Son auteur, John Large, a enquêté pendant plusieurs mois sur le

Nucléaire

Le scandale des anomalies dans l’industrie nucléaire s’aggrave

Nouveau coup de tonnerre dans le scandale des anomalies concernant des composants nucléaires français produits par l’usine d’Areva au Creusot : le cabinet LargeAssociates publie un rapport alarmant sur les dysfonctionnements d’une industrie nucléaire en faillite.

 

Greenpeace activists blocking railway tracks in front of Gundremmingen nuclear power station Germany in protest at the transport of spent nuclear fuel to Sellafield nuclear reprocessing plant in En

Son auteur, John Large, a enquêté pendant plusieurs mois sur le cas de la cuve de l’EPR de Flamanville, sur les générateurs de vapeur et enfin sur le dossier des anomalies et des soupçons de falsification à l’usine Creusot Forge d’Areva. La conclusion est sans appel : 44 % de la capacité de production d’électricité nucléaire française est porteuse de risques significatifs.

EPR de Flamanville : la cuve doit être détruite

Le rapport démontre que la cuve de l’EPR de Flamanville, pourtant déjà installée, ne dispose pas d’un certificat de conformité délivré par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Cela signifie qu’elle n’est pas conforme à la directive européenne sur les équipements pressurisés et ne répond pas aux exigences de l’ASN, qui depuis 2008, demande que tout nouveau composant ait un certificat de conformité avant le démarrage de la production.

John Large démontre que désormais, le seul moyen pour garantir que la cuve de l’EPR de Flamanville et la méthode de forgeage sont conformes aux normes de certification, serait de procéder à un test destructif de la cuve pour tester sa résistance. L’EPR de Flamanville ne pourra donc pas fonctionner dans les délais annoncés par EDF, mais ce ne sera pas le premier report, puisque le chantier a déjà six ans de retard. Or chaque année de retard coûte entre 500 millions et un milliard d’euros.

Une majorité des réacteurs français présentent des failles de sûreté

Le rapport montre par ailleurs que l’usine Creusot Forge d’Areva n’avait pas les qualifications techniques requises. Elle ne maîtrisait pas les procédures nécessaires à la vérification de la sûreté dans les étapes de fabrication des pièces.

L’ASN a récemment publié une liste des réacteurs concernés par les anomalies et les irrégularités qui démontre que le phénomène prend des proportions alarmantes. Le nombre de composants affectés par des irrégularités et installés dans des réacteurs en service est passé de 50 à 83. De même, le nombre d’irrégularités qui concernent la cuve de l’EPR a augmenté. Or, ces composants présentent de telles ″irrégularités″ qu’ils doivent être considérés, jusqu’à preuve du contraire, comme suffisamment ″à risque″ pour mettre en péril la sûreté nucléaire.

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a quant à lui tiré la sonnette d’alarme cette année sur la présence de défauts non détectés qui induisent un risque inquantifiable d’incident radiologique sérieux.

Nous demandons donc que l’ensemble des réacteurs concernés, à ce jour 32 en France, soient mis à l’arrêt tant que les contrôles n’ont pas été effectués et les démonstrations de sûreté complémentaires apportées.

Le scandale des anomalies s’étend à l’international

Les anomalies de carbone, similaires à celles de la cuve de l’EPR, détectées sur 18 générateurs de vapeur et révélées par l’ASN en juin dernier, démontrent la dimension internationale du scandale. Si une grande partie des pièces ont été forgées à l’usine Creusot Forge d’Areva, certaines l’ont été dans des forges japonaises. Preuve que les procédures de contrôle de qualité et de conformité ne sont pas fiables dans l’industrie nucléaire française et à l’étranger.

Le rapport pointe également du doigt les responsabilités des fabricants comme des opérateurs. En ce qui concerne EDF et Areva, nous exigeons plus de transparence et leur demandons la divulgation complète et immédiate des analyses et données recueillies jusqu’à présent, afin de fournir à l’ASN tous les moyens pour continuer d’investiguer et de mener les tests nécessaires pour garantir la sûreté.

Grand temps de fermer des réacteurs

Cet épisode est un énième chapitre de la faillite de la filière nucléaire française. Il devrait faire réfléchir Ségolène Royal et François Hollande sur le contenu de la PPE qu’ils entendent signer incessamment. En effet, celle-ci ne traduit en rien les orientations prises par la loi sur la transition énergétique votée l’été dernier, qui prévoit de réduire la part du nucléaire dans le mix électrique français d’ici à 2025. Pour cela, pas cinquante solutions : il faut fermer des réacteurs.

Peut-être serait-il bon de le leur rappeler à l’occasion de la consultation publique sur la PPE, ouverte jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Je m’exprime





Commentaires (8)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

etienne

Effrayant! Et pourtant nos politiques en pleine conquête du pouvoir occultent complétement ce type d'infos? Si ils sont au courant, pourquoi ne considèrent pas cela aberrant et dangereux?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

christiane

Heureusement que les équipes GREENPEACE consacrent leur vie à dénoncer et à nous informer. Il est choquant que les médias ne reprennent pas l'information et notamment en France concernant nos centrales nucléaires ; ce que je viens de lire est édifiant, effrayant et le gouvernement français n'en parle pas... on s'est rendu compte ces dernières années de la lâcheté de M. Hollande et de l'inefficacité de Mme Royal, mais là il est question de sécurité et c'est très grave qu'ils ne réagissent pas... peut-être laissent-ils la "patate chaude" au prochain gouvernement ? Merci GREENPEACE... bien à vous !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-François VICTOR

Président Directeur Général de la société UIGM entre Janvier et Juillet 2003, atelier qui deviendra CREUSOT MECANIQUE et qui sera intégré à CREUSOT FORGE en 2013, je saluele travail de John Large & &assoc, mais je suis au regret de relever plusieurs erreurs ou imprécisions. Lorsque le protocole de production et du lancement de la réalisation de la calotte et du fond de cuve du réacteur de Flamanville 3, les ateliers du Creusot n'appartiennent pas à AREVA mais à Michel Yves Bolloré (frère de Vincent). Cette production est effectuée en sous-traitance, ce que je ne vois évoqué ni dans les rapport de l'ASN (à ce jour) ni dans le rapport de John Large. Il est légitime de s'interroger sur les raisons pour lesquelles AREVA occulte cette phase de l'histoire des ateliers du Creusot lors des multiples investigations ordonnées par l'ASN ?? Pour mémoire, l'atelier nord de Harfleur 2000 a été abandonné par FRAMATOME en 2000 lors de la création du groupe AREVA. Il est repris par la société SEEB de Charolles dont il reste le principal client. AREVA aurait eu de nombreuses occasions de reprendre mais pour des raisons mystérieuses a laissé un affairiste s'en emparer en 2003 pour 800.000 € par une opération de "prise de participation dépôt de bilan reprise" éliminant les associés (dont AREVADELFI). AREVA racheter à Michel Yves Bolloré ce qui lui appartenait pour 170 M€ en Septembre 2006. C'est pendant la gestion de Michel Yves Bolloré qu'il a été décidé de réaliser calotte et fond de cuve au Creusot. Or il est établi que cette réalisation dépassait les capacités de CREUSOT-FORGE et de l'atelier d'usinage. Pour cette raison ces pièces auront été réalisées par "une technologie de fabrication en régression par rapport à celle retenue pur le parc en exploitation" (sic IRSN rapport d'avril 2015). Pourquoi AREVA a-t-il laissé l'affairisme s'introduire dans un circuit de production aussi sensible ? Pourquoi avoir accepté de faire un investissement de 170 M€ dans des ateliers qui à l'évidence n'était pas prêts pour assurer la production de pièces aussi essentielles que celles du réacteur de l'EPR et de quelques autres de par le monde ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.