Les villes en tête du classement 5e place : Vienne [caption id="attachment_30

Climat

Pollution de l’air et mobilité : ces villes qui montrent l’exemple (et les autres)

Signez l'appel

De nombreuses villes européennes s’engagent publiquement à combattre la pollution de l'air et à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cela suppose d’encourager les gens à laisser tomber les véhicules alimentés avec des énergies fossiles et à préférer les transports en commun, le vélo ou la marche. Quelles sont les villes qui montrent l'exemple ? Parviennent-elles à améliorer la qualité de l'air ? La capitale française est-elle bonne ou mauvaise élève ? Greenpeace publie aujourd'hui un classement, en partenariat avec l'Institut Wuppertal, pour répondre à toutes ces questions !

Les villes en tête du classement

5e place : Vienne

 Il y a un an, des activistes de Greenpeace escaladaient la statue Maria Theresia de Vienne pour interpeller les autorités sur les dangereux niveaux de pollution de l'air.

Il y a un an, des activistes de Greenpeace escaladaient la statue Maria Theresia de Vienne pour interpeller les autorités sur les dangereux niveaux de pollution de l’air.

La capitale de l’Autriche arrive souvent en tête des villes où il fait bon vivre dans le monde. Une des raisons de ce succès ? Des transports en commun abordables ! Un abonnement à l’année, qui permet des voyages illimités dans la quasi-totalité du centre urbain, est récemment passé à 365 euros (ce qui revient seulement à presque un euro par jour pour avoir le droit d’utiliser tous les types de transports en commun !).

  • Qualité de l’air : 2e  place (ex-aequo)
  • Transports en commun : 2e  place (ex-aequo)
  • Sécurité pour les cyclistes et les piétons : 6e  place
  • Restrictions voiture / Incitations mobilités durables : 9e place
  • Mobilités actives : 7e place

4e place : Zurich

A Zurich, plus grande ville de Suisse, plus de 40% des déplacements se font en transport en commun ! Une statistique qui montre à quel point la ville a investi dans son réseau de trains, de trams et de bus. Zurich a un système de transports publics très utilisé…et le plus accessible financièrement. Mais, avec un taux d’accidents relativement élevé pour les cyclistes et les piétons, Zurich doit faire plus pour que ses habitants puissent non seulement pédaler et marcher, mais aussi le faire en toute sécurité.

  • Qualité de l’air : 2e place (ex-aequo)
  • Transports en commun : 1re  place
  • Sécurité pour les cyclistes et les piétons : 5e  place
  • Restrictions voiture / Incitations mobilités durables : 7e place
  • Mobilités actives : 8e place

3e place  : Oslo

Ces dernières années, la capitale de la Norvège a pris des mesures pour améliorer ses infrastructures cyclables, et a transformé ses rues en réduisant la place dédiée aux voitures. La ville a commencé à déployer des zones sans voitures et transforme même les parkings en pistes cyclables. Si Oslo s’en sort aussi bien sur la qualité de l’air, c’est aussi parce que la réglementation norvégienne en la matière est plus stricte que celle de l’Union européenne.

  • Qualité de l’air : 1re place
  • Transports en commun : 10e place
  • Sécurité pour les cyclistes et les piétons : 1re place (ex-aequo)
  • Restrictions voiture / Incitations mobilités durables : 4e place
  • Mobilités actives : 5e place

2e place : Amsterdam

Avec plus de vélos que d’habitants, Amsterdam est souvent décrite comme la capitale du vélo dans le monde ! Mais cette réalité ne doit pas nous faire oublier qu’avant les années 1970, les voitures dominaient la ville… C’est seulement suite à des manifestations, en réaction à un nombre important d’accidents dus au trafic routier, que la ville a été repensée pour favoriser le vélo et la marche. Même si seulement 1 personne sur 4 possède une voiture à Amsterdam, cette ville a encore des progrès à faire pour faire baisser la pollution de l’air autour des axes les plus fréquentés, qui dépassent eux aussi les normes européennes de qualité de l’air.

  • Qualité de l’air : 6e place
  • Transports en commun : 13e place
  • Sécurité pour les cyclistes et les piétons : 1re place (ex-aequo)
  • Restrictions voiture / Incitations mobilités durables : 3e place
  • Mobilités actives : 1re place

1re place : Copenhague

La ville gagnante ! Copenhague a construit des pistes cyclables d’une efficacité impressionnante, très populaires auprès des habitants. Mais même Copenhague n’est pas parfaite : la ville s’en sort très bien pour encourager la marche à pied, mais pourrait aller encore plus loin sur les transports en commun pour faire en sorte que plus de gens les préfèrent à la voiture.

  • Qualité de l’air : 2e place (ex-aequo)
  • Transports en commun : 8e place
  • Sécurité pour les cyclistes et les piétons : 1re place (ex-aequo)
  • Restrictions voiture / Incitations mobilités durables : 1re place
  • Mobilités actives : 2e place

Et Paris ?

Classée septième sur treize, Paris a encore beaucoup d’efforts à faire pour réduire la place de la voiture, développer l’utilisation du vélo au quotidien et devenir plus respirable.

Pollution de l'air : encourageons les alternatives à la voiture !

Il y a quelques jours, on a ressorti nos sifflets, nos ballons, nos plus belles pancartes, et on est sorti braver la pluie…📣🙌🎈🏁Ensemble, encourageons les alternatives à la voiture ! 🚋🚴🎉En France, la pollution de l'air est la troisième cause de mortalité, juste derrière le tabac et l'alcool : il est temps que nos responsables politiques prennent le sujet au sérieux. 🚗☠️🏥Découvrez ici notre classement des 13 plus grandes villes européennes sur les transports et la pollution de l'air ➡️ https://www.greenpeace.fr/mobilite-pollution-de-lair-classement-de-treize-grandes-villes-europeennes-fr/

Publiée par Greenpeace France sur lundi 21 mai 2018

 

Sur la pollution de l’air, Paris est 12e du classement. On comprend mieux la décision toute récente de la Commission européenne de renvoyer la France et 12 de ses villes, dont Paris,  devant la Cour de justice de l’Union européenne pour non-respect des normes de qualité de l’air. Le bilan est très préoccupant : c’est de la santé des habitants qu’il s’agit, et en particulier de celle des plus jeunes et des plus vulnérables. En France, la pollution de l’air est la troisième cause de mortalité, juste derrière le tabac et l’alcool : il est temps de prendre le sujet au sérieux.

A Paris, seuls 3% des déplacements sont effectués à vélo… contre 29% à Copenhague, ou 32% à Amsterdam. Et, sur la sécurité des cyclistes, Paris a encore beaucoup à faire. Or, les exemples d’Amsterdam et de Copenhague montrent bien que l’usage du vélo ne se développera pas sans infrastructures cyclables sécurisées, séparées et respectées.

Bref, Paris est toujours asphyxiée par la pollution de l’air car ses rues sont encore trop encombrées par les voitures et qu’elle doit encore laisser plus de place aux autres formes de mobilité, plus respectueuses de notre santé et de notre climat. Paris doit maintenant se montrer à la hauteur de ses ambitions et continuer à avancer très concrètement vers l’objectif qu’elle s’est fixé de devenir une ville libérée de la voiture diesel et essence individuelle.

Et, au-delà de Paris, comme la décision de la Commission européenne nous le rappelle, c’est l’ensemble des grandes villes françaises qui doivent aujourd’hui faire de la lutte contre la pollution de l’air une priorité absolue. On a besoin de décisions courageuses et de mesures fortes pour réduire la place des voitures en ville et prioriser les autres formes de mobilité (transports en commun et vélo, notamment).

Rappelons enfin qu’avec le projet de loi mobilité qui est en cours d’arbitrage et qui devrait être dévoilé prochainement, le gouvernement engage également sa responsabilité : il doit notamment créer un cadre favorable à la transition des collectivités locales vers les solutions de transport écologiques. Plusieurs mesures, qui pourraient permettre d’aller dans ce sens, doivent donc figurer dans la future loi, comme la généralisation des zones à faibles et très faibles émissions dans les villes les plus exposées à la pollution et un dispositif d’accompagnement financier aux projets “transports publics” et “vélo” des collectivités.

Pollution de l’air : l’Europe a du pain du la planche

A mesure qu’on parcourt le classement, on comprend que de nombreuses villes ont encore un long chemin à parcourir. Londres, par exemple, demeure une ville particulièrement meurtrière pour les cyclistes. Même si les villes en tête du classement peuvent aller plus loin en matière de lutte contre la pollution de l’air, Londres, Paris, Berlin, Rome, Budapest, Madrid et Moscou sont encore plus en retard. Dans plusieurs de ces villes, la qualité de l’air est tellement mauvaise que l’Union européenne a attaqué les gouvernements en justice, critiquant leur inaction en la matière.

Il reste beaucoup à faire pour résoudre la crise de la pollution de l’air. Nous espérons que le rapport que nous sortons aujourd’hui, et qui montre ce que font les villes pour aller vers des modes de transport respectueux de l’environnement et des habitant-e-s, pourra inspirer des élu-es et des dirigeant-es pour les années qui viennent.

 





(Crédits photographiques : © Lucas Barioulet)
Commentaires (94)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

distrait1979

Sur Marseille; interdit de prendre le vélo dans le bus; pourtant, habitant à Aubagne, cela me permettrait de prendre le bus jusqu’à Marseille puis aller au travail en vélo. Là, si je veux prendre les transports en communs, c'est Bus puis métro puis Bus soit un peu plus d'une heure de trajet contre 20 minutes en voiture. Je ne suis pas encore près à mettre plus de 2 heures par jour dans les transports, ni pédaler 40Km A/R tous les jours à vélo. Par contre, faire 20 min de Bus et 15 min de vélo, je le ferai.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

chomette

bonjour j'habite la region Rhone Alpes.Depuis des années je demande a ce que les transports en commun soit gratuit.Aubagne le fait depuis environ 20 ans il y a cependant un petit bémol il faut que la compensation financiere soit egale ^pour tous. un RSA qui prendrait les transports en commun tous les jours doit payer la meme somme qu'une personne qui est obligé de prendre savoiture pour aller travailler Ce n'est pas le raisonnement tenu par la Métropole de Lyon que peut on faire ? et que pouvez vous faire ? cordial

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Bernard GELINEAU

Rendre les villes plus respirables moins bruyantes devrait l'objectif de toue municipalité moderne, les promesses repportent souvent loin dans le temps les amélioration, exemple à Toulouse on nous parrle de Toulouse en 2024 2030 et rien d'ici-là.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.