Une analyse confirmée aujourd'hui par Greenpeace, qui publie une étude synthé

Climat

Très cher nucléaire

Une analyse confirmée aujourd’hui par Greenpeace, qui publie une étude synthétique comparant les coûts de production futurs de l’électricité nucléaire et les coûts de production futurs de l’électricité d’origine renouvelable.

Greenpeace y expose de manière synthétique les coûts de production futurs de l’électricité issue de réacteurs nucléaires français qui seraient exploités au-delà de 40 ans, et les compare à ceux de l’électricité d’origine renouvelable dans les années à venir. Elle repose sur les expertises indépendantes de Global Chance et de Wise-Paris et utilise la méthode du coût courant économique (proposée par la Cour des comptes) pour évaluer les coûts de production du nucléaire.
Concernant ceux des renouvelables, les données utilisées sont celles fournies par différents acteurs institutionnels et industriels tels que l’AIE (Agence internationale de l’énergie), le Fraunhofer-Gesellschaft (organisme allemand spécialisé dans la recherche en sciences appliquées) , l’IRENA (Agence Internationale de l’énergie renouvelable) , l’EWEA (European Wind Energy Association), l’EIA (Agence de l’énergie américaine) , la Cour des comptes ou encore l’ADEME.

Si investir afin de prolonger la durée de fonctionnement des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans correspond à la stratégie industrielle d’EDF, rappelons que pour l’ASN, seule autorité habilitée à donner son accord sur la prolongation, « l’extension au-delà de 40 ans n’est pas acquise« .

Les conclusions de l’analyse menée par Greenpeace sont claires

Des conclusions qui tiennent en un schéma, ou en quelques points. En résumé ? Pour que le nucléaire reste moins cher que les énergies renouvelables à court terme, il faudrait le prolonger en bradant la sûreté, pourtant mise en exergue par les industriels et les États depuis le déclenchement de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Graph_09_WEB_1280

En quatre points clés

  • Le coût courant économique de l’électricité produite par chaque réacteur rénové à un niveau de sûreté approchant des exigences de l’EPR atteindrait 133 €/MWh. Cela correspond à un investissement de près de 4,4 Md€ par réacteur (rapport Wise).
  • Le coût courant économique du nucléaire dépasserait, dans ces conditions, les coûts futurs de production des principales énergies renouvelables électriques. Ce dépassement serait effectif dès aujourd’hui pour l’éolien terrestre (coût compris entre 40 et 80 €/MWh), dès 2018 pour le solaire et à partir de 2020 pour l’éolien maritime.
  • Le choix d’une prolongation du parc nucléaire qui limiterait la hausse des coûts de production de l’électricité nucléaire, et assurerait sa rentabilité face aux énergies renouvelables, devrait être fait pour rester viable et peu cher, avec un niveau d’investissement réduit sur le niveau de sûreté des réacteurs.
  • Le remplacement du nucléaire ancien par des réacteurs nouveaux type EPR n’apporterait pas les mêmes avantages sur les coûts de production que les renouvelables.

Que dira le projet de loi ?

Avec plus de deux ans de retard sur le calendrier défendu par le candidat François Hollande pendant sa campagne présidentielle, et après moult incertitudes, annonces, reports et autres couacs ministériels, Ségolène Royal doit présenter, le 18 juin prochain, les grandes lignes du projet de loi sur la transition énergétique.

Le bon sens économique et environnemental voudrait que le gouvernement plafonne à 40 ans maximum la durée d’exploitation des réacteurs nucléaires.

Sans décision claire sur ce point, comme l’a souligné la Cour des comptes, l’État laisserait EDF imposer aux Français sa coûteuse obstination pour le nucléaire.

Alors que près de 13 000 citoyens européens demandent aujourd’hui la limitation de durée de vie du parc nucléaire européen et français, nous sommes impatients de savoir, enfin, ce qui sera proposé.





Commentaires (23)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Polluman

"Très cher nucléaire" ==> Sans blague ?! Encore une fois, Greenpeace parle ARGENT mais jamais CO2. Un peu embêtant pour une ONG "environnementale"... Après tout, chacun ses priorités : la planète pour certains, les adhérents pour d'autres...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Polluman

Ben tiens, quand on parle argent et opérations financières fumeuses ! http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/06/16/greenpeace-perd-3-8-millions-d-euros-a-cause-d-un-de-ses-employes_4439229_3234.html A cause d'un employé. La solidarité est dans les gènes de l'ONG on dirait... On a connu le sarkodon, à quand le Greenpeacedon ?!! Autant d'argent pour des théories complètements farfelues, et une gestion faussement transparente. C'est l'écologie qui est ridiculisée, une fois de plus.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

C.caveman

Bonjour a tous! Et non le nucléaire pollue et présente de gros risques il serait temps de passer a autre chose Au fait la visite du béluga 2 a Metz fut très instructive vous revenez quand vous voulez!!!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.