Mise à jour, le 26 mai 2020 : Sur la base, notamment, du travail d'analyse et d

Climat

Air France a du plomb dans l’aile

J'agis

L’annonce est tombée vendredi 24 avril, lors de l'allocution télévisée de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie : le soutien de l’Etat à Air France, sous forme de prêts, s’élèvera à sept milliards d’euros, sans aucune contrepartie écologique à la hauteur de l’enjeu climatique. Quatre milliards sous forme de prêts bancaires garantis par l’Etat et trois milliards de prêts directs de l’Etat. Ces prêts viennent s’ajouter aux autres mesures de soutien dont bénéficie, ou va bénéficier, Air France, notamment : financement du chômage partiel et report de paiement des taxes.

Mise à jour, le 26 mai 2020 : Sur la base, notamment, du travail d’analyse et de modélisation réalisé par le Réseau Action Climat, nous souhaitons aujourd’hui préciser qu’il nous semble important de viser comme première étape la fermeture des lignes pour lesquelles une alternative en train est disponible en moins de 6h, car cela permettrait de maximiser le bénéfice climat d’une telle mesure, en incluant notamment les 5 lignes intérieures les plus émettrices en CO2. En parallèle, il est essentiel de mettre en place un plan de relance du secteur ferroviaire et de développement du train de jour et de nuit, pour que la fermeture de vols courts, domestiques et européens, puisse être étendue progressivement.

Dans la foulée de l’annonce faite par Bruno Le Maire qui, par la même occasion, s’était efforcé de répéter qu’il ne s’agissait pas d’un chèque en blanc signé à Air France, Elisabeth Borne a précisé les “conditions” écologiques (qui portent bien mal leur nom) posées à Air France pour bénéficier des sept milliards d’euros d’aides. Globalement, les annonces concernant la réduction de l’impact climatique de la compagnie aérienne sont floues et sans ambition. Nous les décryptons ici.

 

1. Utiliser des agrocarburants ?

Dans une interview à Europe 1, Elisabeth Borne a précisé qu’elle avait eu un entretien avec les dirigeants d’Air France lors duquel l’utilisation des agrocarburants avait été présentée comme un engagement écologique par la compagnie. Sauf que c’est loin d’être le cas.

D’une part, à ce jour, il n’existe aucune technologie dite “avancée” permettant de prendre la relève des carburants conventionnels en termes de volume. La crise climatique est déjà en cours et nous n’avons pas le temps d’attendre qu’une telle technologie se développe.

D’autre part, les agrocarburants à base d’huile de palme, sur lesquels lorgne l’aviation, sont responsables d’une déforestation massive en Amérique du Sud et en Indonésie, un véritable cauchemar pour le climat.

En plus de cela, présenter les agrocarburants comme une solution, c’est continuer à faire le jeu de Total. Au cours de l’année passée, le pétrolier a fait un lobbying intense auprès du gouvernement pour maintenir la niche fiscale sur l’huile de palme et faire en sorte que sa bioraffinerie de la Mède soit rentable. Il compte bien sur le secteur aérien pour y parvenir. Total + Air France = combo gagnant pour la déforestation !

 

2. Réduire de 50% les émissions de CO2 sur les vols intérieurs d’ici 2024 ?

Sans mauvais jeu de mots, cela ne vole pas haut. La suppression des vols intérieurs là où une alternative en train existe est une mesure évidente et simple avec un impact positif direct pour le climat. À ce jour, le gouvernement n’en est qu’au stade de la réflexion et envisagerait uniquement la fin des vols lorsqu’une alternative en train de 2h30 ou moins existe. Or, de nombreux vols où l’alternative ferroviaire est supérieure à 2h30 restent des aberrations climatiques, comme Paris-Marseille (3 heures en train).

L’urgence climatique nécessite d’être plus ambitieux, beaucoup plus ambitieux, en inscrivant un tel engagement dans la loi pour que cela s’impose aux compagnies aériennes, dont les low-cost, plutôt que de s’en remettre à leur bon vouloir. Le gouvernement doit atterrir !

Une solution pourrait être de commencer par cibler à minima les vols intérieurs pour lesquels existe une alternative en train de 4 heures ou moins, avec pour objectif d’étendre la suppression à tous les vols intérieurs (sauf lorsqu’il y a une réelle utilité sociale et sanitaire, par exemple pour du transport de matériel de soin). En parallèle, il est nécessaire de concentrer les investissements et l’argent public sur le développement des alternatives, en gardant en tête la renaissance indispensable des trains de nuit, qui permettront de s’affranchir de certains vols européens.

Les vols intérieurs Air France sont un gouffre financier pour la compagnie, en plus d’être des aberrations climatiques. Benjamin Smith, le PDG d’Air France, parle de restructurer le réseau de vols intérieurs, en les transférant (en partie ?) sur la compagnie low cost Transavia. Il ne faut pas les transférer à une autre compagnie, il faut les supprimer !

Pourtant, dès le 11 mai, ce sont trois lignes pour lesquelles une alternative ferroviaire existe qui vont rouvrir : Paris-Bordeaux, Paris-Brest, Paris-Montpellier. Pour la compagnie qui doit, d’après Bruno Le Maire, devenir “la plus respectueuse de l’environnement de la planète” avec ses sept milliards d’euros, c’est mal embarqué.

 

3. Compenser les émissions carbone d’Air France ?

La compensation des émissions est un permis de polluer. Planter des arbres pour compenser des émissions carbone faramineuses ne sauvera pas le climat, encore moins si Air France contribue à la déforestation en se tournant vers des agrocarburants à base d’huile de palme. C’est le serpent qui se mord la queue. Il est illusoire de croire que c’est une solution viable : nous n’avons pas le temps d’attendre que les arbres plantés aient atteint la maturité nécessaire pour absorber et compenser les émissions de CO2 d’Air France.

Le véritable enjeu est de réduire les émissions carbone. En misant sur la compensation, Air France et le gouvernement ne font que mettre la poussière sous le tapis. Jusqu’ici, ni l’un ni l’autre n’ont parlé clairement de réduction du trafic aérien. Or il a été constaté, crise après crise, que ce dernier repartait à la hausse à chaque fois. Sans décision forte ni contrainte légale à ce sujet, c’est ce qui risque de se produire une fois le confinement terminé.

4. Renouveler la flotte d’avions d’Air France ?

En mettant en avant cette condition, la ministre de la Transition écologique et solidaire ne fait qu’enfoncer une porte ouverte. Cet engagement d’Air France avait déjà été acté bien avant la crise, et il est de toute façon nécessaire en termes de sécurité et de coûts d’exploitation pour la compagnie.

Alors, que peut-on faire ?

Toutes ces contreparties (qui n’en sont donc pas vraiment) ne sont inscrites nulle part dans la loi. Il n’y a aucune dimension contraignante ou piste réglementaire à ce stade, aucun moyen de sanction prévu en cas de non-respect de ces conditions, aucun contrôle démocratique sur la définition et le respect de ces engagements. Le gouvernement s’en remet à la bonne volonté d’Air France. Alors oui, il est nécessaire de soutenir cette entreprise qui représente 350 000 emplois, pour permettre d’assurer le maintien de l’emploi et les revenus des salarié·es impactés, mais pas en sacrifiant le climat.

La responsabilité du gouvernement et de l’Etat est lourdement engagée dans ce contexte. C’est à lui de poser le cadre pour nous sortir d’un système de transport polluant et dépendant des énergies fossiles. Cela passe par une réglementation, une régulation et une réduction du trafic aérien, entre autres. Les mesures sont connues et sont portées depuis de nombreuses années par les organisations de la société civile. Il s’agit notamment de prévoir :

  • la fin des avantages fiscaux injustes dont bénéficie le secteur aérien,
  • un investissement massif dans les alternatives comme le train de jour et de nuit,
  • l’abandon des projets d’extension d’aéroports qui induisent une croissance du trafic,
  • la définition d’une trajectoire contraignante de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour le secteur aérien, en ligne avec la neutralité carbone,
  • l’interdiction des vols intérieurs qui sont une aberration climatique alors que des alternatives existent.

Aller plus loin

Rejoindre le collectif « Oui au train de nuit »

Lire – Aviation : nos demandes pour une décroissance du secteur et des alternatives durables

Lire la lettre ouverte de 250 ONG et organisation de la société civile sur le sauvetage des compagnies aériennes

Emplois, pollution, climat : les enjeux autour de la relance des transports expliqués en vidéo

Si, vous aussi, vous voulez agir pour un monde plus écologique et plus solidaire où les intérêts des populations passent avant ceux des industries polluantes , alors rejoignez-nous !

Déjà signatures !
 

En cliquant sur "Je rejoins le mouvement", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part de Greenpeace via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".





(Crédits photographiques : © Bernd Hartung / Greenpeace)
Commentaires (9)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Saunier

Pensez vous vraiment que les éventuelles lignes abandonnées par Air France ne seront pas reprises par la concurrence et notamment par les low-cost dont vous n’ignorez pas le peu d’intérêt qu’ils ont pour l’ecologie ?!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Benforc

Bonjour, je travaille dans une compagnie aérienne et je suis un sympathisant "écolo". Les 7 milliards servent à payer en partie les salaires et à retirer les avions comme les A380 du parc aérien. Le retrait coûte environs 700 millions d'Euros. Soit 10 pct de l'apport... Les contreparties existent: fermeture des lignes en concurrence avec le train sur des destinations de moins de 2h30. Au revoir Bordeaux, Nantes, Lyon, Rennes etc... Réduction de 50 pct de la consommation carburant/CO2 sur les vols intérieurs. J'aime l'aérien, les fabuleuses machines que sont les avions, mais je prends aussi conscience que transporter des passagers à l'autre bout de la planète est destructeur. Mais s'il vous plaît que me proposez-vous comme reconversion ? J'ai effectué des bilans de compétences et à mon niveau je ne pourrais pas gagner plus de 1500 euros pour travailler dans l'environnement. C'est à dire 1000 euros de moins que ce je gagne actuellement et comme beaucoup j'ai une maison à payer , 2 enfants à élever et 25 ans de carrière derrière moi et encore 20 ans à travailler probablement. D'ici 2 ans la casse sociale sera intense chez Air France et dans les aéroports, merci de nous proposer des emplois pérennes et des salaires décents. Être écolo et gagner convenablement ma vie , c'est une véritable dichotomie pour moi... Merci pour votre modération si vous deviez réagir à ce commentaire. En vous souhaitant le meilleur environnement possible pour vos familles. Benforc.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Thomas

Avant tout le problème est pour moi l'intervention de l'Etat dans le sauvetage de groupe privé; ll est inadmissible que l'Etat intervienne pour aider Air France ou tout autre groupe privé si il n'y a pas de contreparties. Concrètement AF (et d'autres entreprises) se gavent en distribuant leur bénéfices aux actionnaires privés sans conserver aucune réserve financière quand tout va bien, lorsqu'il y a une crise c'est à l'Etat et au public de combler le trou face a un chantage à l'emploi ! Le secteur privé profite sans aucun risque vu qu'en cas de risque de faillite c'est le public qui paie de peur du chômage de masse. Ce n'est pas comme cela que fonctionne une entreprise. Sans réserve une entreprise fait faillite en cas de crise, ce qui sera le cas de nombreuses PME qui ne bénéficierons pas d'un plan de 7 milliards.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE