où ira-t-il ?

Forêts

Huile de palme : jusqu’où le gouvernement défendra Total ?

Depuis l’ouverture de sa bioraffinerie à La Mède, Total profite d’une niche fiscale qui rend particulièrement intéressante l’incorporation d’huile de palme dans les agrocarburants. Mais le 1er janvier 2020, la loi change. Le pétrolier est censé arrêter de détruire des forêts pour récupérer des subventions. En principe du moins… car en réalité, le gouvernement manœuvre par tous les moyens pour protéger les intérêts de l’industriel. Jusqu’où ira-t-il ?

Le gouvernement s’acharne à défendre Total

Total mène un lobbying éhonté depuis un an pour conserver une fiscalité avantageuse sur l’huile de palme, ce qui a conduit la France à contresens sur la protection des forêts. L’enjeu pour Total : la raffinerie de La Mède, près de Marseille, autorisée par Nicolas Hulot à importer jusqu’à 650 000 tonnes d’huile de palme par an. Soit une hausse de plus de 60 % du total de l’huile de palme consommée en France ! Le plus fou : cela se fait avec des subventions publiques.
Alors que l’Assemblée nationale a voté en décembre 2018 la fin de la niche fiscale pour le 1er janvier 2020, contre l’avis du gouvernement, Total et Emmanuel Macron déploient une énergie folle pour rétablir l’avantage fiscal sur l’huile de palme. Nous en sommes pour l’instant à trois tentatives :

  • Octobre 2019 : Total s’en remet au Conseil constitutionnel qui, heureusement, renvoie le pétrolier dans les cordes au nom de la contradiction avec les objectifs de réduction des gaz à effet de serre.
  • Novembre 2019 : des députés des Bouches-du-Rhône, avec le soutien du gouvernement, font voter en catimini la prolongation de la niche fiscale sur l’huile de palme jusqu’à 2026… sans aucun débat. Cela provoque un tollé, et grâce à la mobilisation, un second vote annule la proposition.
  • Décembre 2019 : Mediapart révèle que le gouvernement manigance pour réintroduire le cadeau fiscal à l’huile de palme.

 

L’huile de palme dans les agrocarburants : une fausse solution

Si les responsables économiques et politiques sont parvenus à installer dans le langage courant le terme de “biocarburants”, donnant l’impression que les automobilistes font du bien à la nature en faisant le plein, le terme est plus que trompeur. Les agrocarburants, c’est leur vrai nom, sont un cauchemar pour les forêts. Ils sont produits à partir de matières végétales, dont l’huile de palme. Pour la produire, des forêts tropicales entières sont dévastées, notamment en Indonésie, où l’équivalent d’un terrain de football est massacré toutes les 25 secondes. Ces destructions libèrent tout le carbone que retiennent les forêts, qui ne peuvent plus jouer leur rôle de régulation. Mécaniquement, l’effet de serre augmente et le dérèglement climatique s’aggrave. La culture industrielle de l’huile de palme cause aussi d’importants incendies, qui menacent les populations locales ainsi que la biodiversité : orang-outans, tigres, éléphants…

 

 

Bioraffinerie de Total : la déforestation “mede” in France

La majeure partie de l’huile de palme utilisée à la raffinerie Total de La Mède, près de Marseille, n’est pas durable. Elle est contaminée par des huiles qui ne sont pas certifiées et dont la provenance est parfois illégale, voire inconnue. C’est ce que nous avons révélé le 29 octobre dans le rapport “Total carbure à la déforestation”, après une enquête d’investigation menée sur la chaîne d’approvisionnement de Total, en Indonésie. Le même jour, plus de cinquante activistes de Greenpeace ont bloqué la raffinerie de la Mède en s’introduisant notamment à l’intérieur du site Seveso pour dérouler une grande banderole qui dénoncent la déforestation importée par Total.

 

 

La vigilance reste de mise

Le soutien décomplexé du gouvernement à Total montre le peu de cas que fait Emmanuel Macron des forêts et du climat. Tout aussi grave, il bafoue le fonctionnement démocratique : les parlementaires ont voté pour que l’huile de palme soit moins rentable pour Total, et cette décision doit être respectée. Le chantage de Total ne masque pas la vérité : il faut arrêter de saccager la planète, et les solutions ne demandent qu’à être mises en place. Il faut faire appliquer la Stratégie Nationale de Lutte contre la Déforestation Importée, supprimer les avantages fiscaux aux activités polluantes, abandonner les projets routiers, ou encore développer les transports en commun et les mobilités douces. Mais sûrement pas encourager des projets destructeurs comme celui de La Mède. Notre combat contre cette “bioraffinerie” et contre la déforestation importée se jouera notamment au tribunal : nous suivons de près la procédure judiciaire lancée en juillet 2018 aux côtés d’autres associations, avec un recours contre l’autorisation préfectorale de la raffinerie de Total à La Mède.

La bataille pour les forêts continue et nous ne lâcherons rien !

 

Crédit photo : Ulet Ifansasti





Commentaires (15)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean Vasseur

L'analyse d'Alexis est excellente, mais les cultures à objectif énergétique sont aussi une réalité ancienne : chauffage au bois, nourriture des chevaux attelés et des boeufs de traction. L'huile de palme carburant n'est qu'une variante de l'utilisation de la biomasse à des fins énergétiques. Or la demande énergétique reste grande et même augmente avec le nombre de consommateurs et avec leur niveau de vie. TOTAL ne fait que répondre à notre demande effrénée. Il faut se préparer à consommer moins d'énergie fossile, et les énergies de remplacement ne sont pas du tout gratuites. La principale conclusion est d'arrêter d'urgence la croissance démographique humaine mondiale (= le nombre de consommateurs), et d'abaisser progressivement le niveau de consommation des plus développés (riches) pour laisser de la place aux moins développés. D'ailleurs, si on ne le fait pas de façon volontaire et organisée, ça se fera quand même dans les crises et la souffrance de masse.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

cacciatore

il faut réagir de toute urgence contre toute cette dévastation de notre bien commun ,nous en avons assez de tous ces mensonges et cette mascarade que le gouvernement ne cesse de nous imposer sans cesse.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-Jacques Robert

La France championne toutes catégories de l'hypocrisie et du bla-bla : côté face COP21, côté pile huile de palme 'durable', 'biocarburants' de Total, déforestation et répercussion sur le climat et la biodiversité, sans oublier les populations locales spoliées. Commençons par éviter les stations d'essence Total. Si nous le faisions tous, cela ferait réfléchir l'entreprise...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE