- © Mandy Barker / Greenpeace

Toxiques

Zéro déchet : 13 astuces très simples

Je protège les océans

Toxiques

Le plastique a inondé notre vie : on peut le trouver dans les emballages de produits, les ingrédients cosmétiques, les textiles vestimentaires ou les matériaux de construction. Au quotidien, nous pouvons changer nos habitudes pour réduire la consommation de plastique et rechercher des alternatives.

Le plastique a inondé notre vie : on peut le trouver dans les emballages de produits, les ingrédients cosmétiques, les textiles vestimentaires ou les matériaux de construction. Plus largement, notre “société du tout-jetable” est marquée par les objets à usage unique et l’obsolescence programmée. Un non-sens écologique encouragé par la société de consommation. Au quotidien, à notre échelle, nous pouvons dès maintenant changer nos habitudes pour réduire la consommation de plastique et rechercher des alternatives.

Qu'est ce que le zéro déchet ?

Le zéro déchet est une démarche qui consiste à mettre en place un ensemble de pratiques pour réduire les déchets (emballages, plastiques, produits à usage unique…), et le gaspillage (éviter la surconsommation d’énergie, le gaspillage alimentaire…). Plus que cela, c’est une philosophie de vie qui vise à réduire les déchets visibles (emballages, objets à usage unique), et invisibles (éviter la surconsommation, encourager la sobriété en achetant de seconde main…), afin de réduire les problèmes sanitaires et environnementaux qu’ils posent. 

S’ancrer dans une démarche 0-déchet, c’est agir selon 5 règles principales, “les 5R”, où la sobriété est le point central : 

  • Refuser : reconnaître le non essentiel et le refuser.
  • Réduire : lorsqu’il n'est pas possible de refuser, il est possible de réduire.
  • Réutiliser : éviter le jetable, réparer, raccommoder, ou réutiliser autrement.
  • Rendre à la terre : composter les biodéchets.
  • Recycler : quand il n’y a pas d’alternatives, essayer de recycler.

Nos conseils pour limiter les déchets

#1 Remplacez vos sacs en plastique par des sacs réutilisables, un caddie ou des paniers

© Yolanta Siu / Greenpeace

Malgré leur interdiction, vous trouverez encore des sacs plastiques chez certains commerçants. Ne plus les utiliser évitera que vos sacs plastiques s’envolent et se retrouvent ensuite dans les océans ou qu’ils se décomposent dans l’environnement.

 

#2 Utilisez vos propres contenants lorsque vous faites des pique-niques au lieu d’utiliser du plastique

Plastic-Free Shopping Practices in Mangwon Market, Seoul.

© Jung Park / Greenpeace

Au restaurant ou chez les commerçants, il vaut mieux apporter vos propres contenants. SI vous achetez des aliments ou des boissons à emporter, demandez aux commerçants de ne pas les emballer dans du plastique. 

 

#3 Achetez vos aliments en vrac et évitez les emballages excessifs

Shopping at Zero Waste Shop in Seoul.

© Soojung Do / Greenpeace

Les produits bio sont moins chers en vrac, et cela vous permet de choisir la quantité dont vous avez besoin. Pensez-bien à apporter vos propres sacs à vrac, autrement le gain écologique sera limité.

 

#4 Allongez la durée de vie de vos objets

Difficile de faire durer ses objets à l'ère de l'obsolescence programmée et de la surconsommation. Néanmoins, avant de jeter et remplacer, voyez s'il est possible de réparer, recoudre, retoucher. Faites-vous aider par un professionnel si besoin. Vous pouvez aussi vous inspirer de tutoriels sur internet pour donner une seconde vie à vos objet ! Des réseaux d'échanges de services entre voisins existent également, ainsi vous paierez une réparation moins cher que chez un professionnel.

 

#5 Buvez de l'eau du robinet, pas de l'eau en bouteille

Corals and Plastic Waste in Verde Island, Philippines.

© Noel Guevara / Greenpeace

En France l'eau du robinet est riche en minéraux et convient tout à fait à notre organisme. Opter pour une gourde est donc une excellente idée. Si l’eau dans votre région n’est pas satisfaisante, vous pouvez utiliser une carafe ou une gourde filtrante. C’est un petit investissement, mais qui à longue vous permettra d’économiser une fortune et qui évitera que votre bouteille d’eau en plastique se retrouve dans les océans.

 

#6 Privilégiez la seconde main

La seconde main est un bon moyen de faire des économies tout en réduisant la pollution liée à la production et au recyclage des objets. Avant d'acheter quelque chose, demandez-vous si vosu en avez vraiment besoin; ce type de réflexe vous évitera d'alimenter des phénomènes extrêmement polluants comme la fast-fashion. Pour acheter vos appareils numériques, le reconditionné est une bonne solution, cela limitera la pollution numérique. Aujourd'hui, de nombreux dispositifs sont à disposition pour acheter d'occasion: plateformes en ligne, réseaux de voisinage, vide-greniers...

 

#7 Collectez les biodéchets à part

Les biodéchets, ou déchets organiques (restes de nos assiettes, déchets biodégradables) ont un intérêt particulier à être triés et jetés à part puisqu’ils ont la faculté d’être réutilisables pour créer du compost et nourrir les sols. Par conséquent, il est important de les jeter aux endroits appropriés afin qu’ils ne soient pas en contact avec d’les autres déchets, susceptibles de les contaminer et de les rendre impropre à la réutilisation. Pour ce faire, plusieurs dispositifs existent : 

  • Le compostage de proximité : des réseaux Compost citoyens sont présents dans la plupart des régions et vous accompagnent dans le compostage de vos déchets. 
  • La collecte séparée des biodéchets :  une collecte est effectuée auprès des particuliers pour récupérer leurs déchets organiques, triés au préalable dans un bio seau (petit bac où jeter vos déchets alimentaires chez vous). Vous pourrez également vous rendre directement à un point de collecte pour y déposer vos biodéchets.

 

 #8 Jetez vos mégots de cigarette à la poubelle

Un mégot jeté au sol risque fortement de se retrouver dans les mers et les océans : c’est une pollution marine très importante et moins connue que le plastique.

 

#9 Faites aussi la chasse au plastique dans votre salle de bains

Plastival in Nijmegen. © Willem Steenis

© Willem Steenis / Greenpeace

Essayez de vous procurer des produits d’hygiène et de soins personnels qui ne sont pas emballés dans du plastique... Utilisez des savons solides au lieu de gel de bain, ou du savon à raser au lieu de mousse. Et s’ils sont naturels, c’est encore mieux pour la santé. En plus de limiter les nombreuses bouteilles de shampoing qui pullulent dans notre salle de bain, ceux-ci durent plus longtemps, et sont facilement transportables. Il existe également des brosses à dent en bois à embout réutilisable et du dentifrice solide.

 

#10 Choisissez des capsules de café réutilisables

Coffee Beans in Dispensers. © Isabelle Rose Povey

© Isabelle Rose Povey / Greenpeace

Rien de plus simple que de faire du café avec des capsules réutilisables. Vous devez acheter du café moulu et l’insérer dans la capsule. Ensuite vous faites comme à votre habitude, juste à la glisser dans la machine à café et le tour est joué ! Si vraiment vous ne pouvez pas vous passer de vos capsules, recyclez-les dans la poubelle jaune. Vous pouvez aussi opter pour une cafetière traditionnelle, idéalement avec du café moulu bio et issu du commerce équitable. 

 

#11 Optez pour des cotons bios réutilisables

Organic Cotton in Hands of Farmer. © Peter Caton

© Peter Caton / Greenpeace

On peut trouver des cotons bios réutilisables sous toutes formes dans les magasins bios. L’usage est très simple, les cotons sont bifaces. Une fois utilisé vous pouvez le laver à la machine avec le reste de votre linge dans un filet pour les protéger. En plus de jeter moins de déchets, vous participez à la protection des sols et des rivières en réduisant la production de cotons jetables. 

 

#12 Refusez les objets gratuits...mais inutiles

Break Free from Plastic Studio Shot in Mexico.

© Daniel Guevara / Greenpeace

Refusez les échantillons, les sodas dans une formule, les goodies etc. Cela semble anecdotique mais la planète vous dira merci.

 

#13 Choisissez des protections hygiéniques écologique

Shopping at Zero Waste Shop in Seoul. © Soojung Do

© Soojung Do / Greenopeace

La plupart des protections hygiéniques sont composées de coton, mais ce coton (venu le plus souvent d’Inde, des États-Unis ou de Chine) a des effets dévastateurs sur la planète. Pour cause, il est la plupart du temps génétiquement modifié  et très gourmand en pesticides. De plus, la production de coton nécessite énormément d’eau (troisième consommatrice mondiale d'eau d’irrigation après le riz et le blé). Cette consommation excessive d’eau a des impacts locaux importants.

Les protections hygiéniques posent aussi de sérieux enjeux de santé publiques pour leurs utilisatrices, en raison des réidus chimiques retrouvés dans les tampons, serviettes hygiéniques et protège-slips.

Des alternatives zéro déchet existent comme la coupe menstruelle aussi appelée “cup”, les culottes menstruelles, et les serviettes hygiéniques lavables en coton bio. Ces protections sont plus contraignantes, bien entendu utilisez-les seulement lorsque c'est possible pour vous. Si vous avez les moyens, il est aussi possible de choisir des protections hygiéniques en coton bio.

Pour aller plus loin :

 

(Crédits photographiques : © Mandy Barker / Greenpeace)

Envie d'agir au quotidien ?

Découvrez la newsletter des Mardis verts ! Tous les mardis, on vous envoie un conseil pour agir à votre échelle et à votre rythme. Que penser de la voiture électrique ? Pourquoi manger de saison ? Comment réduire sa facture d'énergie ? Bientôt toutes ces questions n'auront plus aucun mystère pour vous ;)