Des écosystèmes précieux sous pression Le rapport du GIEC détaille que plus

Agriculture - Forêts

Rapport du GIEC : transformons notre système alimentaire

Rejoignez-nous

Le rapport du GIEC publié ce jeudi 8 août 2019 le confirme : l'utilisation des terres et l’agriculture sont à l’origine de 23% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Pour faire face à la crise climatique, il est impératif d’assurer la protection et la restauration des forêts et de transformer radicalement le système alimentaire mondial qui produit de la viande en quantités industrielles.

Des écosystèmes précieux sous pression

Le rapport du GIEC détaille que plus d’un quart des terres sont dégradées par l’activité humaine. La pression que nous exerçons sur les terres alimente dangereusement le dérèglement climatique. En effet, les sols peuvent agir comme un puissant puits de carbone permettant ainsi de capter le CO₂ présent dans l’atmosphère. Il est donc essentiel de protéger et de restaurer les écosystèmes capables d’absorber le CO₂ tels que les forêts, prairies ou zones humides pour lutter contre la crise climatique. Les dégrader nous met en danger. Mettre fin à la déforestation et à la dégradation des forêts tout en restaurant les écosystèmes dégradés est un défi de taille. Pourtant, des solutions existent bel et bien. La France doit notamment mettre en œuvre les engagements pris dans sa stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée. Ils restent pour l’instant de grands principes non suivis d’actions.

Un système alimentaire à bout de souffle

Le rapport du GIEC nous le montre : notre système alimentaire et agricole est à bout de souffle. Pour protéger le climat et nourrir l’humanité, il faut agir maintenant. Les émissions de gaz à effet de serre du système alimentaire dans son ensemble, y compris la production et la consommation, représentent jusqu’à 37 % des émissions mondiales totales d’origine humaine. Face à la gravité de la crise climatique, notre prise de conscience individuelle et collective est essentielle pour changer de modèle de société. Les citoyens et citoyennes peuvent déjà agir à leur niveau, en réduisant leur consommation de viande et de produits laitiers. Mais la nécessité de cette prise de conscience individuelle ne doit pas servir d’excuse aux responsables politiques pour ne pas mettre en place les mesures de plus grande portée qui s’imposent.

Ce nouveau rapport met les gouvernements face à leurs responsabilités : ils doivent revoir à la hausse leurs objectifs climatiques et agir réellement pour les atteindre. Cela passe par exemple par le soutien de la transition agroécologique face au développement des fermes-usines, la fin des importations en France de soja issu de la déforestation et destiné à l’alimentation animale, ou le développement de l’offre de repas végétariens dans la restauration collective.

Nous avons lancé l’alerte déforestation à Sète fin juin au cours d’une action spectaculaire. Notre gouvernement doit prendre ses responsabilités en mettant fin à l’élevage industriel et à l’importation de matières premières qui ont contribué à la déforestation, comme le soja à destination de l’alimentation animale.

L'élevage industriel est une catastrophe pour le climat et notre planète. Ce modèle doit changer. Changez-le avec nous : rejoignez notre mouvement visant à le transformer afin d'agir à nos côtés et recevoir nos informations liées à cette campagne !

En cliquant sur "Je rejoins le mouvement", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part de Greenpeace via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".

 

(Crédits photographiques : © Marizilda Cruppe / Greenpeace)





Commentaires (1)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-Michel M.

S'il n'y avait que notre système alimentaire que nous devons transformer au plus vite, ce serait peu de chose. Mais ce sont hélas toutes les facettes de nos modes de vie que nous devons modifier afin de laisser une planète toujours habitable aux générations à venir. Comme ces changements et transformations ne viendront jamais de gouvernements, quels qu'ils soient, vérolés par les multinationales et leurs lobbies (en ce qui concerne le Brésil , par exemple, c'est ainsi que ça se passe : "On ne vous achète plus d'armes si vous cessez de nous acheter notre soja issu de la déforestation"), c'est à nous, individuellement d'abord puis massivement quand un maximum de gens auront été sensibilisés, de peser pour que ces changements s'opèrent. Comment ? Par le boycott, seul instrument en notre possession quand les décisions et ceux qui les prennent vont dans les sens contraire de notre intérêt commun. Par le refus de cette société du tout-jetable qui scie la branche sur laquelle nous sommes assis, par le rejet de cette civilisation d'hyper-consommation qui asphyxie à petit feu notre demeure en nous focalisant uniquement sur l'essentiel tout en rejetant le superflu. Ces transformations je les ai personnellement faites et ai pu remarquer qu'elles sont simples à mettre en pratique.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES