Nous sommes toutes et tous concerné.e.s par les déchets nucléaires. Un

Nucléaire

Y a-t-il des déchets nucléaires près de chez vous ?

Avec ses 58 réacteurs et 60 ans d’existence, l’industrie électronucléaire française produit des déchets radioactifs en masse, qui s’accumulent au fil des ans. Que deviennent-ils ? Où sont-ils stockés ? Par où transitent-ils ? Notre carte des déchets nucléaires vous permet d’en savoir plus et découvrir les sites et lieux de passages de matières et déchets radioactifs à proximité de votre commune.

Nous sommes toutes et tous concerné.e.s par les déchets nucléaires. Un débat public sur la gestion des déchets radioactifs s’est tenu en 2019. Des citoyen.nes ont pu prendre la parole sur ce sujet trop souvent confisqué par l’industrie nucléaire et qui ne se limite pas à des enjeux techniques, mais pose des questions essentielles sur les plans environnementaux, démocratiques et éthiques. Ces questions sont plus que jamais d’actualité, alors que l’industrie nucléaire continue de produire des déchets nucléaires sans solution viable.

Vous pouvez agir face à la crise des déchets nucléaires

Pourquoi une carte des déchets nucléaires ?

Les déchets nucléaires ne concernent pas seulement les riverains des centrales nucléaires. Ils se sont accumulés sur l’ensemble du territoire français métropolitain. A elle seule, l’industrie électronucléaire est responsable de près de 60 % des déchets radioactifs produits en France, soit près d’un million de mètres cubes selon l’inventaire officiel de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Ces matières et déchets radioactifs circulent de leur lieu de production à un lieu d’entreposage ou de stockage à un autre, souvent à l’insu des riverains. C’est cette réalité de la crise des déchets nucléaires que nous exposons à travers cette carte des sites et points de passage des matières et déchets radioactifs.

Que montre cette carte des déchets nucléaires ?

La carte des déchets nucléaires créée par Greenpeace présente uniquement les principaux sites d’entreposage et points de transit des déchets radioactifs générés par l’industrie électronucléaire, des installations industrielles et de recherche liées à cette industrie ainsi que trois sites militaires.

A cela s’ajoutent des matières radioactives, non considérées comme des « déchets nucléaires » par l’industrie car théoriquement « valorisables ». Dans les faits, elles sont très peu réutilisées : seul 1% du combustible usé est réellement valorisé. Le reste s’accumule, sans perspective de réutilisation.

Nous avons choisi de représenter sur notre carte, en plus des déchets officiels répertoriés par l’Andra, plusieurs lieux de passage (routes, gares…) ou d’entreposage de combustibles usés et de substances issues du retraitement (tel que le plutonium). Ces matières, non classées parmi les déchets, n’en sont pas moins dangereuses. Elles circulent et s’accumulent aux quatre coins de France.

Cette carte ne mentionne pas en revanche les déchets radioactifs issus de la médecine, de la recherche fondamentale (hors secteur électro-nucléaire et/ou militaire) et d’autres activités civiles et militaires.

D’où viennent les données de cette carte ?

Les sites d’entreposage et de stockage de déchets radioactifs sont ceux répertoriés par l’Andra. Les points de transit des convois nucléaires ont eux été identifiés par Greenpeace, sur la base de nos observations. Ces convois circulent dans des gares et sur des routes très fréquentées et sont donc facilement identifiables par tout un chacun.

Pour en savoir plus sur les déchets nucléaires

Notre carte des déchets nucléaires présente les sites et points de passage de déchets radioactifs, avec des fiches sur chaque lieu. Les détails sur les différents types et caractéristiques des déchets qui s’y trouvent sont disponibles sur le site de l’inventaire de l’Andra. Pour plus d’informations sur la crise des déchets nucléaires, vous pouvez également consulter nos articles et rapports :

Pour en savoir plus sur les fournisseurs d’électricité

Greenpeace France a lancé un Guide de l’électricité verte pour savoir quels sont les fournisseurs d’électricité qui soutiennent réellement les énergies renouvelables et lesquels soutiennent en réalité les énergies non renouvelables (charbon, fioul, gaz et nucléaire).





Commentaires (154)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Timothée

J'ai une bonne nouvelle ! Il y a un projet en cours de l'ANDRA sur ce sujet qui vise à enfouir en profondeur les déchets. Contrairement à ce qui est fait actuellement, qui correspond plus à de l'entreposage sous des couches de béton, l’enfouissement profond c'est clairement la meilleure solution (en considérant qu'on reste dans le nucléaire). Après, il et vrai qu'on peut relativiser le risque que les déchets posent actuellement. Le véritable danger suite à une faible exposition reste encore infondé dans le monde médical (en dessous de 100mSv), puisque l'impact est aussi minime que notre exposition à l’irradiation naturelle de la terre ou du soleil et différents mécanismes cellulaire nous permettent de nous en protéger. Les déchets en transit c'est dangereux, mais ils sont protégés, tout comme les déchets entreposés, et au final même les travailleurs dans ces sites ne seront pas exposés à des niveaux trop élevés. Les travailleurs du nucléaires, comme les radiologues, sont limités à une exposition de 20mSv. Et puis, il ne faudrait pas oublier que le nucléaire, grâce à la forte teneur en énergie du minerai d'uranium, reste l'énergie la moins émettrice en CO2 avec l'énergie hydraulique en France. Et je reste très optimiste sur des technologies de remplacement qui seront moins risquées, plus vertueuse et plus puissante encore. Les énergies renouvelables doivent encore être améliorées cependant pour achever un bilan carbone plus bas que le nucléaire, elles semblent prometteuse, mais jusque là c'est encore beaucoup d'extraction en masse et de métaux rares qui doivent être mobilisés, et on ne sait pas encore recycler le tout, exactement comme ce qu'on reproche au nucléaire. L'essentiel c'est de comparer ces énergies, mon background scientifique m'a permis de le faire avec intelligence, et je me permet de compléter ce que GreenPeace explique sur les déchets nucléaires et la filière elle-même.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Hg

A ceux qui peuvent se le procurer, lisez ce livre de l'association Robin des Bois, si le nucléaire n'était que le seul déchet à polluer notre pays et nos mers...... http://www.robindesbois.org/echoppe/?product=atlas-de-la-france-toxique

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Isabelle Martin

Je ne suis pas d'accord. Je subis l'inconséquence, voire la malveillance (on pourrait le croire), la cupidité de certains. Pitié, pour nos enfants...Déjà tant de mal est fait. Choisissons le bonheur de vivre simplement, sur notre bonne Terre. C'est encore possible de changer de cap et la nature nous aidera. J'y crois. Tout est possible mais ensemble. Amitiés Isabelle

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE