L’IBAMA, qui avait déjà remis en question les documents fournis par Total, a

Climat - Océans

Récif de l’Amazone : Total et BP devraient revoir leur copie

Il y a quelques jours, le procureur de l’État d’Amapá a officiellement recommandé à l’Agence brésilienne de protection de l’environnement (IBAMA) de suspendre les licences environnementales de Total et BP dans le cadre de leur projet de forages exploratoires près du Récif de l’Amazone. Sans ces autorisations, il sera impossible pour les pétroliers de conduire leurs opérations de forage.

L’IBAMA, qui avait déjà remis en question les documents fournis par Total, a 10 jours pour se prononcer, et peut potentiellement prendre une décision à même de sérieusement compromettre les plans de Total et de BP.

Le Procureur s’inquiète particulièrement des risques de marée noire et de fuite, inhérents aux activités de forage, qui menacent le Récif de l’Amazone encore mal connu ainsi que les pays voisins. Il recommande fortement que les plans de Total et BP soient tout simplement suspendus.

Même si le procureur ne peut pas arrêter de son seul fait la procédure en cours, cela reste un événement important nous permettant d’espérer une mise à l’arrêt des projets des pétroliers près du Récif de l’Amazone. L’IBAMA a jusqu’au 17 mai prochain pour répondre au procureur. Si elle suit ses recommandations, remettant en cause l’argumentaire fourni par Total et BP, ces derniers seraient alors dans l’obligation d’effectuer une nouvelle étude d’impact environnemental. Dans le cas contraire, le procureur a la possibilité de déposer un recours juridique.

Le Récif de l’Amazone, documenté pour la première fois grâce à une mission de l’Esperanza, a été qualifié par le National Geographic comme étant “une des découvertes les plus importantes en biologie marine de ces 10 dernières années”.

Cette annonce du procureur est un revers de plus pour Total et BP. Récemment, l’IBAMA avait récusé la modélisation de marée noire présentée par Total, la trouvant incohérente à de nombreux égards.

Le Récif de l’Amazone est un écosystème unique encore trop peu connu, et nous ne pouvons accepter que le moindre risque pèse sur lui.

Les négligences des pétroliers sont la preuve manifeste du mépris de ces entreprises pour ce biome unique, et ils seraient bien avisés de renoncer à leurs projets dès maintenant, avant de causer de réels dégâts.

En à peine quelques mois, plus d’un million de citoyen-ne-s à travers le monde ont déjà demandé à Total et BP d’abandonner leurs projets. Ce n’est que le début. Rejoignez le mouvement.

Je signe




(Crédits photographiques : © Daniel Beltra / Greenpeace)
Commentaires (24)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

marie josée margan

Le jour où les compagnies pétrolières s'arrêteront d'exploiter, et de détruire par cette exploitation, notre belle planète bleue, pour se tourner vers des ressources d'énergie non polluantes, une bataille aura été gagnée. d'ici là, il est indispensable que les peuples de tous les pays du monde, concernés ou non de près par le risque de pollution, de marée noire, de destruction de leur milieu ou de leur ressource alimentaire, se mobilisent pour contrer ces fous de profit et du pouvoir.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Tolgay Ozturk

Arrêtons de détruire notre univers si précieux qu'est la planète Terre !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Galand Nini

Ne laissons pas TOTAL et BP détruire l'Amazonie !!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.