Rejoignez le mouvement !

Nicolas Dupont-Aignant
Debout La France

Publié le 30 mars 2017

Nicolas Dupont-Aignan déclarait récemment dans une interview : "je vais surprendre beaucoup dans mon projet, car je suis très écologiste…". Oui, nous avons été surpris. Et aujourd’hui nous sommes très inquiets à la lecture de son programme. L’environnement apparaît bien ici ou là, mais sans vision claire et surtout entaché d’une croyance irrationnelle dans les bienfaits du nucléaire. Adossé à une  conception fermée de ce que devrait être la société française, nous ne pouvons qu’être en profond désaccord avec un tel projet.

 

A fond pour la transition… nucléaire

Nicolas Dupont-Aignan est clair : il souhaite “revenir sur l’objectif de 50% de nucléaire dans la production électrique en 2025” et “soutenir la filière nucléaire”. De quelle manière ? Tout d’abord en “apportant un soutien au développement de l’EPR (...) pour faire entrer le nucléaire dans sa nouvelle génération”. On a comme l’impression que le candidat Nicolas Dupont-Aignan ne veut pas voir les fiascos de cette nouvelle génération de réacteurs. Les chantiers pharaoniques des EPR en Finlande et en France accusent des retards interminables - au moins 9 ans de retard pour le réacteur d’Olkiluoto en Finlande et 6 ans pour celui de Flamanville - ainsi qu’une explosion des coûts de construction : + 5 milliards d’euros pour le chantier finlandais et un triplement de la facture pour le chantier français, soit 10 milliards d’euros au total. Pour couronner le tout, la cuve de l’EPR de Flamanville souffre d’une anomalie majeure concernant la capacité de résistance de son acier, une révélation qui a lancé le scandale des anomalies dans lequel se débat la filière nucléaire française depuis plus d’un an. Rappelons que, pour Greenpeace, le chantier de l’EPR de Flamanville doit être immédiatement arrêté pour cesser de dilapider  l’argent public dans ce cauchemar industriel alors que ces fonds seraient bien mieux employés dans la transition énergétique vers les énergies renouvelables par exemple.

Mais l’EPR n’est pas seulement un gouffre financier dans sa phase de construction : il le restera lorsque ces réacteurs fonctionneront et produiront de l’électricité à un coût nettement plus élevé que les énergies renouvelables. Aujourd’hui, l’énergie solaire par exemple permet de produire l’électricité à un coût deux fois moins élevé que l’EPR. Mais cette réalité-là, Nicolas Dupont-Aignan semble refuser de la voir alors qu’il précise vouloir s’orienter vers une  “production d'énergie décarbonée au meilleur coût”. Pas un mot dans son programme sur le développement des énergies renouvelables en France! Enfin pas tout à fait : dans la rubrique sur la ruralité, il entend durcir les conditions d’implantation des éoliennes industrielles, l’une des énergies pourtant indispensables pour réussir la transition énergétique en France.

Nicolas Dupont-Aignan souhaite aussi lancer “un plan de développement de la filière thorium”, rejoignant ainsi l’autre candidat féru de progrès technologique, Jacques Cheminade, une technologie pourtant immature que le candidat place comme un axe prioritaire de la recherche française pour les années à venir, au même titre que la fusion nucléaire. Vieille lune des technophiles pro-nucléaires, le nucléaire au thorium n’est même pas au point d’un point de vue théorique (en anglais). Et il faut rappeler au candidat de Debout la France quelques idées fausses sur cet eldorado des nucléocrates : il génère aussi des déchets et comporte aussi un risque d’accident.

En revanche, bon point à noter, il entend soutenir la recherche dans le secteur du « stockage de l’énergie ». Nicolas Dupont-Aignan parle beaucoup d’énergie décarbonée, de réduction d’émission de CO2, comme un critère des futurs développements énergétiques en France. On s’étonne que le candidat souverainiste veuille dans le même programme “mener des campagnes de recherches d’énergies fossiles le long de nos côtes”, en maintenant notamment un projet de forage en Guyane. Nicolas Dupont-Aignan se dit écologiste, mais oublie complètement que pour lutter efficacement contre les changements climatiques, il ne faudrait plus extraire d’hydrocarbures, et encore moins d’hydrocarbures non conventionnels.

 

Agriculture bio… mais pas trop

A l’image de son projet présidentiel, le programme agricole de M. Dupont-Aignan est très centré sur les territoires : le candidat souverainiste défend les circuits courts et veut favoriser au maximum le « bio français » (notamment dans les cantines scolaires), le « fait en France »… Soit. Rappelons tout d’abord que le “fait en France” n’est pas un gage de haute qualité environnementale puisque notre pays héberge majoritairement des exploitations qui suivent un modèle agricole industriel, productiviste, et nocif pour l’environnement.

Sur les pesticides, le candidat a la volonté de « créer un site d’information sur l’utilisation des produits phytosanitaires ».  Mais dans quel but ? Nous disposons déjà de nombreuses informations sur ces produits.. Ce dont nous avons besoin, ce sont des informations sur les alternatives et méthodes naturelles de lutte contre les parasites !

Une mesure de bon sens agricole et plutôt écologique : « Favoriser la diversification des productions afin de créer des cycles de rupture contre les parasites et les mauvaises herbes. » Tout ça est à mettre au rayon « agriculture raisonnable ». Tout comme le fait de rémunérer les services écosystémiques rendus par les agriculteurs, comme par exemple le fait d’entretenir des haies qui aident à préserver la biodiversité des parcelles et plus largement, des territoires.

Nicolas Dupont-Aignan part en guerre contre « les normes en tout genre » : « [Il faut] mettre fin à l’accumulation des normes et des réglementations écologiques toujours plus absurdes ! » s’exclame-t-il. Il explique que les agriculteurs français sont pris entre deux impératifs contradictoires, la concurrence des pays européens et les exigences environnementales. Quand on sait que l’agriculture française est parmi les plus consommatrices de pesticides en Europe, on se demande ce qu’il en serait si l’agriculture française conventionnelle était soulagée de ses normes « absurdes ». Greenpeace estime que l’agriculture française aurait plutôt tout intérêt à soutenir une conversion massive aux agricultures écologiques telles que la bio. Il n’y a que ce modèle qui permettra à nos agriculteurs de résister à la concurrence de nos pays voisins et de tirer l'ensemble de l'Europe vers des pratiques durables et respectueuses de l'environnement.

Enfin, concernant les OGM, Nicolas Dupont-Aignan souhaite les interdire, “tels qu’ils sont créés jusqu’ici”. Pour Greenpeace, les nouveaux OGM doivent être interdits au même titre que ceux qui sont déjà commercialisés dans certains pays. En revanche, Nicolas Dupont-Aignan a choisi de ne pas s’exprimer sur ces nouveaux OGM et c’est très dommage. Rappelons au passage que s’opposer aux OGM ne signifie aucunement s’opposer aux avancées de la science. En effet, Greenpeace est opposée à la culture des OGM en plein champ, notamment les OGM expérimentaux, afin d’éviter toute contamination de l’environnement et en application du principe de précaution.

Pour résumer, la vision agricole de Nicolas Dupont-Aignan se situe quelque part entre le productivisme de François Fillon et le nationalisme protectionniste de Marine Le Pen, avec un flou regrettable sur la majorité de ses propositions.

 

Traités de libre-échange, nucléaire militaire et politique migratoire : à droite toute

Concernant les traités TAFTA et CETA, Nicolas Dupont-Aignan est vent debout contre des traités négociés au nom de la France et pour l’intérêt de multinationales, qui pourraient remettre en cause nos modes de vie et ruiner notre agriculture. Nous sommes également contre car nous estimons que ces traités vont affaiblir les normes environnementales et sociales françaises ou européennes qui nous protègent des pires excès des entreprises multinationales. A nos yeux, ces traités leur permettraient de piétiner l’intérêt général en toute légalité, et c’est inacceptable.

Souverainiste et “gaulliste assumé” il entend “maintenir la dissuasion nucléaire à un haut niveau de performance » et “sanctuariser le budget de la Défense à 2% du PIB”. Cette proposition est commune à de nombreux candidats, confirmant l’aveuglement et l’irresponsabilité de la classe politique de continuer à soutenir une filière à haut risque alors que les pays de l’ONU sont en majorité favorables à une élimination totale des armes nucléaires dans le monde, une initiative soutenue par Greenpeace.

Enfin, concernant la politique migratoire, Nicolas Dupont-Aignan propose des mesures opposées à nos valeurs, et à celles que préconisent nos alliés de la société civile qui travaillent sur ce sujet. Ces propositions vont à l’encontre des droits constitutionnels et des obligations internationales de la France et rejoignent ainsi le programme de François Fillon ou Marine Le Pen. Renforcement des murs aux frontières de l’Europe, politique de quotas, suppression des aides sociales et de l’accès aux soins, discrimination de fait dans l’accès aux droits… Il flirte aussi parfois avec des thèses qui accentuent peur et xénophobie, comme celle du “grand remplacement”, sans craindre pour cela de travestir la réalité au lieu de promouvoir une vision humaniste et solidaire.

Newsletter présidentielle 2017 : abonnez-vous !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour tout savoir de l'enVert du décor présidentiel.
Au programme : décryptage, invités, participation citoyenne et interventions décalées.