Projection-débat mardi 10 avril à 19h, ENS, 5ème du documentaire "100 000 a

Nucléaire

Stop Cigéo à Bure (projection-débat)

Projection-débat
mardi 10 avril à 19h, ENS, 5ème
du documentaire « 100 000 ans sous nos pieds »

Débat avec Irène Gunepin
Inlassable militante contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure (Meuse), elle a fait connaître le scandale de ce GPI (Grand Projet Inutile) à travers toute la France.
Afin de gérer au mieux l’accueil, il est demandé de s’inscrire (voir en fin d’article)

Irène Gunepin a notamment rejoint en vélo Bure à Notre Dame des Landes.
L’abandon récent de cet autre GPI (cet aéroport en double à Nantes) doit nous donner espoir, et en tous cas nous mobiliser contre le projet Cigéo, non seulement pharaonique et couteux, mais aussi très dangereux.
L’enfouissement à plus de 500m sous terre (donc inaccessible s’il faut réagir en cas d’accident) de déchets radio-actifs à très longue durée de vie (« demi-vie » moyenne : 100 000 ans) pose de nombreux problèmes : coût, non-maîtrise des technologies, risque d’incendie des déchets bitumineux, pollution probable des nappes phréatiques…

Le film et le projet CIGéo (Centre industriel de stockage géologique) :
Creusé dans la glaise meusienne, près de Bure, le laboratoire de recherche de l’ANDRA est le prélude du futur site de stockage de déchets radioactifs à vie longue qui accueillera ses premiers «colis» à partir de 2025.
En 2013, un «débat public» est officiellement organisé. Promoteurs et opposants au projet s’affrontent à nouveau, lors d’un ultime combat avant la décision finale.

Depuis…
Décision problématique
: l’ASN a donné son accord, tout en pointant des risques majeurs d’incendie !
L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a rendu public lundi 15 janvier 2018  son avis définitif sur le projet Cigeo, qui vise donc à enfouir 500 mètres sous terre les déchets français radioactifs les plus dangereux.

  • Dans cet avis, l’ASN juge le dossier de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) globalement « très bon » mais demande tout de même à revoir la copie sur la gestion des déchets bitumineux qui présentent un risque d’incendie (!)
  • Ces déchets bitumineux représentent un peu plus de 40.000 « colis », soit environ 18 % des conteneurs destinés à Cigéo.

Greenpeace s’oppose bien sûr fermement à ce projet
Les 6 failles du projet Cigéo

Nous demandons l’abandon de ce projet irresponsable, mais aussi une recherche efficace pour traiter réellement ces déchets, et en attendant, de s’en tenir au stockage en surface ou sub-surface, plus maîtrisable.

 

Cette projection-débat est gratuite, mais le nombre de places étant limité, nous vous demandons de bien vouloir vous inscrire via le formulaire ci-dessous





Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.