La France peut et doit être un pays moteur pour la lutte contre la déforestati

Forêts

Déforestation importée : la France doit prendre ses responsabilités !

La déforestation : loin des yeux, loin du cœur ? Même si nous ne la ressentons pas sur notre territoire, une part non négligeable des produits que nous importons et que nous consommons (contenant notamment de l’huile de palme, du bœuf, du cuir, du soja, du cacao et du bois) contribue à la déforestation à l’autre bout du monde. La France se trouve à la croisée des chemins.

La France peut et doit être un pays moteur pour la lutte contre la déforestation

Dans son plan climat publié en juillet 2017, le gouvernement français s’est engagé à “mettre un terme à la déforestation importée” (Axe 15).  Une consultation publique orchestrée par le ministère de l’Environnement et le ministère des Affaires étrangères doit commencer prochainement dans l’objectif de publier une stratégie nationale pour lutter contre la déforestation importée en France avant l’été.

La France, représentée par le ministère de l’Ecologie, a par ailleurs signé le 7 décembre 2015 la « Déclaration d’Amsterdam ». Cette déclaration, intitulée « Towards Eliminating Deforestation from Agricultural Commodity Chains with European Countries » (vers l’élimination de la déforestation des chaînes des produits agricoles de base avec les pays européens), soutient une chaîne de production entièrement durable pour l’huile de palme et la fin de la déforestation à l’horizon 2020.

A road runs through an area of forest which is slated to be destroyed in order to make space for an expanding palm oil plantation.

Sumatra : une route traverse une zone forestière qu’il est prévu de détruire pour faire de la place à une plantation d’huile de palme en train de grandir (2008).

Aux côtés d’autres États membres de l’UE, la France s’est ainsi engagée à soutenir les efforts du secteur privé visant à stopper la déforestation d’ici à 2020. La France préside actuellement “le groupe d’Amsterdam” réunissant les sept Etats membres signataires de cette déclaration.

En tant que signataire de la Déclaration d’Amsterdam, et présidente du groupe d’Amsterdam, la France doit être un moteur au niveau européen et tout mettre en œuvre pour “éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement agricoles” d’ici à 2020 et contribuer à la réalisation de l’objectif de développement durable des Nations Unies consistant à stopper la déforestation d’ici à 2020.

La “Stratégie nationale sur la déforestation importée” sera-t-elle une énième déclaration de bonnes intentions ?

Une plantation de soja dans le Cerrado, en Amazonie. Le Cerrado est un écosystème vaste qui capte beaucoup de carbone, qui est riche de culture et de biodiversité, connu pour être la savane brésilienne. 

En France, les discussions visant à adopter une Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI) ont d’ores et déjà commencé avec les parties prenantes engagées sur le sujet. Une consultation publique ouverte à toutes et tous sera prochainement organisée : maintenant et plus que jamais, la France doit s’emparer pleinement du sujet de la déforestation !

Pour être efficace, cette SNDI devra couvrir à la fois la question de la déforestation, de la dégradation forestière importée (la situation de dégradation des forêts tropicales est si critique qu’elles ne peuvent plus jouer leur rôle de puits de carbone), mais aussi de la conversion d’écosystèmes naturels, comme le Cerrado ou le Chaco, détruits à un rythme alarmant pour la production de soja et de bœuf.

Dans cette SNDI, les bassins tropicaux particulièrement menacés devront recevoir une attention particulière, tout comme les zones boréales et tempérées (menacées en Pologne ou en Roumanie par exemple). N’oublions pas que la France possède aussi des zones de forêts tropicales sur son territoire, comme la forêt tropicale humide guyanaise. A cet égard, le soutien de la France à un projet industriel comme le projet minier Montagne d’Or est totalement incompatible avec ses objectifs de lutte contre la déforestation !

Les agrocarburants et le soja : sujets cruciaux

Pour se donner tous les moyens nécessaires à la lutte contre la déforestation et la dégradation des écosystèmes dues à ses importations, la France devra s’attaquer au problème des agrocarburants. En plus de de mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts, la France doit aussi se fixer l’objectif de mettre un terme à la conversion d’écosystèmes naturels (en particulier dû à la production de soja) et planifier une réduction de sa consommation de viande et de produits laitiers.

Agrocarburants : un marché artificiel, destructeur pour les forêts

Sampling Bio Fuel for Palm Oil in Germany Greenpeace takes samples of bio fuel at a petrol station to measure the amount of palm oil in the fuel.

En Allemagne, Greenpeace prend un échantillon d’agrocarburant dans une station service pour mesure la quantité d’huile de palme dans le carburant.

Pour cela, elle doit organiser une sortie progressive des agrocarburants de première génération, c’est-à-dire des carburants pour partie composés de végétaux, comme l’huile de palme, le soja, ou le colza (entre autres). Le boom des agrocarburants, artificiellement développés par les directives européennes et soutenus en France par un régime fiscal avantageux, détruit directement les forêts mondiales.

En effet, il constitue un appel d’air qui pousse les producteurs de matières agricoles utilisées dans les agrocarburants, comme l’huile de palme ou le soja, à augmenter significativement leur production, donc à chercher de nouvelles surfaces cultivables, donc à exercer une pression foncière sans précédent dans les pays producteurs (comme l’Inde et la Malaisie), et donc à… déboiser massivement. C’est notamment ce qu’on appelle l’effet CASI : changement d’affectation des sols indirect.

A Stuttgart, des militant-e-s de Greenpeace manifestent contre l’utilisation d’agrocarburants produits à partir d’huile de palme indonésien.

Quelques éléments de contexte : augmentation massive de l’huile de palme dans les agrocarburants en Europe ces dernières années, + 600 % entre 2010 et 2014. L’Europe est le deuxième plus gros importateur d’huile de palme au monde et 45 % sont utilisés pour produire des agrocarburants.

La France doit donc sortir des agrocarburants de 1ère génération. Ce qui implique notamment de cesser de subventionner artificiellement une solution qui est maintes fois pire que le problème auquel elle prétend s’attaquer. En moyenne, les agrocarburants ont en effet un impact climatique supérieur de 80 % aux carburants conventionnels, d’après une étude financée par la commission européenne.

A ce titre, certains projets en cours, comme le projet de bioraffinerie de la Mède du pétrolier français Total, sont totalement incompatibles avec la lutte contre la déforestation, pour la simple raison qu’il pourrait doubler les importations françaises d’huile de palme.

Derrière notre surconsommation de viande, des importations massives de soja

Soya beans ready for plantation. Agriculture in the Amazon region has soybeans as its major star. Brazil is currently the second-largest producer of the grain. The last harvest (2014/2015) yielded 95.070 million tons of the product, according to Brazil's National Crop Agency (CONAB). A agricultura na região amazônica tem como estrela principal a Soja. O Brasil é atualmente o segundo maior produtor mundial do grão. A última safra (2014/2015) rendeu 95,070 milhões de toneladas do produto, de acordo com a CONAB.

Des haricots de soja prêts à être plantés. En Amazonie, le soja est la culture star. Le Brésil est un des principaux producteurs de soja dans le monde.

Si la France prend au sérieux son action pour lutter contre la déforestation importée, elle ne peut pas faire l’impasse sur la question de notre modèle d’élevage, qui repose sur les importations de soja (pour l’alimentation animale), et sur celle de notre niveau de consommation de viande et de produits laitiers. Rappelons que, avec une quantité consommée de 86 kg de viande par habitant et par an, les Français dépassent les Américains, qui sont autour de 73 kg par habitant et par an.

En effet, c’est surtout via ses importations de soja pour l’alimentation animale que la France est responsable de déforestation tropicale. Des écosystèmes comme le Cerrado brésilien et le Chaco argentin sont particulièrement menacés : ce sont des milliers de kilomètres carrés qu’ils ont déjà perdus pour faire de la place aux cultures de soja. La France doit, via sa SNDI, prendre des mesures ambitieuses pour réorienter notre modèle agricole vers un modèle d’élevage écologique.

Chaque année, 13 millions d’hectares de forêts disparaissent dans le monde. Les émissions causées par la déforestation et la dégradation des forêts représentent 12 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si nous voulons relever le défi climatique en limitant l’augmentation de la température mondiale à 1,5°C, nous avons besoin d’une stratégie ambitieuse de lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts en France et en Europe. La France ne doit pas manquer le train : les prochains mois vont être d’une importance déterminante.

 





(Crédits photographiques : © Daniel Beltrá / Greenpeace)
Commentaires (4)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

feunteun

Moi, pour contrer la déforestation, j'ai planté une trentaines d'arbres dans mon jardin et puor aller plus loin mon moteur de recherche est Ecosia car toute les 45 recherches ils plantent un arbre.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Chris Renault

Vous ne dites rien sur la déforestation en métropole et la destruction des milieux naturels classés natura 2000, zps, la convertion des parcs naturels régionaux en parcs industriels, et la fin des zones de protection montagne et littorale. Malheureusement c'est ce qui se passe en France. L'avifaune et la flore est-elle méprisable? La protection écologique ca ne se discute pas! L'éolien industriel employé comme il l'est aujourd'hui fait plus de mal que de bien, ouvrez vos yeux, vous pouvez le faire! Instruisez vous: https://reporterre.net/L-eolien-en-France-la-grande-enquete-en-5-volets PS: L'éolien industriel fait également énormément de dégat en chine avec son minerai rare exploité à l'acide qui est reversé directement dans l'environement! L'effet sur la population locale est désastreux! Greenpeace soyez plus clair sur ce sujet s'il vous plait. J'aimerai savoir si vous êtes de vrai écolo...

2 réponses

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.