La gouvernance des EGA reste un échec La deuxième partie des Etats généraux

Agriculture

États généraux de l’alimentation : difficile d’y croire

La gouvernance des EGA reste un échec

La deuxième partie des Etats généraux de l’alimentation (EGA), ou “deuxième chantier”, s’est un peu mieux déroulée que la première, tant sur le fond que sur la forme. Mais globalement, la gouvernance des EGA reste un échec. Les résultats de la consultation citoyenne n’ont par exemple pas été pris en compte. Et la troisième phase de négociation politique, réclamée par la société civile depuis le début du processus, n’aura pas lieu. La façon dont sera effectué l’arbitrage en fin de parcours reste ainsi une inconnue.

 

En parallèle des EGA, un véritable recul en matière de transition agroécologique

De plus, le gouvernement a envoyé des signaux négatifs très forts en matière de transition agricole ces derniers mois. Les aides à l’agriculture biologique sont sérieusement en danger. Le CETA n’est pas sitôt entré en application provisoire que la menace du Mercosur gronde déjà. Même la Confédération paysanne, plutôt positive à la sortie du premier chantier des EGA, se montre aujourd’hui très préoccupée par la tournure que prennent les événements, et en particulier par l’absence de lien entre le premier chantier des EGA (sur la création et la répartition de la valeur) et les plans de filière. Ces derniers ont été demandés par le président de la République le 11 octobre dernier. Ils sont censés être des “feuilles de route” pour la transition agricole et alimentaire attendue. Des feuilles de route rédigées par ceux qui ont plutôt intérêt à freiner des quatre fers la transition telle qu’elle est envisagée par la société civile… Ainsi l’interprofession des semences, ou GNIS, demande par exemple dans son plan filière que les nouveaux OGM soient exempts de la régulation qui s’appliquent habituellement aux OGM. Un sujet particulièrement préoccupant, sur lequel l’État n’a toujours pas pris position.

 

Moins de viande et de produits laitiers dans nos assiettes

Un autre sujet que Greenpeace n’a cessé de porter au sein des EGA est la diversification des sources de protéines. Moins de viande et de produits laitiers dans nos assiettes, et notamment dans la restauration scolaire : sans cela, il ne sera pas possible d’atteindre les 50 % de bio ou local promis par Emmanuel Macron. Malgré une inscription de cette demande dans les conclusions de certains ateliers (en point de dissensus dans l’atelier 2 et en point de consensus dans l’atelier 9), il semblerait que l’Etat ne veuille rien entendre de cette question.

 

Un besoin d’engagements concrets et de mesures fortes

Dans ces conditions, qu’attendre des annonces qui seront prononcées par le Premier ministre demain, lors de la clôture des EGA ? Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et afficher un cap clair vers la transition agricole et alimentaire. Greenpeace, avec une cinquantaine d’organisations de la société civile, demandent à Emmanuel Macron des engagements concrets et des mesures fortes.

 

Voir le communiqué de presse

(Crédits photographiques : © Greenpeace / Michael Desjardins)
Commentaires (3)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

moyome

"il ne sera pas possible d’atteindre les 50 % de bio ou local promis par Emmanuel Macron" Et vous croyez en appelant à voter pour Macron qu'il allait être responsable et respectueux de l'environnement ? Sur les OGM, les pesticides tueurs d'abeilles, la sortie du nucléaire, le lobby pharmaceutique et l'obligation vaccinale, ce gouvernement n'agira jamais pour le peuple et toujours pour les intérêts financiers de ses amis.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

fermi12

L'élevage industriel de bétail est vraiment dévastateur pour la planète , quand on pense que près de 40% des terres cultivables sont utilisées pour nourrir du bétail au lieu de nourrir directement l'homme , que 60% de la déforestation en amazonie est dûe au bétail. Manger de la viande est vraiment très couteux écologiquement , pour produire 1Kg de steak il faut utiliser 15500litres d'eau (une piscine!) contre seulement 800L pour du blé. L'industrie du bétail est devant les transports pour les émissions de gaz à effet de serre...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Le Rat des champs

Le Pacte Citoyen de l’Alimentation ( nouvelle loi promise en 2018 ) Parce que l’alimentation est au cœur de nos vies de citoyens, il faut un contrat moral et social qui engage la Nation envers ceux qui la nourrissent et inversement : Pour que partout les paysans puissent vivre dignement de leur travail La transparence sur les marges et le prix payé au producteur tu observeras attentivement Sur le prix le plus bas tu ne focaliseras pas toujours mais sur la qualité La valeur ajoutée tu répartiras équitablement tout au long des filières Ainsi par des emplois non délocalisables tu assureras le dynamisme des territoires La traçabilité et la sécurité sanitaire de la fourche à la fourchette tu exigeras assurément. La diététique de cette première médecine tu vulgariseras Le goût de l’authentique et les saveurs de terroir tu favoriseras L’approvisionnement des cantines tu garantiras au moins pour moitié en produits locaux. Le gaspillage alimentaire tu éviteras et pour comprendre que la nourriture a une valeur : La gratuité des produits alimentaires tu interdiras dans les étals en promotion Le surplus tu donneras aux associations caritatives Les tendances alimentaires et les rites confessionnels de chacun tu respecteras L’environnement et la biodiversité tu préserveras De tous ces beaux paysages cultivés tu t’émerveilleras Le bilan carbone de l’étable à la table tu amélioreras sans cesse vers la neutralité De la condition animale mais aussi du bien-être des éleveurs tu te soucieras Par l’aide au développement et la paix tu réduiras la faim dans le monde et les migrations A la souveraineté alimentaire de la Nation tu veilleras stratégiquement Nos traditions culinaires et notre gastronomie tu transmettras Avec tous ces bons produits issus de la terre et de la mer tu cuisineras Ainsi par le partage et la convivialité, tu perpétueras cet art de vivre à la française. A table, citoyens !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE