Cette plainte en diffamation fait suite à la publication par Greenpeace le 23 f

Forêts

Greenpeace poursuivie en diffamation par la Socfin

Cette année, la journée internationale de la liberté de la presse a une drôle de saveur pour Greenpeace. Ce matin, le directeur général de Greenpeace France est convoqué devant le tribunal de grande instance de Paris, suite à une plainte déposée par l’entreprise de plantations Socfin qui l’accuse de « porter atteinte à son honneur ».

Cette plainte en diffamation fait suite à la publication par Greenpeace le 23 février 2016 d’un rapport intitulé « Menaces sur les forêts africaines : enquête sur les investissements du groupe Bolloré et de son partenaire belge Hubert Fabri ».

Greenpeace dévoilait alors la menace que la Socfin (entreprise gérant plus de 185 000 hectares de plantations de palmiers à huile et d’hévéas en Afrique et en Asie du Sud-Est) faisait peser sur les forêts tropicales en refusant de s’engager dans une politique zéro déforestation.

L’ensemble des concessions de la Socfin analysées par Greenpeace abritent d’importantes zones de forêts denses.  Il est donc indéniable qu’en l’absence d’engagement zéro déforestation, la Socfin ne pouvait garantir la non-déforestation des zones boisées situées à l’intérieur de ses concessions.

Dans ce rapport, Greenpeace estimait que le groupe Bolloré, qui détient plus de 38 % du capital de la Socfin, ne pouvait pas se dédouaner de sa responsabilité à l’égard des pratiques de la Socfin, et Greenpeace demandait à Vincent Bolloré d’user de son influence pour que la Socfin s’engage sans tarder sur une politique de plantation zéro déforestation.

Greenpeace confirme qu’elle maintient toutes les informations et analyses publiées dans son rapport.

Plus de 100 000 personnes avaient signé la pétition demandant à Vincent Bolloré d’user de son influence pour pousser la Socfin à s’engager en faveur d’une politique de plantation zéro déforestation crédible et respectueuse des droits des communautés locales.

Près d’un an après le lancement de la campagne de Greenpeace, la Socfin s’était enfin engagée sur le chemin de la « zéro déforestation ».  A cette occasion, Greenpeace exhortait l’entreprise à rester transparente sur la mise en œuvre de cette politique. En effet, afin d’évaluer l’impact de cette politique sur la préservation des forêts, il est indispensable que la Socfin adopte un plan d’actions ambitieux, publie les cartes de ses concessions et rédige des rapports d’avancement. A l’heure où nous publions ce billet, la Socfin n’a pas partagé d’informations précises et sérieuses sur ces points permettant à Greenpeace d’évaluer la mise en œuvre de sa politique .

Le groupe Bolloré et la Socfin sont coutumiers de ce type de procédures judiciaires à l’encontre d’ONG, qui constituent pourtant une entrave à la liberté d’expression. Mais Greenpeace ne se laissera pas bâillonner, et nous continuerons à exercer toute notre vigilance sur la mise en œuvre des engagements de la Socfin en matière de zéro déforestation.

Greenpeace est consternée par le fait que la Socfin, qui s’était pourtant engagée à produire de l’huile de palme et du caoutchouc naturel sans déforestation, ait décidé de porter plainte en diffamation. Mais notre détermination demeure totale et cette procédure n’aura pas l’effet dissuasif escompté par la direction de la Socfin.





(Crédits photographiques : © Micha Patault / Greenpeace)
Commentaires (14)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Pierre Bois d'Enghien

La photo d'illustration représente : à gauche: une plantation d'hévéas en exploitation à droite: une plantation d'hévéas abattue (car trop vieille) andainée et en cours de replantation. A moins de considérer une plantation d'hévéas comme une forêt (ce qu'accepte la FAO, mais pas les ONGs), ce n'est donc pas une illustration de deforestation.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Céline Perron

Est-ce que l'engagement de Sofcin pour la production d'huile sans déforestation avait eu lieu avant la publication de Greenpeace du 23 février ? Parce que si c'est le cas, c'est une manœuvre maladroite il me semble. Et puis, comment Sofcin s'était-il engagé ? Y-a-t-il eu signatures ? Parce que des paroles en l'air, c'est facilement portées nulle part. Personne n'a le droit devant Dieu de détruire la terre, de causer du mal aux êtres vivants, plantes, animaux et humains qui y habitent. Cela passe bien au-dessus de tous les méandres politiques et économiques qui font peser lourd sur la planète le poids de leurs fautes.

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Winwatearth Fire

"porter atteinte à son honneur"! De l'honneur ? La Socfin ? Je vois pas où... Du nombril, oui, boulimique, avec des méthodes destructrices, mais de l'honneur ? Je trouve bien plus honorables l'attitude et le travail de Greenpeace, lanceur d'alerte depuis longtemps, non violent et qui fait un remarquable travail d'investigation sur des sujets d'intérêt général. Espérons que le tribunal saura faire preuve d'impartialité. Il faudrait que ce soit médiatisé aussi.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.