Il s’agit d’une décision moralement incompréhensible que D. Trump vien

Climat

D. Trump à contre-courant du reste du monde

On l’avait senti venir. C’est aujourd’hui confirmé : Donald Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris.

Il s’agit d’une décision moralement incompréhensible que D. Trump viendra à regretter. Rappelons-le : les États-Unis font partie des pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre.

L’action climatique internationale n’est donc pas un luxe dont les États-Unis pourraient faire l’économie, c’est une exigence qui s’impose à eux et à l’ensemble de la communauté internationale pour protéger la planète et ses habitants.

Alors que les  États-Unis auraient pu montrer l’exemple dans la lutte contre les changements climatiques, Donald Trump a décidé d’aller à contre-sens du progrès. Il confirme son statut de suppôt des industries fossiles à la Maison Blanche et fait fi des intérêts de ses concitoyens et des populations les plus vulnérables aux impacts du dérèglement climatique.

Des militants de Greenpeace se joignent à des milliers de New-Yorkais pour envoyer un message à l’administration Trump et ses politiques destructrices à l’occasion d’une rencontre entre Donald Trump et le premier ministre australien Malcolm Turnbull.

La décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris est un non-sens pour le pays lui-même : avec cette décision, les États-Unis renoncent en réalité à leur leadership international mais aussi aux bénéfices économiques de la transition énergétique. Car en effet, partout sur la planète, la transition économique mondiale vers les énergies renouvelables est déjà en marche.

En mars 2017, Donald Trump a signé un décret présidentiel ordonnant à l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) de remanier la réglementation de 2015 qui limite les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques, tentant de saboter le Clean Power Plan, la législation phare de Barack Obama sur le climat. Il a également demandé au Bureau de gestion du territoire (BLM) de lever le moratoire sur l’attribution fédérale de concessions d’exploitation de charbon.

Avec ce décret, le gouvernement Trump fait prendre encore un peu plus de retard à son pays dans la course mondiale aux énergies renouvelables.  Avec la décision de se retirer de l’Accord de Paris, Donald Trump ne fait qu’isoler encore plus son pays sur la scène internationale.

Mais soyons clairs : la décision de D. Trump ne stoppera en aucun cas la dynamique internationale de lutte contre les dérèglements climatiques. 195 pays ont signé l’Accord de Paris et les trois quarts d’entre eux l’ont ratifié. Même sans les États-Unis, ces pays représentent 87 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Et Donald Trump n’est pas le seul représentant des États-Unis : de plus en plus de villes, de grandes entreprises, d’États et de citoyens américains s’engagent pour accélérer l’action climatique et l’adoption de solutions.

Si D. Trump décide de tourner le dos à l’histoire, d’autres décideurs internationaux, économiques et politiques, continueront à aller de l’avant, et les citoyens, partout dans le monde, se sont déjà engagés pour un avenir énergétique plus sûr et plus propre.

Redoubler d’efforts

Anniversaire des 100 jours de l’administration Trump : dans les rue de Washington D.C., les citoyens montrent avec détermination à leurs dirigeants et au monde qu’ils sont prêts à résister contre les attaques faites sur leurs peuple, leurs communautés, et leur planète.

Plus que jamais, c’est aux autres pays fortement émetteurs de gaz à effet de serre de prendre le relais pour respecter les engagements de la COP21 et accélérer la transition écologique. Il est essentiel que les leaders internationaux accélèrent la réponse à la crise climatique en engageant leurs économies sur une trajectoire 100% énergies renouvelables.

L’Union européenne et la Chine, actuellement réunies pour un sommet à Bruxelles, ont annoncé qu’elles se tenaient prêtes à défendre l’Accord de Paris.
Dans un contexte désormais marqué par le retrait américain, il est indispensable que l’UE et la Chine revoient encore à la hausse leur ambition en matière de développement des énergies renouvelables et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

100 jours de l’Administration Trump : les citoyens américains sont dans la rue pour montrer leur volonté de résistance et parler des solutions à la crise climatique.

Au-delà de la Chine et de l’UE, il est essentiel que l’ensemble des dirigeants internationaux redoublent d’efforts pour combler le vide laissé par le retrait américain et pour démontrer par l’exemple à D. Trump que sa décision n’est pas la bonne.

L’Accord de Paris constitue certes un accord historique, de par le signal envoyé vers la fin des énergies fossiles et de par l’engagement de la grande majorité des pays à le rejoindre. Il a permis de cristalliser l’urgence à agir face à la menace climatique et la reconnaissance de cette urgence par la communauté internationale. Mais ce n’est qu’une étape sur une route qui sera longue. L’enjeu décisif, maintenant, c’est que chaque pays passe effectivement à l’action, donne corps à cet accord et accélère la transition. Paris n’était que le début du voyage qui doit nous amener à sortir de notre dépendance aux énergies fossiles et à de fausses solutions comme le nucléaire.

La France, pays hôte de l’Accord qui n’a cessé de célébrer le fameux “esprit de Paris”, endosse une responsabilité toute particulière. Notre nouveau président et son gouvernement doivent continuer à défendre l’Accord de Paris et à mobiliser la communauté internationale face à la crise climatique.

Pour ce faire, la France se doit d’être exemplaire. Elle doit donc enclencher réellement la transition énergétique sur son territoire : rattraper son retard dans le développement des énergies renouvelables, sortir définitivement des énergies fossiles et mettre fin à son entêtement dans le nucléaire, une fausse solution à la lutte contre les dérèglements climatiques.





(Crédits photographiques : © Tommaso Galli / Greenpeace)
Commentaires (11)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Philippe G.

Lorsque la Russie envoie des soldats en Ukraine, le reste du monde s'offusque et décide de sanctions économiques très dures et c'est justifié. Lorsque les Etats-unis renie leur parole et ouvre une brèche dans un accord historique, qui concerne la totalité de l'humanité, pour les siècles à venir, on se contente de protester et de dire qu'on fera bien sans, que cela n'est pas si grave. En polluant sans vergogne, les Etats-unis vont profiter d'une concurrence déloyale vis-à-vis de tous ceux qui devront investir dans de nouvelles énergies. Dans cette brèche V. Poutine met déjà le bout de son nez, en retardant la ratification de la Russie. D'autres risquent de suivre. Combien de vies seront impactées par cet égoïsme absolu, combien de déplacés, en Afrique et ailleurs, combien de morts dues aux exodes, aux famines, aux guerres que le changement climatique va probablement déclencher ? Un américain produit 16 tonnes de CO2 par an, contre 5,5 pour un français, 2,5 pour un égyptien et seulement 0,08 pour un éthiopien ! Mais qui paiera l'addition, qui souffrira des famines dues aux sécheresses ? Comment agir ? En boycottant les produits américains ? Pouvons-nous faire pression sur les gouvernements pour qu'ils disent non à cette trahison de la parole donnée ? Et n'est-il pas possible de lancer une action collective pour poursuivre, même symboliquement, le président américain pour "crime contre l'humanité" ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Wiki

On tape encore sur le nucléaire : mais les chinois, les russes, les anglais, les indiens, les français, les japonais, les américains, les sud africains, les coréens sont tous les premiers de la classe en matière de développement et construisent ou utilisent des centrales nucléaires. On ne peut pas se développer sans une énergie fiable et maîtrisable. Actuellement, si on ne veut pas du fossile, on devra garder le nucléaire. Ceux qui disent le contraire sont les mêmes qui pestent en cas de coupure d'électricité: avec les renouvelables éoliens et solaires, ce ne seront pas des coupures ponctuelle

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Henri Marnet-Cornus

"Trump contre le reste du monde" ça me fait doucement rigoler... La presque totalité des humains crétins se fout complètement de l'état de notre planète. Cessons de nous cacher derrière quelques prédateurs désignés. Nous sommes tous responsables.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.