La situation de l’Amazonie empire d’année en année : la plus grande forêt

Agriculture - Forêts

Écocide en cours en Amazonie : le temps presse

J'agis

La situation de l’Amazonie empire d’année en année : la plus grande forêt tropicale au monde perd tous les ans des milliers de kilomètres carrés sous la pression de la politique destructrice de Jair Bolsonaro, des industries agricoles et d’extraction des ressources naturelles. Il n’y a plus de temps à perdre : il faut agir de toute urgence pour la préserver et contrer l’écocide en cours.

Amazonie : un trésor à préserver

La forêt tropicale amazonienne a une valeur inestimable. Elle est l’hôte d’une biodiversité unique et exceptionnelle : on y recense plus de 40 000 espèces végétales et des milliers d’espèces animales. Les scientifiques n’y cessent de faire de nouvelles découvertes ! Parmi les espèces emblématiques de cet écosystème, on trouve le jaguar, la loutre géante, le singe araignée ou encore le dauphin rose.

De nombreuses populations humaines dépendent de la forêt amazonienne brésilienne au quotidien : elle compte plus de 23 millions d’habitant·es dont plus de 340 000 autochtones.

En plus d’être un lieu de vie hors du commun, la forêt amazonienne constitue une protection essentielle contre le réchauffement climatique. On estime que l’Amazonie renferme entre 80 et 120 milliards de tonnes de carbone, capté grâce à l’action de sa végétation.

Véritable puits de carbone, trésor de biodiversité indispensable à la vie humaine, l’Amazonie est un écosystème à l’importance capitale qu’il faudrait à tout prix préserver. Et pourtant, les menaces qui pèsent sur elle se font de plus en plus pressantes.

Les actions destructrices de Jair Bolsonaro et des agro-industriels

La destruction de l’Amazonie n’a rien de naturel. Les agro-industriels mettent le feu à la forêt pour libérer l’espace nécessaire à l’installation de fermes, cultures et pâturages où sont élevés d’immenses troupeaux de bovins. Malgré l’adoption d’un moratoire sur la culture du soja en 2006, le soja reste un facteur de déforestation en Amazonie. Les industries d’extraction de matières premières (or, bois, énergie) profitent également de la politique de Jair Bolsonaro au Brésil pour déforester en toute impunité.

Car depuis son arrivée au pouvoir en 2019, Jair Bolsonaro sape méthodiquement et drastiquement les moyens humains, juridiques et économiques déployés pour protéger l’environnement au Brésil. Son soutien à l’agro-industrie est ainsi inconditionnel. Il ne cesse en effet de diminuer le budget consacré à la défense de l’environnement et a homologué plus de 1000 nouveaux pesticides. De plus, alors que son ministre de l’Environnement Ricardo Salles est mouillé dans une affaire de trafic de bois illégal qui l’a conduit à démissionner, il a osé saluer le “mariage quasi-parfait de l’agriculture avec l’environnement” que son ministre avait réussi à établir.

Cette politique destructrice est doublée d’une communication teintée de déni et de calomnie. Jair Bolsonaro ne cesse de menacer les ONG comme la nôtre, qu’il qualifie de “cancers” et qu’il accuse de mettre le feu à l’Amazonie pour porter préjudice à son mandat. Il nie par ailleurs la destruction de l’Amazonie, arguant que celle-ci ne peut tout simplement pas brûler. Il a ainsi licencié le directeur de l’INPE, l’institut chargé d’étudier la déforestation au Brésil, sous prétexte que les chiffres donnés par cet organisme auraient été truqués pour nuire à son action politique.

En ce qui concerne les populations autochtones, le Baromètre d’alerte sur la situation des droits humains au Brésil publié cette année note “une progression alarmante et généralisée de la violence à l’encontre des peuples autochtones”. La politique de Jair Bolsonaro génère un sentiment d’impunité chez les industriels qui s’accaparent et ravagent les terres des communautés indigènes en faisant preuve d’une violence inouïe.

Des chiffres vertigineux qui révèlent l’ampleur de l’écocide

La politique de Jair Bolsonaro et l’action des industriels aboutissent à une situation catastrophique. Les chiffres de la déforestation et des incendies en Amazonie brésilienne ne cessent de battre des records. Entre août 2019 et août 2020, une surface de 11 088 km2, équivalente à 100 fois Paris, est partie en fumée ; du jamais vu depuis 2008. Plus récemment, au mois de mai 2021, la déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 40% par rapport à mai 2020. Jamais ce chiffre n’avait été aussi alarmant depuis que les données sont compilées mois par mois par l’agence brésilienne de l’environnement.

Ainsi, la tendance est à une hausse constante des incendies et de la déforestation depuis la prise de pouvoir de Jair Bolsonaro. Cette destruction méthodique place l’Amazonie au bord du point de non-retour. La forêt émet désormais plus de carbone qu’elle n’en stocke et plusieurs études scientifiques le soulignent : si le rythme de la déforestation ne ralentit pas, une partie de la forêt amazonienne est susceptible de disparaître irrémédiablement pour laisser place à une savane. L’urgence est donc absolue : il faut mettre un terme à l’écocide en cours.

Face à l’écocide, place à l’action

Face à cet écocide, la France peut agir. Elle doit stopper de toute urgence les importations de biens et de matières premières dont la production a contribué à la déforestation, comme le soja, la viande ou le cuir. Le gouvernement doit tenir les engagements pris à travers la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI),qu’il a adoptée en 2018 mais qui est depuis restée une coquille vide. Il doit aussi mettre un arrêt définitif à l’accord commercial négocié entre l’Union européenne et les pays du Mercosur, qui augmenterait considérablement les importations en provenance d’Amérique du Sud dont la production exerce une pression terrible sur les différents écosystèmes du continent.

Face à cet écocide, vous pouvez aussi agir.

  • Signez notre pétition pour mettre un terme à la déforestation importée.
  • Réduisez votre consommation de viande et boycottez la viande industrielle, dont la production nécessite l’importation de soja sud-américain. Si vous souhaitez en savoir plus sur les éco-gestes, vous pouvez d’ailleurs vous abonner à notre newsletter “Mardis verts” dans laquelle nous vous donnerons de nombreux conseils pour rendre votre quotidien plus écologique.
  • Soutenez Greenpeace en faisant un don. Votre soutien financier nous permet de continuer à lutter contre la politique de Jair Bolsonaro et la destruction de l’Amazonie. Notre travail de recherche, d’enquête sur le terrain et de plaidoyer ne pourrait avoir lieu sans votre soutien. Il nous donne la force et l’indépendance nécessaires pour agir en toute liberté et jouer pleinement notre rôle de contre-pouvoir.
  • Rejoignez notre canal Telegram dédié à la déforestation pour suivre toutes nos actions sur le sujet et agir à nos côtés. Si vous avez besoin d’aide pour le rejoindre, consultez cette page.
(Crédits photographiques : © Daniel Beltrá / Greenpeace)
Commentaires (7)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Leclerc

Bonjour à vous, Je suis scandalisé par la déforestation de l'Amazonie, c'est une aberration cette situation, comment pouvons nous encore laissé faire cela. C'est vraiment une sensation viscérale quand je vois cela, que restera-t-il? je suis très fasciné par cette forêt et je ne peux rester sans rien faire. Je cherche depuis pas mal de temps le moyen de me rendre utile, celui de donner ma contribution sur le terrain, pouvoir aider à la reforestation, je ne sais où m'adresser où me diriger. Avez vous des idées à me communiquer? Merci pour toutes vos actions, vos comptes rendus.

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Rosso martin

Pauvres de nous les soi disant civilisés! Nous sommes en train d exterminer les peuples fondamentaux. Crimes aujourd hui et châtiments à venir. Malgré tout nous adhérons à vos efforts. Merci pour le courage de vos convictions !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

P. Leitch

Merci pour votre travail mais s'il vous plaît regardez plus près de chez vous. Les forêts de Corrèze sont décimées à grande échelle sans replantation et il semble qu'il n'y ait aucun contrôle et seulement pour de l'argent dans un pays où la majorité des gens ne vivent pas dans la pauvreté

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE