Et si les pollueurs payaient pour les conséquences de leurs actes ? Après des années de discussions et d’atermoiements, ce principe pourtant évident a enfin été acté : un accord a été trouvé lors de la COP27 pour la mise en place d’un mécanisme de « pertes et dommages ». Sous l’égide des Nations unies, un fonds permettra de venir en aide aux pays les plus vulnérables face aux conséquences dramatiques des catastrophes climatiques qui les frappent déjà de plein fouet. Explications sur cette première victoire et le long chemin qui reste à parcourir pour la justice climatique.

Climat

COP27 : et si les pollueurs payaient enfin ?

Voir la vidéo

Et si les pollueurs payaient pour les conséquences de leurs actes ? Après des années de discussions et d’atermoiements, ce principe pourtant évident a enfin été acté : un accord a été trouvé lors de la COP27 pour la mise en place d’un mécanisme de « pertes et dommages ». Sous l’égide des Nations unies, un fonds permettra de venir en aide aux pays les plus vulnérables face aux conséquences dramatiques des catastrophes climatiques qui les frappent déjà de plein fouet. Explications sur cette première victoire et le long chemin qui reste à parcourir pour la justice climatique.

 

Pertes et dommages : une question de justice climatique

L’idée a émergé dès le début des négociations climatiques, en 1991, à l’initiative de petits États insulaires : puisque le changement climatique cause d’ores et déjà des dégâts considérables et des catastrophes dévastatrices dans les pays les plus vulnérables, les principaux États historiquement émetteurs de gaz à effet de serre devraient mettre la main à la poche pour financer ces pertes et dommages. C’est avant tout une question de justice : les pays en développement ne peuvent pas et ne doivent pas assumer seuls les conséquences d’événements dont ils ne sont que très peu responsables.

Trente ans plus tard, ce qui semblait pourtant relever du bon sens ne s’est toujours pas concrétisé. Mais les choses ont enfin bougé dans le bon sens : des propositions concrètes ont été mises sur la table lors de la COP26 à Glasgow, en 2021, et un accord de principe sur un mécanisme onusien de « pertes et dommages » a été conclu à Sharm-el-Cheikh, lors d’une COP27 qui, hormis cette avancée importante, aura été globalement décevante.

Des enfants nagent dans une rue inondée, en Indonésie, lors des inondations de novembre 2021 © Pram / Greenpeace

Des enfants nagent dans une rue inondée, en Indonésie, lors des inondations de novembre 2021.

Concrètement, que sont ces « pertes et dommages » ?

Les dommages causés par le réchauffement climatique sont déjà une réalité. Sécheresse, montée des eaux, inondations et tempêtes détruisent les infrastructures, les habitats et les moyens de subsistance de millions de personnes. Ces catastrophes, causées ou amplifiées par le dérèglement climatique, ont de lourdes conséquences humaines et économiques. Au cours des dix dernières années, ces phénomènes météorologiques extrêmes ont tué plus de 410 000 personnes et affecté près d’1,7 milliard de personnes dans le monde, selon la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC).

Les coûts économiques de ces pertes et dommages sont estimés entre 290 et 580 milliards de dollars dans les pays en développement d’ici à 2030. Une fourchette basse, les besoins réels étant encore très mal connus, précise le Réseau Action Climat. Or, ces dommages affectent principalement des pays qui, non seulement ne sont pas responsables du changement climatique, mais ont aussi le moins de capacités financières pour y répondre. La reconstruction, la remise en état des infrastructures, la relocalisation de millions de personnes nécessitent beaucoup, beaucoup d’argent. Et on ne parle pas de petits dégâts : récemment, un tiers de la superficie du Pakistan était plongée sous les eaux, soit l’équivalent du Royaume-Uni ! Les pays les moins riches ont besoin de financements internationaux pour faire face à cela.

Régler la dette climatique

Déjà lourdement endettés, nombre de pays en développement ne disposent pas de marge de manœuvre et de ressources fiscales suffisantes pour lutter contre le réchauffement climatique et encore moins contre ses conséquences les plus dévastatrices. C’est un véritable cercle vicieux : les pays les plus vulnérables se voient contraints d’emprunter à des taux de plus en plus élevés, ce qui grève encore un peu plus leur budget, accroît leur dette et réduit d’autant leurs possibilités de lutter et s’adapter face au changement climatique.

Les pays à plus faible revenu ont ainsi dépensé en 2021 cinq fois plus d’argent pour régler leur dette externe que pour lutter contre le changement climatique, selon le rapport du Réseau Action Climat « Dette et changement climatique ». Outre le passé colonial de plusieurs d’entre eux, les pays riches ont pourtant eux-mêmes une dette climatique envers les pays pauvres affectés par le dérèglement climatique. Il est temps que cette dette soit reconnue, comme l’ont d’ailleurs réclamé plusieurs États, dont la Bolivie, lors de l’Assemblée générale des Nations unies en 2021.

Des paysans et paysannes aux Philippines portent une bannière. Leur message : "Aux pays pollueurs : payez pour les pertes et dommages".

Des paysans et paysannes aux Philippines portent une bannière. Leur message : « Aux pays pollueurs : payez pour les pertes et dommages ».

Et la France, elle fait quoi ?

La France a une responsabilité historique, non seulement en tant qu’ancien État colonisateur, mais aussi en tant que puissance industrielle. La France est 12e dans le classement des pays émetteurs de gaz à effets de serre au niveau mondial depuis 1850. Il est donc logique qu’elle paie sa dette climatique et qu’elle apporte un soutien financier, à la hauteur de ses responsabilités, aux pays les plus vulnérables et les plus touchés par la crise climatique. Ce soutien ne doit pas se limiter à des prêts.

Longtemps réticente, la France a infléchi sa position durant la COP27, comme l’a également fait l’Union européenne, en ouvrant la porte à un mécanisme de pertes et dommages sous l’égide de l’ONU et en appelant à « la refonte en profondeur du système financier international sur cet enjeu ». Reste à savoir exactement quelle réforme entend défendre le gouvernement français, qui évoque « une mosaïque de solutions concrètes » et « la mobilisation de la Banque mondiale et du FMI, ainsi que des banques de développement ».

La part juste de la France dans la lutte contre le changement climatique est en réalité une dette climatique (graphique du Réseau Action Climat)

La France a une responsabilité historique dans le changement climatique. Prendre sa juste part est en réalité assumer sa dette climatique envers les pays touchés. Source : Réseau Action Climat

« Pertes et dommages » : un troisième pilier des financements climatiques

Jusqu’à présent, la France et les pays riches rechignaient à mettre la main à la poche, au prétexte qu’ils finançaient déjà deux piliers de l’action climatique : l’atténuation (projets destinés à limiter le réchauffement climatique) et l’adaptation (projets permettant de mieux faire face aux conséquences du dérèglement).

La responsabilité des États riches dans les dommages déjà causés par le changement climatique est pourtant bien reconnue, comme l’a démontré le GIEC dans ses derniers travaux. Les « pertes et dommages » doivent donc être considérés comme le troisième pilier indispensable des financements climatiques.

Une première étape pour la justice climatique et la confiance Nord-Sud

L’accord sur la création d’un mécanisme de pertes et dommages est une victoire pour la justice climatique. Mais tout reste à faire, alors que de nombreuses questions sont loin d’être tranchées :

  • Quels sont les États qui contribueront à ce fonds ? L’Union européenne souhaite notamment que de grands pays émergents, tels que la Chine et l’Inde y participent.
  • Quels sont les États qui en bénéficieront ? Uniquement les pays moins avancés, comme le souhaitent plusieurs pays riches, ou également des pays en développement peu responsables du changement climatique mais eux aussi durement affectés ?
  • Quels seront les montants à engager ? Si le chiffre symbolique de « 100 milliards » de dollars a longtemps été évoqué, il ne correspond plus à la réalité des besoins, compte tenu de l’accélération du changement climatique et de ses conséquences déjà à l’œuvre.

Autre question épineuse : où trouver tout cet argent, alors que la crise frappe aussi les populations vulnérables des pays riches ? Un petit indice : selon un rapport de la coalition « Loss & Damage Collaboration », en moyenne sur la période 1991-2020, en seulement 24h, l’industrie des énergies fossiles générait des superprofits plus de 200 fois supérieurs à tous les financements dédiés jamais mis sur la table par les gouvernements pour remédier aux pertes et dommages ! D’après ce même rapport, les profits générés par cette industrie couvriraient 60 fois le coût total des dégâts jusque-là causés par le dérèglement climatique ! Les fonds existent. C’est donc bien une question de volonté politique.

Toutes ces questions devront être débattues dans les semaines et mois à venir, afin de déboucher sur des propositions concrètes et opérationnelles pour la COP28. Vu l’âpreté des négociations durant la COP27, la bataille pour la justice climatique est donc loin d’être gagnée. Cet enjeu est pourtant essentiel afin de « reconstruire la confiance » entre les pays du Sud et ceux du Nord et de débloquer les autres dossiers vitaux tels que la sortie des énergies fossiles et la baisse effective des émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique à 1.5°C.

 

Uni·es pour la justice climatique ! Des jeunes militantes et militants du climat ont embarqué à bord du Rainbow Warrior, en Méditerranée, au large des côtes égyptiennes où se tenait la COP27.

Quelles autres avancées pour le climat ?

Hormis cette première avancée notable sur les pertes et dommages et la justice climatique, la COP 27 à Charm-El-Cheikh n’a pas été à la hauteur de l’urgence climatique. Les représentant·es des 196 pays signataires de la Convention Cadre des Nations unies sur les changements climatiques ne sont pas parvenus à produire le moindre progrès par rapport à la COP26 au sujet de la sortie des énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz). La COP27 n’a pas débouché sur de nouveaux actes qui contribueraient à atteindre l’objectif de contenir la hausse globale des températures à 1,5°C, conformément aux engagements de l’Accord de Paris.

Nous continuons donc à lutter pour porter les demandes suivantes en France et sur la scène internationale :

  1. La mise en place d’un mécanisme de pertes et dommages doit se concrétiser. Cela doit permettre aux pays et communautés les plus vulnérables au changement climatique d’accéder à des ressources financières et à un appui technique pour faire face aux dommages déjà causés.
  2. Tous les pays doivent contribuer, de façon juste et équitable, à une sortie rapide des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) à la réduction de moitié des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, en vue d’atteindre le « zéro émission nette ».. Concrètement, les États doivent s’engager pour qu’aucun nouveau gisement pétrolier, aucune nouvelle centrale à charbon, aucune nouvelle mine de charbon et aucun nouveau projet gazier ne voit le jour.
  3. Les pays à faible revenus doivent bénéficier de ressources financières pour s’adapter et se préparer face aux conséquences du dérèglement climatique et pour décarboner leurs économies. Les promesses des pays riches n’ont jusque-là pas été tenues et ils doivent donc rehausser leurs contributions.
  4. Protection de la nature et lutte contre le changement climatique doivent aller de pair. Parallèlement à la sortie des énergies fossiles et la réduction des émissions de CO2, il est indispensable de lutter contre les menaces qui pèsent sur la biodiversité et les milieux naturels. La participation des communautés locales et indigènes dans la protection de la nature et la lutte contre le changement climatique est clé et doit être reconnue.




Commentaires (12)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Hinfray Emmanuel

Pollueurs payeurs

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

lilas

les pollueurs doivent être les payeurs

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

GODARD

Pour moi, en plus des multinationales, c'est l'Homme en général... Tant qu'il ne se moralisera pas l'Homme tuera, c'est ainsi c'est sa nature!... Mon combat personnel, c'est de ne pas faire autant d'enfants, l'Homme est un "crétin", il ne comprend rien, plus ont procrée, plus ont polluent, c'est tout simplement mathématique... Mais bon tous ceux qui touche à la politique, ne l'admetterons jamais, ils ont besoins "d'ânes" et c'est tellement facile!!!... l'Homme ne comprends pas dans sont esprit étroit que même les animaux se régulent lorsque leurs territoire se restreint, donc comme je le disais l'Homme ne mérite que ce qui lui arrive et cela m'attriste que personne n'en parle et que l'ont n'éduque pas les enfants dans ce sens...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE