2018 l’a montré : la crise climatique est déjà là [caption id="attachment

Climat

COP24 : la crise climatique bat son plein, la France traine des pieds

L’année 2018 a rappelé au monde entier que les conséquences de la crise climatique sont déjà là. Il y a moins de deux mois, un rapport spécial du GIEC rappelait l'urgence de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et l'ampleur des efforts nécessaires pour relever ce défi. Dans quelques jours, les gouvernements se rendront aux négociations climatiques de la COP24 à Katowice, en Pologne. Ils doivent absolument accélérer sur la question climatique. Quels sont les enjeux de cette COP ? Où en est la France sur le climat ?

2018 l’a montré : la crise climatique est déjà là

Août 2018 : les automobilistes regardent les flammes du feu « Holy Fire » près de Corona, Californie. Ces derniers mois, cet État américain a connu des sécheresses plus longues et les incendies les plus dévastateurs de son histoire. © David McNew / Greenpeace

L’année 2018 devrait figurer au 4ème rang des plus chaudes jamais enregistrées. Elle a été marquée par des événements météorologiques extrêmes : feux de forêts meurtriers, typhons, tornades et inondations, canicules répétées en Europe, etc. Partout dans le monde, les conséquences des changements climatiques se font déjà sentir.

Novembre 2018 : en amont du Forum de la Vulnérabilité Climatique, des activistes se mobilisent aux Îles Marshall pour demander aux dirigeants du monde entier de faire plus pour limiter le réchauffement climatique. © Martin Romain / Greenpeace

La dégradation de la Grande Barrière de Corail et la fonte de l’Antarctique qui se sont poursuivies ces dernières années sont également des rappels alarmants du péril que nous courons d’ores et déjà avec une simple hausse de la température de 1°C au-dessus des niveaux préindustriels.

L'arctique en danger

En octobre, la fonte de la glace de l'Arctique a atteint des records.L'Arctique disparaît vite. Trop vite. Cette disparition affecte les peuples qui y vivent, ainsi que la faune unique de l'Arctique. Mais cela vous touche tous, et nous touche tous. Parce que l'Arctique a un rôle crucial dans l'équilibre climatique de notre planète. Et que son altération, sa disparition, a des répercussions aux quatre coins du monde.Pour sauver l'Arctique, et l'humanité, renonçons aux combustibles fossiles. Vite.(Source : NASA, Goddard Space Flight Center)

Publiée par Greenpeace France sur Lundi 21 novembre 2016

 

La France n’est pas épargnée : à titre d’exemple, entre 1949 et 2010, la température moyenne a augmenté de 1,2°C dans les Pyrénées, une hausse de 30% de plus que la moyenne mondiale de 0,85°C. De façon générale, depuis 1900, la France a déjà subi une hausse du mercure de 1,5°C. Et les conséquences sont déjà très visibles : les glaciers fondent, il y a moins de neige en moyenne montagne, le sud de la France est frappé par des inondations meurtrières, tandis que des puits d’eau douce deviennent salés et des sols de plus en plus secs, etc.

Or, comme l’Organisation Météorologique Mondiale l’a rappelé le 29 novembre, si les tendances actuelles à la concentration des gaz à effet de serre se poursuivent, la température moyenne à la surface du globe pourrait  augmenter de 3 à 5 degrés Celsius d’ici la fin du siècle. L’indignation que suscite ce décrochage et ces évènements extrêmes doit absolument se transformer en action.

Dernier rapport du GIEC : moment de vérité pour le climat

Octobre 2018 : les activistes de Greenpeace East Asia déroulent une bannière à Incheon, Corée du Sud, où le GIEC a présenté son rapport spécial sur la cible de 1,5° C : « Nous avons toujours de l’espoir : agissez pour le climat maintenant ! » © Jung Taekyong / Greenpeace

Le rapport spécial du GIEC sur la cible de 1,5°C, paru il y a moins de deux mois, démontre que les émissions mondiales de CO2 doivent être divisées par deux d’ici à 2030. Elles devront ensuite tomber à zéro, d’ici la moitié du siècle au plus tard. Selon le GIEC, il est attendu que le réchauffement climatique dépasse les 1,5°C entre 2030 et 2052 s’il suit son rythme actuel.

Ce rapport spécial a été demandé par les gouvernement à la suite de l’accord de Paris de 2015 : c’est sans doute le plus important des rapports scientifiques sur le climat publiés à ce jour. Il montre clairement que limiter le réchauffement à 1,5°C est difficile mais réalisable si nous agissons vite, radicalement et que nous accélérons sur tous les fronts. Le cri d’alarme du GIEC ne doit pas rester lettre morte : la COP24 doit générer une réponse à la hauteur de l’urgence.

COP24 : une course contre la montre pour que la planète reste vivable

Novembre 2017 : les négociateurs de la COP23 se réunissent à Bonn, en Suisse, deux ans après l’Accord de Paris pour le climat. © Bernd Lauter / Greenpeace

Deux semaines pour rendre l’Accord de Paris crédible, grand enjeu de la 24ème COP

La COP24 doit être le moment d’une réponse internationale pour rendre crédible l’accord mondial pour le climat et remettre la planète sur le chemin d’un réchauffement limité à 1,5°C. Face au besoin urgent d’accélérer l’action climatique avant 2020, seule une diplomatie active accompagnée de mesures nationales cohérentes et ambitieuses permettra de définir un vrai leadership sur le climat en France et dans l’Union européenne.

L’Union Européenne, acteur clé pour regrouper les États autour de l’Accord de Paris

28 novembre 2018, Pologne : des activistes de Greenpeace escaladent une cheminée de 180 mètres de la centrale de Belchatow, plus grande centrale à charbon d’Europe. © Greenpeace

Depuis 1980, l’Europe a perdu 450 milliards d’euros dans les catastrophes naturelles liées au changement climatique. Ces dommages économiques se sont accentués ces dernières années. Le 28 novembre dernier, la Commission européenne a reconnu que les contributions actuelles des pays de l’Union permettraient de réduire les émissions de seulement 60% d’ici 2050. Une telle trajectoire mettrait l’Europe complètement hors des clous de l’Accord de Paris de 2015. Or, jusqu’à présent, les États-membres n’ont pas été capables de relever en conséquence la contribution de l’UE à la lutte contre le changement climatique.

Afin de remédier à ce décrochage entre politiques publiques et résultats scientifiques, et d’encourager les pays membres à réhausser leurs ambitions climatiques, la Commission européenne a présenté une Stratégie de long terme pour le climat et s’est positionnée publiquement pour le scénario le plus ambitieux, à savoir la neutralité carbone en 2050 au plus tard. Les états-membres vont devoir maintenant se positionner de manière ambitieuse : l’Europe doit prendre sa juste part dans la lutte globale contre le dérèglement climatique et montrer un leadership exemplaire.

France et Allemagne, pays moteurs pour la transition énergétique

Le couple franco-allemand a souvent été à l’initiative d’avancées majeures pour l’Europe. Aujourd’hui, les deux pays ont une responsabilité particulière pour remettre l’Europe sur les rails de l’action climatique.

Emmanuel Macron et Angela Merkel doivent mener ensemble l’Union européenne vers un objectif de zéro émission nette à l’échelle du continent, bien avant 2050. Cette action climatique renforcée doit clairement tourner la page du nucléaire et du charbon, énergies du passé et mettre les deux pays sur la trajectoire du 100% d’énergies renouvelables. Il faudrait une sortie coordonnée entre les deux pays. Hélas, en maintenant son obsession nucléaire, la France prend le risque de bloquer le dialogue avec l’Allemagne, qui n’a pas envie de sortir trop vite du charbon si c’est pour voir son marché intérieur envahi par de l’énergie nucléaire française.

Climat : la France doit réhausser son ambition sur tous les fronts

22 septembre 2018 : Greenpeace France et l’association ANV-COP21 teignent les fontaines en noir dans plus de 30 villes de France pour protester contre les plans de forage du géant pétrolier Total à proximité du Récif de l’Amazone. © Nastasia Froloff / Greenpeace

La France en retard sur ses objectifs climatiques

En octobre 2018, l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) publiait une étude montrant l’étendue du retard de la France sur ses objectifs climatiques. Les auteurs de l’étude ont souligné un écart grandissant entre les objectifs de la France et la réalité de ses émissions de gaz à effet de serre.  Depuis 2015, les émissions françaises sont reparties à la hausse. Pire : la France a prévu de ne pas respecter ses objectifs de réduction des émissions de GES sous le quinquennat d’Emmanuel Macron.

Les transports font déraper le climat

En France, le secteur des transports est responsable de 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Si la France ne tient pas ses objectifs climatiques, c’est entre autres le secteur des transports qui a contribué à la faire déraper. Il est urgentissime de réduire la place de la voiture, et d’investir massivement dans les moyens de transport alternatifs. Le projet de loi Mobilités présenté il y a quelques jours par le gouvernement français manque cruellement d’ambition sur le plan climatique.

La France doit faire plus pour lutter contre la déforestation

17 novembre 2018 : des militantes et militants de Greenpeace visitent les rayons biscuits d’une trentaine de supermarchés et rhabillent les paquets d’Oreo. Ils dénoncent l’utilisation d’huile de palme issue de la déforestation par le groupe Mondelez et d’autres multinationales agroalimentaires. © Maïté Baldi / Greenpeace

La déforestation est responsable d’environ 15% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Les forêts sont nos meilleures alliées pour relever le défi climatique : la France doit lutter contre la déforestation et le trafic de bois illégal. En 2018, la France devait se doter d’une stratégie robuste et contraignante contre la déforestation importée. Malheureusement, les timides avancées de novembre 2018 ne répondent pas à l’enjeu climatique et ne permettent pas de faire oublier les incohérences du gouvernement sur l’huile de palme.

De plus, alors que le trafic aérien mondial devrait doubler d’ici une dizaine d’année (selon l’OACI), la volonté du gouvernement d‘incorporer 50 % d’agrocarburants d’ici à 2050 dans les réservoirs des avions est extrêmement préoccupante. En l’état actuel des technologies disponibles et des données économiques, cela provoquerait en effet une explosion de la demande en huile de palme et donc de nouvelles déforestation massives, fortement émettrices, dans les pays producteurs. L’huile de palme n’a rien à faire dans les transports. Le soutien aux agrocarburants de première génération (obtenus à partir de cultures alimentaires) va complètement à contresens de l’urgence climatique et de la protection des forêts. Il faut y mettre un terme le plus vite possible.

Mener le chantier de la rénovation énergétique

Le secteur des bâtiments est le 2ème secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre et co-responsable du retard pris par la France sur ces objectifs climatiques. En France, on dénombre plus de 7 millions de passoires énergétiques : logements mal isolés, à l’origine des factures de chauffage très élevées de nombreux Français-es, qui sont de plus en plus nombreuses-eux à ne pas pouvoir les payer. L’objectif de rénovation de 500 000 logements par an n’est pas atteint : du fait du retard accumulé, il devra être revu à la hausse.

Malheureusement, en l’état la Stratégie nationale bas carbone et la Programmation pluriannuelle de l’énergie publiés par le gouvernement ne semblent pas réunir les moyens pour améliorer rapidement la performance énergétique des logements.

Mettre le paquet sur les renouvelables

Emmanuel Macron s’est dit très favorable au développement des énergies renouvelables. Mais il aussi affirmé qu’il n’y avait aucun lien entre part du nucléaire et rythme de développement des énergies renouvelables. Pourtant, si la France accuse un sérieux retard en la matière malgré son énorme potentiel, c’est bien à cause de l’effet “verrou” du nucléaire. Verrou qui n’est pas prêt de sauter : en annonçant la fermeture de seulement 6 à 8 réacteurs d’ici à 2030, il devient plus que difficile d’atteindre l’objectif fixé par la Loi sur la Transition Énergétique de produire 40% de l’électricité à partir d’énergies renouvelables.

Le président Emmanuel Macron doit en tout cas réaliser qu’il n’existe aucune alternative aux énergies renouvelables pour résoudre la crise climatique.

La France arrive à la COP24 les mains pleines de contradictions et de renoncements, et risque fortement de se décrédibiliser sur la scène internationale. Ce n’est plus notre avenir qui est en danger, c’est notre présent. Lors de cette 24ème COP, nous attendons d’Emmanuel Macron et des autres dirigeants qu’ils agissent concrètement pour enrayer la crise climatique et protéger les populations dont la vie et la survie sont directement menacées. Le « business as usual » n’est plus compatible avec l’enjeu climatique. Le dernier rapport du GIEC le dit très clairement : décideurs politiques, réveillez-vous !





(Crédits photographiques : © Martin Romain / Greenpeace)
Commentaires (127)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

yann

l'écologie politique à la française c'est la royale qui signe un contrat de 45 milliards pour les trois sites d'éoliennes offshores , puis macron qui passe et qui en juin 2018 renégocie une baisse sur les contrat de 15 milliards pour descendre le tout a 30 milliard "seulement". 15 milliard une paille que la royale n'avait pas de mal a balancer par les fenêtre puisque payer par nos impôt. Là les GJ hurle pour une perte de 3 milliard du à l'abandon de l'ISF??? Il faut se réveiller et arrêter tous les délires mis en avant sur l'écologie comme le fait GP. Pour la petite histoire, les 15 milliards que macron a réussi a récupérer ne servent pas à économiser sur les futures amortissements de l'électricité que vont produire ces éolienne offshore (mais non cela serait trop logique), il seront investi dans d'autre mise en place d'énergie renouvelable qu'EDF achètera plus chère que ce qu'elle aura le droit de revendre!! la différence sera sur les factures d'électricité de tous les Français!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Wiki

Je ne veux pas plomber le débat, mais encore une fois Greenpeace se trompe de combat et son attitude est malheureusement contre productive. La France ne doit pas sortir du nucléaire, en tout cas pas maintenant. Faire croire qu’il faut sortir du nucléaire en France pour que l’Allemagne sorte du charbon, c’est ne jamais y arriver. L’allemagne N’est même pas encore elle même sortie du nucléaire et il est vraisemblable qu’elle y renoncera sauf à mettre en péril sa propre sécurité énergétique. Il y 8gw de production nucléaire en permanence en Allemagne. Quant à passer aux 100% de renouvelable, c’est physiquement impossible avec nos moyens techniques actuels.je suis prêt à en discuter. Si les allemands n’y sont pas parvenus avec leur volonté écologique et leurs moyens technologiques c’est bien qu’il y a quelque chose qui cloche dans le raisonnement de Greenpeace. Je vais même plus loin, si on veut un jour se débarrasser du nucléaire il faut d’abord en augmenter la proportion pour se débarrasser du carbone. Sinon, nous allons droit vers la non décarbonation de nos société et vers des risques qui amèneront au pouvoir des gens qui ne sont pas climato compatibles. Il faut que Greenpeace conserve son objectif de sortir du nucléaire mais une fois la sortie du carbone faite, sinon nous aurons à la fois le nucléaire et le charbon pour paraphraser Churchill qui nous manque beauCoup dans la situation actuelle.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

amat

bonjour, L'an dernier, vous aviez -implicitement- suggéré de voter Macron; pourtant, il sautait au yeux que cet individu avait une calculette à la place du cerveau et du coeur (c'est un banquier qui a fait ses classes chez Rothschild) -la suite le montre suffisamment- et sa politique mène au chaos actuel. Il évoque l'écologie pour nous enfumer, c'est très clair aussi. Certains, ici , trouvent en la taxation des combustibles pétroliers la panacée; soit, mais il faut bien constater que taxer sans contrepartie c est insupportable; à force de favoriser le transport routier (depuis des décennies), de fermer gares, lignes -dites secondaires-, de fermer des écoles des perceptions, des hôpitaux, bref, en supprimant des dizaines d'emplois publics (haro sur le fonctionnaire, ce parasite), en favorisant à outrance l'agrandissement des exploitations agricoles, l'agriculture industrielle, donc, , l'on a ainsi favorisé le développement d'immenses métropoles, avec tous les problèmes qui vont avec. Il n'y a rien à attendre de Macron et son équipe (Philippe vient de chez Aréva); la voiture électrique n'est pas la panacée : il va falloir trouver l'électricité pour les faire bouger... Couvrir la France de panneaux solaires et d'éoliennes ? Il y a beaucoup de métaux rares qui entrent dans leur fabrication... Veut-on creuser toujours plus dans les entrailles de la Terre? Si la croissance démographique se poursuit au rythme actuel avec un mode de vie occidental, avec des inégalités sociales qui vont s'amplifiant, le chaos ne tardera pas à s'installer -ça commence chez nous, et ailleurs.-. Les solutions, je n'en ai pas, elles doivent se discuter avec l'ensemble des citoyens, sans les attendre d'en haut, et cela passe par une profonde réforme des institutions., c'est une question politique, donc. Il est heureux que Geenpeace enfin comprenne enfin que Macron, c'est du blabla..

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.