[caption id="attachment_26081" align="aligncenter" width="780"][img class="size-

Déchets nucléaires Pourquoi le projet Cigéo à Bure doit être stoppé

Auteur(s) : Greenpeace France

Nucléaire

Greenpeace France a une position très claire : il faut arrêter de produire des déchets nucléaires en sortant du nucléaire le plus rapidement possible. Greenpeace France est catégoriquement opposée au projet Cigéo. Greenpeace France apporte un soutien total à l'opposition radicale et non violente à ce projet. Greenpeace France condamne toute méthode violente et toute forme de répression des voix d'opposition à de tels projets.

Des grimpeurs de Greenpeace escaladent le bâtiment du Parlement de l’Unio européenne et déploient en plusieurs langues des banderoles rappelant que le nucléaire produit des déchets de manière exponentielle… et que nous ne savons toujours pas quoi en faire. (2010)

Greenpeace France est catégoriquement opposée au projet Cigéo car :

  • Cacher nos déchets nucléaires n’est pas une bonne solution. Ils resteront dangereux pendant des milliers d’années. Nous devons pouvoir les contrôler en permanence.
  • La question de la réversibilité n’est toujours pas résolue et ne le sera pas dans les faits.
  • Il est complètement aberrant de laisser un tel fardeau aux générations futures avec les trop nombreuses inconnues que recèle ce projet.

La question des déchets est centrale pour l’énergie nucléaire. Le retraitement auquel on a voulu nous faire croire pendant des années est un échec flagrant. L’enfouissement des déchets à faible taux de radioactivité a été tenté dans d’autres pays (Allemagne, etc.) et s’est avéré très coûteux et très problématique pour l’environnement. Le stockage de déchets de faibles et moyenne activité à vie « courte » en France est un échec, le Centre de Stockage de la Manche (CSM) fuit déjà et a gravement contaminé la nappe phréatique de La Hague.

C’est un problème éthique que nous donnons aux générations futures et qu’il va falloir transmettre. Il est important de savoir comment transmettre la mémoire et ne pas engager des solutions irréversibles sans laisser d’autres choix. Pour le cas de l’Allemagne, engagée à sortir du nucléaire, le débat sur les solutions d’enfouissement est plus ouvert et offre une plus grande réflexion. En effet, comme l’unique bonne solution est d’arrêter de produire des déchets radioactifs, débattre d’une solution est plus crédible lorsque cette décision de ne plus en produire a été prise.

Greenpeace France a une position très claire : il faut arrêter de produire des déchets nucléaires en sortant du nucléaire le plus rapidement possible. Pour les déchets radioactifs déjà existants, il faut les entreposer en subsurface afin de pouvoir les contrôler en permanence et en limiter au maximum leur transport.
Les déchets nucléaires doivent rester sous la responsabilité morale, politique et financière de leurs producteurs ; il faut donc leur renvoyer la responsabilité de la gestion.
Greenpeace France est donc favorable au stockage des déchets sur site de production de la manière la plus sécurisée qui soit. Ceci est une histoire de responsabilité et permet d’éviter au maximum les transports de matières radioactives.
Enfin, il faut surtout arrêter de produire des déchets plutôt que de chercher à les enterrer et les faire virtuellement disparaître comme le veut le projet d’enfouissement en sous couche géologique.

En savoir plus

Quelle solution préconise Greenpeace France sur la gestion des déchets nucléaires ?

Greenpeace France préconise de stocker ces déchets en subsurface comme dans la quasi-totalité des pays nucléarisés. Il n’y a aucune bonne solution pour le moment. En ce qui concerne le projet d’enfouissement des déchets, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) n’a pas démontré que les couches géologiques garantissent la stabilité nécessaire à l’enfouissement en couche profonde. Il est « urgent d’attendre » et il est important que l’Andra ne se précipite pas. Il y a trop de questions de sûreté auxquelles l’Andra n’a pas de réponse, comme le risque incendie ou le risque d’explosion liée à l’hydrogène par exemple.

Est-ce encore possible de stopper le projet Cigéo ?

Le projet n’est pas encore complètement autorisé. De nombreuses demandes d’autorisation et enquêtes publiques sont encore à venir et le dossier technique a encore de nombreuses failles.

Le projet de Bure dans tous les cas n’est pas près de voir le jour. L’enfouissement des déchets de haute activité ne pourra pas commencer avant 2075.

Comment Greenpeace France se mobilise-t-elle ?

Greenpeace France a participé très activement aux différentes luttes sur le terrain des projets de stockage de déchets nucléaires.

L’organisation participe activement aux débats sur cette question au sein du Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs (PNGMDR). Greenpeace France est présente sur le terrain juridique comme sur la pollution au tritium de la nappe phréatique de La Hague due au stockage de l’Andra.

En ce qui concerne le projet Cigéo, Greenpeace France apporte un soutien total à l’opposition radicale et non violente à ce projet.

Greenpeace France condamne toute méthode violente et toute forme de répression des voix d’opposition à de tels projets.







Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES