Est-ce que Greenpeace est contre les éleveurs ?

Agriculture

Greenpeace n’est absolument pas anti - élevage et encore moins contre les éleveur.euse.s. Nous condamnons par ailleurs fermement tous les actes de violence à leur encontre (dégradation de leur ferme, mais aussi des abattoirs ou des boucheries). Leur travail est indispensable pour nourrir la population et maintenir les équilibres écologiques de la planète. Simplement, nous pensons qu’il est nécessaire de transformer le modèle agricole actuel car la tendance est clairement à l’industrialisation des exploitations agricoles. Cela a de graves impacts sur l’environnement et sur la santé des agriculteurs eux-mêmes, de leurs familles et des riverain.e.s, en plus de pénaliser l’existence de fermes à taille humaine et la survie des petits paysan.ne.s.

C'est la raison pour laquelle Greenpeace appelle à une transformation des systèmes agricoles et soutient les paysan.ne.s à aller dans ce sens. L’agriculture industrielle et les fermes-usines enferment les agriculteurs et agricultrices dans une dynamique destructrice. Par ailleurs, les agriculteurs engagés sur la voie de la transition agroécologiques s'en sortent bien économiquement, tout en préservant les ressources naturelles, le climat et leur santé.

Greenpeace appelle donc les pouvoirs publics à soutenir efficacement celles et ceux qui mettent déjà en oeuvre des pratiques agroécologiques, ou qui veulent s'engager sur cette voie.

Pour en savoir plus sur le travail de Greenpeace sur l'agriculture

Farmers2Farmers : une plateforme pour essaimer les bonnes pratiques agricoles.

Financer la métamorphose de l'agriculture : un crowdfunding pour aider à la réalisation de projet agricole.





Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus