FarmErasmus : des échanges pour découvrir des pratiques d’agricultur

Agriculture

Avec FarmErasmus, les agriculteurs prennent la clé des champs.

Des milliers de bébés sont nés de couples Erasmus. Greenpeace a lancé, au niveau européen, un programme d’échanges intitulé FarmErasmus et qui doit permettre aux agriculteur-rices de partager leurs connaissances sur l’agriculture écologique. Combien de projets d’agriculture écologique naîtront du programme FarmErasmus ?

 

FarmErasmus : des échanges pour découvrir des pratiques d’agriculture écologique

A partir du 23 janvier et jusqu’au 17 février 2017, 16 agriculteur-rice-s vont voyager à travers l’Europe pour se rendre sur des fermes d’accueil afin de découvrir et partager leurs pratiques d’agriculture écologique.

Des agriculteurs grecs vont ainsi se rendre dans des fermes en Belgique pour apprendre comment se passer des OGM dans la nourriture animale. Côté France, quatre agriculteurs visiteront la ferme d’une pionnière de l’agro-écologie en Bulgarie pour apprendre comment se passer de pesticides et engrais de synthèse.

[center](Pour activer les sous-titres, cliquez sur [CC])[/center]

En France, deux fermes accueilleront des agriculteurs européens, venant de Belgique, Bulgarie et Italie : le GAEC Ursule et la ferme de la Guilbardière.

(c) Greenpeace / Jean-Luc Bertini

Située en Vendée, le GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun) Ursule s’étend sur près de 200 hectares et compte 5 associés, dont Sébastien. On y retrouve bovins et volailles, ainsi qu’une grande variété de céréales et d’oléo-protéagineux.

Quant à Anne et Gilles, propriétaires de la ferme de la Guilbardière, dans le Loir-et-Cher, ils élèvent 35 vaches laitières de différentes races, sur 73 hectares dont 50 de prairies. Joli ratio ! Pendant que Gille s’occupe de nourrir les animaux, Anne, qui cherche à fournir des produits sains et à partager son savoir, fait visiter sa ferme et transforme le lait de l’exploitation. Chaque année, ce sont quelques 1700 visiteurs qui se rendent chaque année sur la ferme.

Commentaires (124)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
Envoyer

bionel

pauvre aatea ta tartine de profondes débilites est excellente je te remercie de toujours venir te décrédibiliser un petit peu plus à chacune de tes intervention car nul ne peux avaler ton imbuvable intox de grand prescripteur de POISONS .

aatea

rerebis comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ? OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique" Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes. Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte. Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable? La carence en vitamine A: un fléau meurtrier Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A. Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU. "L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM. Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an? En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz. L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux. Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde". "Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret. Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"? Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité. Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique". "Il est plus facile de faire peur aux gens" Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines. "Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues. LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM? Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc. Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

bionel

Up pauvre troll toute ton imbuvable intox est la honte pour une approche scientifique et rationnelle. La plus belle avancée ce trouve dans le partage et la signature de cette superbe Initiative citoyenne : Intitulé: Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet: https://stopglyphosate.org/fr/

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.