[caption id="7104" align="alignnone" width="780"][img class="size-post

Climat

Le CETA n’est pas la réponse à l’instabilité politique et climatique

Entre les intérêts des lobbies et des multinationales d’un côté, et ceux des citoyens et de la planète de l’autre, les députés européens devaient aujourd’hui faire un choix crucial. En se prononçant pour la ratification de l'accord de libre-échange UE-Canada (CETA), par 408 voix contre 254, ils ont choisi de céder aux sirènes des industries polluantes au détriment de la santé publique, de l’environnement, de la protection climatique et des droits des travailleurs.

 

Ce matin devant le Parlement à Strasbourg, les militants de Greenpeace se sont mobilisés pour dénoncer les dangers du CETA avec un message : « Couler le CETA, pas la justice ».

Un accord dangereux à plusieurs égards, et surtout pour le climat

Nous avions expliqué en détail, dans un précédent billet, les raisons pour lesquelles Greenpeace est opposée à cet accord de libre-échange. Parmi nos principales préoccupations : le renoncement au principe de précaution, qui « vise à garantir un niveau élevé de protection de l’environnement grâce à des prises de décision préventives en cas de risque ». Cet abandon pourrait favoriser l’entrée dans l’UE d’OGM, ou encore de produits chimiques dangereux, comme les perturbateurs endocriniens.

Mais surtout, le CETA pourrait ouvrir la porte européenne à la contestation des politiques publiques, y compris climatiques, par des entreprises établies au Canada qui s’estimeraient lésées par des mesures qui desserviraient leurs intérêts financiers. En effet, le CETA permet aux industriels de porter plainte contre des États (mais pas l’inverse !) auprès du Système juridictionnel des investissements (Investment Court System ou ICS, en anglais), un mécanisme d’arbitrage qui existe en parallèle des systèmes judiciaires « traditionnels ».

La stabilité géopolitique internationale en question

Ce traité, négocié dans l’ombre et sous la tutelle des lobbies financiers, ouvre la porte à une dérégulation outrancière : « élimination des barrières non tarifaires », « coopération réglementée », « harmonisation »… Autant de doux euphémismes qui, concrètement, vont se traduire par moins de normes et moins de contrôle, et donc par plus de crises.

La cohésion sociale et internationale a besoin d’instruments multilatéraux qui mettent fin aux paradis fiscaux, à l’évasion fiscale, à l’impunité des multinationales, au dumping social, à la paupérisation du travail, et qui défendent la préservation du caractère public des services de base. Elle a besoin d’un agenda international qui s’attache à appliquer l’accord de Paris sur le climat, et à serrer les rênes d’une mondialisation débridée. Parce que la mondialisation a besoin de normes pour faire baisser nos émissions de gaz à effet de serre et éloigner les perspectives d’un emballement climatique dangereux.

La mobilisation continue

Même si le CETA a été approuvé par le Parlement européen, la question reste de savoir si cet accord va survivre aux votes des parlements régionaux et nationaux… De plus, la Belgique devrait demander à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de se prononcer sur la légalité du système d’arbitrage ICS, et une décision défavorable de la CJUE pourrait bloquer l’application du traité.
Quand on sait que le Canada a contesté à 21 reprises, auprès de l’OMC, la réglementation européenne sur les produits chimiques, le CETA n’augure rien de bon pour la protection de la planète et de ses habitants. Greenpeace continuera à se mobiliser à vos côtés pour garantir que les normes soient nivelées par le haut et que les garde-fous mis en place jusqu’à présent restent debout.





Commentaires (4)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
Envoyer

Pierret

Non au CETA

Chrysis Caporal

Superbe action! Très spectaculaire! Dommage que la presse ne relaye pas.

Lucas M.

Bonjour, Aux Etats-Unis, 21 adolescents attaquent l'état américain en justice pour ne pas avoir lutter suffisamment contre le réchauffement climatique. Le droit a un climat stable est un droit constitutionnel de chaque citoyen!!! En acceptant ce traitre anticonstitutionnel le parlement européen VIOLE les droits constitutionnels de l'ensemble des citoyens européens. Il est de notre DEVOIR pour les générations futures d'attaquer le parlement européen en justice pour cette action ILLEGALE INCONSTITUTIONNELLE et CLIMATICIDE!!! Y a t'il quelqu'un qui soit veuille mener une action en justice?? Il faudrait lancer une action en justice récolter des fonds pour la financer: quelqu'un a une idée?

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.